Tepco recrute des liquidateurs

Durée de lecture : 4 minutes

3 avril 2011 / Ouest France

« Nous sommes les kamikazes des temps modernes. Nous n’avons pas l’intention de mourir mais de sauver le Japon. »


Tepco (Tokyo Electric Power Company), l’opérateur de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, recrute des « liquidateurs  ». Le terme, utilisé en ex-URSS, pendant la catastrophe de Tchernobyl, désigne les personnels civils et militaires intervenant après un accident nucléaire.

Plus de trois semaines après le séisme et le tsunami, qui ont causé l’arrêt des circuits de refroidissement de la centrale, le risque d’une catastrophe nucléaire majeure n’est toujours pas écarté à Fukushima. Les rejets radioactifs continuent et au moins 19 travailleurs ont été blessés par irradiation.

Il faudra des années, voire des décennies, pour nettoyer le site.

« On m’a proposé 1 750 € par jour : j’ai refusé… »

Tepco proposerait jusqu’à 3 500 € la vacation. Mission du liquidateur : se rendre dans les zones les plus exposées à la radioactivité, afin de procéder à des réparations.

« Ma société m’a offert 200 000 yens (1 750 €) par jour, confie un employé d’une compagnie de sous-traitance d’une trentaine d’années à l’hebdomadaire japonais Weekly Post. En temps normal, j’aurais pris ça pour un boulot de rêve, mais ma femme a fondu en larmes et m’a dissuadé, alors j’ai refusé… »

Il y a pourtant des travailleurs prêts à accomplir cette périlleuse mission à Fukushima : c’est le cas d’Hiroyuki Kohno, 44 ans, contrôleur de radioactivité. Trois semaines après avoir vu le tsunami dévaster la centrale de Fukushima où il travaillait, il vient d’accepter d’y retourner.

« Pour être franc, personne ne veut y aller, déclare-t-il. Les niveaux des rayonnements dans la centrale sont très élevés, incroyablement élevés comparé aux conditions normales. Je sais qu’en y allant cette fois, je reviendrai avec un corps qui ne sera plus capable de travailler dans une centrale nucléaire. »

Célibataire et sans enfant

Cela fait une dizaine d’années que M. Kohno travaille à la centrale Fukushima Daiichi (N° 1). Quand le 11 mars, le séisme de magnitude 9 suivi d’un puissant tsunami a mis hors service les installations, il a quitté les lieux et a trouvé refuge dans un centre d’hébergement d’urgence à Kazo, au nord de Tokyo.

Quinze jours après, il a reçu un e-mail de son employeur, une filiale de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), gestionnaire de Fukushima. « Nous souhaiterions que vous veniez travailler à la centrale, disait le message. Le pouvez-vous ? »

Célibataire et sans enfant, Hiroyuki Kohno a senti qu’il était de son devoir d’accepter la mission.

Exposés à d’énormes doses de rayonnements ionisants, dont le plafond a même été relevé par les autorités nippones étant donné le contexte d’urgence, les personnels intervenant à Fukushima doivent être régulièrement remplacés.

« La rotation des équipes devient de plus en plus difficile et mes amis ont des familles à revoir  », explique le technicien.

Aîné d’une fratrie, Hiroyuki Kohno a dû annoncer à ses parents qu’il se préparait à partir pour Fukushima. Il l’a fait en minimisant à dessein les risques qu’il allait courir. Mais il n’a réussi à tromper personne. Son père, qui a aussi travaillé de longues années à Fukushima, lui a dit de n’écouter que son cœur, tandis que sa mère lui a simplement lancé : « Reviens aussi vite que tu pourras ! »

« Nous n’avons pas l’intention de mourir, mais de sauver le Japon »

M. Kohno s’attend à travailler dans l’unité de contrôle de la centrale, où il devrait recevoir, chaque heure, la dose de rayonnements qu’une personne reçoit en moyenne en une année ! Mais il confie penser d’abord à soulager ses collègues sur place : « Il existe une expression en japonais : Nous mangeons tous dans le même bol. Ce sont des amis avec qui j’ai partagé mes peines et mes joies. C’est pour cela que j’y vais. »

« Nous nous disons que le Japon a été profondément ravagé lors de la deuxième Guerre mondiale. Aujourd’hui le Japon est à nouveau brûlé dans sa chair. Même si le terrain de lutte est différent, nous sommes les kamikazes des temps modernes, affirme M. Kohno. Nous n’avons pas l’intention de mourir mais de sauver le Japon. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/act...

Lire aussi : Les travailleurs de Fukushima aux limites de la résistance humaine

DOSSIER    Fukushima

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info


Dans les mêmes dossiers       Fukushima





Du même auteur       Ouest France