Sur une île déserte du Pacifique, 38 millions de déchets plastiques

17 mai 2017



L’île Henderson est l’un des endroits les plus reculés du monde. Perdu au milieu du Pacifique Sud, à près de 5.000 kilomètres du premier grand centre urbain, et sans habitant humain, cet atoll de 47 kilomètres carrés aux allures paradisiaques est pourtant l’un des lieux les plus pollués au monde.

Une étude consacrée à l’étendue de la pollution des océans parue lundi 15 mai dans les Comptes-rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS), a en effet révélé que l’île Henderson, qui fait partie de la colonie britannique de Pitcairn, a la plus forte densité de débris plastiques de la planète. Concrètement, ses plages sont jonchées de près de 38 millions de morceaux de plastique. Pourtant, l’île est tellement isolée qu’elle n’est visitée que tous les cinq ou dix ans pour des expéditions scientifiques.

Seulement, l’île Henderson se trouve à proximité du centre du gyre du sud Pacifique, un gigantesque tourbillon où s’accumulent les débris transportés par les courants marins venant d’Amérique du Sud ou provenant des bateaux. Lors de la plus récente expédition scientifique sur cet atoll, menée par des scientifiques de la Royal Society for the Protection of Birds, une ONG britannique, la principale auteure de cette étude, Jennifer Lavers, a compté jusqu’à 671 morceaux de plastique au mètre carré sur les plages. Cela représente la plus forte densité de déchets jamais mesurée.

« Sur la base de nos échantillons prélevés sur cinq sites, nous avons estimé que plus de 17 tonnes de déchets plastiques se sont déposées sur l’île et que plus de 3.570 nouveaux débris s’échouent quotidiennement sur une seule de ses plages », précise-t-elle. Selon cette chercheuse, « il est probable que ces estimations soient en-deça de l’ampleur de l’accumulation de ces débris sur cette île ».




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Ils sont interdits. Mais pourquoi trouve-t-on encore des sacs en plastique chez les commerçants ?


24 mai 2017
Décès de l’acteur Roger Moore : « La cause animale a perdu un fidèle allié »
Lire sur reporterre.net
23 mai 2017
L’état de la biodiversité en France se dégrade continûment
Lire sur reporterre.net
23 mai 2017
Diane Simiu nommée conseillère Environnement pour l’Elysée et pour Matignon
Lire sur reporterre.net
22 mai 2017
Bure : la cour d’appel confirme l’illégalité de travaux de l’Andra
Lire sur reporterre.net
22 mai 2017
La Suisse décide de sortir du nucléaire
Lire sur reporterre.net
22 mai 2017
Un paysan qui voulait échapper aux contrôles tué par les gendarmes
Lire sur reporterre.net
19 mai 2017
L’entrée au gouvernement de Hulot reporte la parution du livre « Osons le big bang démocratique »
Lire sur reporterre.net
19 mai 2017
Plus de 28.000 plantes ont des propriétés médicinales
Lire sur reporterre.net
19 mai 2017
L’Europe votera le 30 mai sur les perturbateurs endocriniens
Lire sur reporterre.net
19 mai 2017
A Bonn, les négociations climat s’achèvent, l’incertitude américaine demeure
Lire sur reporterre.net
18 mai 2017
Edouard Philippe a travaillé pour un cabinet d’avocats pro-OGM
Lire sur reporterre.net
18 mai 2017
Plainte de Greenpeace à Bruxelles sur la recapitalisation d’EDF
Lire sur reporterre.net
17 mai 2017
Le directeur de cabinet de M. Macron est un préfet ultra-répressif
Lire sur reporterre.net
17 mai 2017
UE : les discussions reprennent pour prolonger l’autorisation du glyphosate
Lire sur reporterre.net
17 mai 2017
Sur une île déserte du Pacifique, 38 millions de déchets plastiques
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Mers et océans

THEMATIQUE    Pollutions
23 mars 2017
Des villages du Gard démontrent que l’accueil des réfugiés est possible et vitalisant
Alternative
16 mai 2017
La Hague, un cimetière radioactif de plus en plus dangereux
Tribune
23 mai 2017
Moralisation de la politique : n’oubliez pas les lobbies
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Pollutions