UN MORT DANS LA NUIT AU TESTET

Durée de lecture : 2 minutes

26 octobre 2014 / Camille Martin (Reporterre)

Un homme d’une trentaine d’années est décédé durant la nuit, lors d’affrontement avec la police sur le site du Testet.


- RECIT ACTUALISE DE NOS REPORTERS, BIEN PLUS COMPLET QUE CET ARTICLE, A LIRE ICI.


- dimanche, 13h30

Une personne est morte ce dimanche 26 octobre, vers 1 h du matin, lors d’affrontements avec la police.

Dimanche matin, la préfecture du Tarn a annoncé la nouvelle dans un communiqué : « Cette nuit, vers 2 heures du matin, le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes sur le site de Sivens. Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement mais n’ont pu que constater le décès de la victime », indique le texte.

Selon l’envoyé spécial de Reporterre, Grégoire Souchay, la manifestation s’était déroulée dans le calme durant l’après-midi de samedi. De premiers affrontements ont eu lieu vers dix-sept heures, entre des personnes cagoulées et la police. La veille, un local technique avait été incendié près du lieu des travaux, entraînant la présence de la police lors de la manifestation, alors qu’il était prévu qu’elle ne serait pas présente.

Les affrontements de l’après-midi ont pu être stoppés par l’interposition des clowns et des collectifs d’opposition au Testet. Mais dans la nuit, des affrontements ont repris. Lors d’une charge policière, une personne serait tombée. Les manifestants auraient tenté de le retirer, mais une deuxième charge policière est intervenue, et la police a pris la personne.

« Un témoin dit avoir vu quelqu’un s’effondrer lors d’affrontements et être enlevé par les forces de l’ordre », a indique Ben Lefetey, porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, lors d’une conférence de presse tenue dimanche matin.

Selon le lieutenant-colonel, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, cité par l’AFP, « 100 à 150 anarchistes encagoulés et tout de noir vêtus ont jeté des engins incendiaires » et autres projectiles aux forces de l’ordre encadrant une mobilisation de « 2.000 » opposants qui, elle, est restée pacifique, selon lui. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l’association Agir pour l’Environnement écrit : « Agir pour l’Environnement ne peut que constater qu’après plusieurs semaines de violences policières perpétrées sans discernement et parfois hors de tout cadre légal (papiers d’identité et effets personnels brulés, irrespect des espaces privatifs...), les forces de l’ordre ont une nouvelle fois fait usage de flash-balls, grenades assourdissantes et gaz lacrymogènes et ce alors même que la manifestation s’était déroulée dans une ambiance bonne [sic-enfant. La présence de la gendarmerie en fin de journée apparaît une nouvelle fois pour ce qu’elle est : une véritable provocation qui aboutit à un drame. »

PLUS D’INFORMATIONS A VENIR


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin, avec Grégoire Souchay, pour Reporterre.


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »


Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)