Suspense : le glyphosate va-t-il connaître plus d’épisodes que « Plus belle la vie » ?

Durée de lecture : 2 minutes

9 novembre 2017 / par Marie Astier (Reporterre)

Et voilà : les Européens ont encore échoué à se mettre d’accord sur la renouvellement de l’autorisation du glyphosate. Prochain épisode très bientôt.

Le représentants des États membres de l’Union Européenne ont à nouveau échoué à se mettre d’accord sur le glyphosate. Ce jeudi 9 novembre, lors d’une réunion tenue dans la matinée, la Commission européenne a proposé une ré-autorisation de l’herbicide controversé pour 5 ans, mais n’a pu réunir de majorité qualifiée autour de sa proposition.

« Une majorité qualifiée n’a pas été atteinte, ni pour ni contre le texte proposé », a indiqué l’exécutif européen, soulignant que 14 pays, soit la moitié des États membres, avait toutefois « soutenu la proposition de la Commission ».

L’exécutif européen a indiqué qu’il allait désormais soumettre sa proposition à un « comité d’appel », alors que la licence actuelle dont dispose le glyphosate sur le territoire de l’UE arrive à échéance le 15 décembre.

Décidément, les scénaristes européens de la saga sur le glyphosate ont l’art de maintenir le suspens. « Journée décisive », nous annonçaient les titres de la presse pour ce jeudi 9 novembre. Cette fois-ci serait la bonne, les États européens allaient enfin se mettre d’accord sur l’avenir de cet herbicide aussi rentable que controversé. Le public si longtemps tenu en haleine connaîtrait enfin l’issue du feuilleton, sauraient qui de l’agro-industrie ou des ONG avait gagné la bataille. Raté. La décision est de nouveau reportée, les États membres ont échoué à trouver un accord.

On pensait, spectateurs crédules que nous sommes, que la Commission européenne ne nous resservirait pas une énième fois le même ressort dramatique qui consiste à sans cesse reporter sa décision. Elle nous avait déjà fait le coup le 25 octobre, et précédemment le 5 octobre, et encore avant en juin et en mars derniers, etc. Paraît-il qu’une date butoir est fixée pour la diffusion de la fin de la saison : la licence du glyphosate expire le 15 décembre dans l’UE. En attendant, la Commission européenne renvoie la balle à un « comité d’appel ». Rendez-vous au prochain épisode.

Au fait, pour revoir une bonne partie des épisodes précédents, c’est à lire ici


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Glyphosate : l’Europe est censée décider aujourd’hui
DOSSIER    Pesticides

21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Pesticides



Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)