Testet - « J’ai vu les gendarmes emporter le corps de Rémi Fraisse »

1er novembre 2014 / Camille Martin (Reporterre)

Reporterre a reçu un témoignage précisant l’action des gendarmes mobiles durant la nuit fatale du 25 au 26 octobre. Une nouvelle pièce à verser au dossier de la recherche de la vérité.


Reporterre a reçu le témoignage que nous publions aujourd’hui. Nous n’en connaissons pas l’auteur, mais l’origine du message nous laisse à penser qu’il est fiable. Ce récit apporte des éléments nouveaux sur ce qui s’est passé dans la nuit qui a vu le trépas de Rémi Fraisse au Testet.


« Dans la nuit de samedi à dimanche [26 octobre], je me trouvais tout près du chantier, dans un endroit surplombant les affrontements entre des opposants du barrage du Testet et les gendarmes mobiles (GM). Dans l’obscurité, seuls les phares de trois véhicules des forces de l’ordre et quelques-uns de leurs spots éclairaient la zone où ils étaient retranchés.

Vers 2 heures, j’ai vu l’explosion d’une grenade explosive à environ trente mètres du portail où se situait le camp des gendarmes mobiles, positionnés sur le parking du chantier. C’est la seule explosion que j’ai vu aussi près de la position des GM - les autres grenades explosives ayant jusqu’alors été tirées sur des groupes de manifestants bien plus loin de leur position.

Quelques instants après, les gendarmes ont tiré d’importantes salves de gaz lacrymogène absolument partout autour des manifestants. Dans la densité des gaz, des projecteurs ont été braqués sur la zone où avait eu lieu l’explosion. Un groupe de GM est sorti du périmètre grillagé du chantier pour la première et unique fois de la nuit et a rapidement avancé sur une dizaine de mètre jusqu’au lieu de l’explosion de la grenade. Ils se sont rapidement repliés. Les deux derniers GM portaient un corps inerte par les bras et les jambes.

Ce mouvement des flics m’a surpris car jusqu’à ce moment là, quand des manifestants étaient blessés devant le portail, les GM autorisaient 2 personnes à venir les récupérer.

Les affrontements se sont poursuivis.

Une dizaine de minutes s’est écoulée et j’ai aperçu alors un gyrophare bleu ; c’était les pompiers. Ils sont arrivés sur la zone derrière les fourgons des GMs. Et d’un coup, c’était le blackout. Les projecteurs lumineux ont été éteints et tout le chantier a été plongé dans le noir pendant environ 20 secondes.

Puis la lumière est revenue et les pompiers sont repartis.

Les affrontements se sont ensuite poursuivis jusqu’à tard dans la nuit. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre.

Image : Isabelle Rimbert pour Reporterre.

Lire aussi : Testet : Rémi Fraisse a été touché par une grenade ou un flash-ball


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

12 novembre 2018
La taxe carbone est utile si elle sert à des politiques écologiques
Tribune
12 novembre 2018
Pourquoi une exposition de photos sur la précarité ?
Une minute - Une question
13 novembre 2018
Oubliez la taxe carbone : à Lorient, on roule en vélo cargo
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)