Trump relance le charbon et défait la politique climatique d’Obama

29 mars 2017 / Yona Helaoua (Reporterre)



Le président américain a signé mardi 28 mars un décret visant à promouvoir l’industrie du charbon, et pris plusieurs mesures contre l’environnement, comme la relance des oléoducs Keystone XL et Standing Rock.

- Washington, correspondance

Donald Trump a lancé l’entreprise de démolition de la politique sur le climat de Barack Obama. Mardi 28 mars, le président américain a signé un nouveau décret qui relance l’industrie charbonnière. Le texte, baptisé « décret sur l’indépendance énergétique », a été paraphé en présence de travailleurs de l’industrie minière, comme pour en accentuer le symbole : Donald Trump affirme vouloir « mettre fin à la guerre contre le charbon ». Cette énergie fossile fournit environ un tiers de l’électricité du pays et employait 66.000 personnes en 2015, un chiffre en constante baisse, selon le ministère de l’Énergie. Cependant, de nombreux experts estiment les industriels ne devraient pas pour autant se ruer sur le charbon, notamment à cause du prix très faible du gaz actuellement.

Que contient le décret ?

Le texte ordonne à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) un réexamen du Clean Power Plan, qui impose aux centrales thermiques de réduire leurs émissions de CO2 de 32 % d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 2005. Ce plan de Barack Obama n’était en fait jamais entré en vigueur, car bloqué par la justice. Le réexamen de ce projet devrait prendre un certain temps. Surtout, sa révision pourrait entraîner de nouvelles contestations en justice.

Le décret supprime par ailleurs une demi-douzaine de décisions de Barack Obama liées au climat, qualifiés d’"inutiles et destructrices d’emplois" par Donald Trump. En voici quelques unes.

- L’interdiction de toute nouvelle exploitation de charbon sur des terres fédérales est levée.

- Les standards en matière de CO2 qui rendaient, sous l’ère Obama, pratiquement impossible l’exploitation d’une nouvelle mine de charbon, vont être révisés.

- Les règles sur l’émission de méthane dans les exploitations gazières et pétrolières vont être assouplies.

- Quant aux agences fédérales, elles n’auront plus l’obligation de prendre en compte l’impact sur le changement climatique lorsqu’elles devront prendre une décision.

Rien sur l’Accord de Paris

Des tuyaux destinés à la construction du pipeline Keystone, en 2009. Cet oléoduc doit être prolongé par le Keystone XL.

Lors de la signature du décret, Donald Trump s’est bien gardé d’évoquer la notion de changement climatique. Il n’a d’ailleurs pas dit un mot sur l’Accord de Paris sur le climat, signé fin 2015 par plus de 190 pays, dont il a promis pendant la campagne présidentielle qu’il en retirerait les Etats-Unis.

Pour Bob Ward, du Grantham Research Institute à la London School of Economics, cité par l’AFP, renoncer au Clean Power Plan rendrait « pratiquement impossible pour les États-Unis d’atteindre leurs objectifs de l’Accord de Paris ».

Scott Pruitt, le climatosceptique nommé à la tête de l’EPA, avait affirmé dimanche que l’Accord de Paris avait « été tout simplement un mauvais accord ». Un éventuel retrait des États-Unis, deuxième plus gros producteur de gaz à effet de serre mondial, « est en cours de discussion », a indiqué lundi soir un responsable de l’exécutif.

Pourtant, l’AFP a annoncé mardi soir que la société ExxonMobil — dont l’ex-PDG Rex Tillerson est devenu secrétaire d’État — avait demandé à l’administration Trump de respecter l’Accord de Paris « comme un cadre efficace pour répondre aux risques du changement climatique ».

Les autres mesures de Trump contre l’environnement

Donald Trump donnait son feu vert aux oléoducs Keystone XL et Dakota Access dès le 24 janvier 2017.

Parmi les mesures déjà prises pour détricoter le bilan d’Obama en matière d’environnement, Donald Trump a signé le 24 janvier un décret autorisant la construction des oléoducs Keystone XL et Dakota Access Pipeline (DAPL). Depuis, les tribus amérindiennes s’opposant au DAPL ont perdu leurs recours en justice et ont manifesté à Washington. De son côté, la société constructrice du DAPL, Energy Transfer Partners, a annoncé lundi 27 mars qu’elle se préparait à mettre en service son nouvel oléoduc.

Par ailleurs, plus tôt ce mois-ci, Donald Trump a annoncé que l’EPA allait réviser les standards énergétiques mis en place par Barack Obama pour les voitures et camions pour la période post-2022.

Plus généralement, le projet de budget que la Maison Blanche est en train d’élaborer vise à couper très nettement les financements d’un certain nombre de programmes de l’EPA, du département de l’Energie, ou encore de la NASA. Les détails de ces coupes devraient être connus bientôt.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Donald Trump : le président de l’anti-écologie

Source : Yona Helaoua pour Reporterre

Photos :
. chapô : Donald Trump au Congrès le 28 février 2017 (capture d’écran de White House)
. tuyaux : Wikipedia (shannonpatrick17/CC BY 2.0)
. Trump : Wikipedia (Bureau du président des États-Unis/domaine public)

THEMATIQUE    Climat International
26 mai 2017
VIDÉO - Les électrohypersensibles préparent une action en justice contre Linky
Reportage
16 mai 2017
La Hague, un cimetière radioactif de plus en plus dangereux
Tribune
23 mars 2017
Des villages du Gard démontrent que l’accueil des réfugiés est possible et vitalisant
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Yona Helaoua (Reporterre)