Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Climat

Un appel au boycott de la COP25 au Chili a été lancé

Des personnalités — politiques, universitaires, scientifiques — ont lancé une pétition appelant au boycott du Chili comme pays hôte de la COP25.

Du 2 au 13 décembre, le sommet international sur le climat doit en effet se tenir dans le pays latino-américain, qui connaît actuellement un mouvement social de très grande ampleur. Le gouvernement a décrété l’état d’urgence dans plusieurs régions du pays, et a instauré un couvre-feu. À ce jour, on déplore 18 morts et plus de 2.000 arrestations.

« La COP25 ne saurait se tenir dans un pays en état de siège, dans une ville soumise au couvre-feu militaire, dans un Chili où manifester pour des conditions de vie dignes peut valoir la mort », peut-on lire sur le site change.org, qui héberge la pétition.

Justice sociale et justice climatique sont liées indissolublement. Ce serait cynique et caricatural d’organiser la COP25 sous la menace des balles d’une armée qui s’est funestement illustrée sous la dictature d’Augusto Pinochet. Ce serait une faute de faire ainsi un chèque en blanc à un gouvernement qui a décidé de réprimer avec la pire des brutalités celles et ceux qui veulent que le système change pour le bien commun. Ce serait un soutien à un gouvernement qui a violé dans un même mouvement les droits à une vie digne, les libertés fondamentales et les droits humains.

Les initiateurs et signataires de la pétition en appellent donc, dans leur pétition, à António Guterres, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, et à Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, en charge de la COP25.

  • Source : Change.org
  • Photo : À Valparaiso lors d’une manifestation spontanée, le 19 octobre. © Marion Esnault/Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende