Tatane, le manifeste pour un football durable et joyeux

9 juillet 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)



Très loin de la réalité du foot-business, le collectif Tatane rend à ce sport de ballon sa dimension ludique, joyeuse et sociale en… changeant les règles !

Et si le problème du football était dans ses règles ? Allez donc en toucher deux mots à nos voisins allemands, après le pénalty pour le moins généreux accordé à la France jeudi soir… Les polémiques sur l’arbitrage sont probablement aussi vieilles que le ballon rond.

Alors le collectif Tatane a décidé de prendre le contre-pied, comme on dit dans le jargon. Et a publié un petit livre, il y a deux ans, qui imagine 50 nouvelles règles pour jouer au football ! Ainsi de la règle « football total », qui stipule que « les passes ne peuvent se faire que vers l’avant ». Ou de la règle « replay » : « Une équipe qui marque doit être en mesure de rejouer immédiatement l’action. L’équipe adverse est alors immobile. Un but doit donc être marqué deux fois pour être validé. »

Si certaines de ces règles permettent effectivement d’interroger notre regard sur les normes actuelles, la démarche se veut d’abord légère et fantaisiste. À l’image de la règle « Jacques Chirac » : « À la mi-temps, le capitaine de l’équipe qui mène prononce la dissolution de son équipe. Le capitaine de l’équipe menée décide alors de la composition de l’équipe adverse à sa guise pour la deuxième mi-temps. » Ou, dans un tout autre registre, de la « Rabbi Jacob » : « Chaque but doit être célébré par une danse collective sous peine d’être refusé. »

« Greg Wimbée », « Éric Cantona », « Gilbert Montagné » 

Toutes les règles portent un nom — dont quelques-uns feront sourire les passionnés de football, comme la « Greg Wimbée », du nom de ce gardien de but des années 1990 célèbre pour avoir marqué un but en plein match, fait plutôt rare : « Un but du gardien vaut but en or et victoire immédiate. Le reste du match est consacré à la célébration du héros du jour. »

Et toutes les règles sont également accompagnées du dessin d’un des quatre illustrateurs s’étant prêté à l’exercice, parmi lesquels Pénélope Bagieu, qu’on aime bien à Reporterre.

Notre règle préférée ? Notre cœur balance entre la « Éric Besson » — « Un joueur choisi dans le public joue toujours avec l’équipe qui a le ballon. Pour valider une attaque, l’équipe qui a le ballon doit au minimum passer une fois la balle au joueur traître » — et la « Paul Gascoigne » — « Les joueurs voient double. Le match se déroule avec quatre mini-buts aux quatre coins du terrain ; deux cages à défendre par équipe. »

Mais la plus subversive se cache peut-être derrière la « Éric Cantona » : « Une réclamation faite avec talent et poésie peut faire annuler un but encaissé. L’arbitre est seul juge de la qualité du poème et peut aussi expulser le joueur pour les mêmes raisons. » À moins que, footballistiquement parlant, ce ne soit la « Gilbert Montagné »,« la moitié de l’équipe joue les yeux bandés, guidée par ses coéquipiers et le public ».

À travers ça, le collectif animé par l’ancien joueur de football Vikash Dhorasoo et Brieux Férot, journaliste à So Foot, cherche à défendre sa vision d’un football joyeux, où le jeu et le lien social sont mis au cœur de la pratique sportive. À l’opposé des caricatures manichéennes du foot-business qui, s’il est une réalité, ne peut seul définir le football dans la société. « Tout ce qui restera finalement après une rencontre de ce drôle de jeu de la balle au pied, c’est le rire ensemble », promettent les auteurs.


- Tatane. Pour un football durable et joyeux , ouvrage collectif de Pénélope Bagieu, Charles Berberian, Bouzard et de Jul, préface de Vikash Dhorasoo, éditions Gallimard, 120 p., 14 €.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Vikash Dhorasoo : « Le football est un fabuleux outil du vivre ensemble »

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photo : domaine public / CC0

THEMATIQUE    Pédagogie Education
30 septembre 2016
L’arbre est un génie. Voici son livre
À découvrir
30 septembre 2016
En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir
Alternative
30 septembre 2016
Grenoble lance un nouvel outil démocratique pour rendre la parole aux citoyens
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Education





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)