Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien

Durée de lecture : 3 minutes

8 juillet 2019 / Hervé Kempf (Reporterre)

Eh bien, merci ! Grâce à vous, ami(e)s lectrices et lecteurs, la campagne de soutien de printemps de Reporterre s’est achevée en beauté, ce week-end, et le quotidien de l’écologie poursuit sa route plein d’énergie. C’est une aventure exceptionnelle à laquelle vous participez : un média de qualité, libre d’accès, sans publicité, sans actionnaire, et donc parfaitement indépendant. Ou plutôt : Reporterre dépend de ses lecteurs, et en est fier.

Concrètement, notre situation financière très saine nous permet de travailler sereinement. La rédaction a pu se renforcer — nous sommes maintenant sept journalistes à plein temps et une quinzaine de collaborateurs indépendants. Fait rare dans la presse internet : nous poursuivons aussi un vrai travail photographique et de dessins de presse. Et nous augmentons régulièrement le tarif des piges, tandis que les contrats des travailleurs du site (journalistes et autres) sont en CDI, parce que l’exigence sociale et écologique que nous prônons dans nos articles doit se retrouver dans la pratique.

Les projets ? Continuer avec ténacité le travail d’information, de suivi des grands dossiers écologiques, de récit des luttes, de relation des alternatives. Développer les débats dans les tribunes — les écologistes ne discutent pas assez, à notre sens, et supportent mal la contradiction, alors que la réflexion commune enrichira l’effort commun. Faire toujours plus de reportages et d’enquêtes approfondies. Développer les vidéos et les podcasts, comme nous avons commencé à le faire.

Et aussi, animer la communauté des amis et des lecteurs de Reporterre, grâce à qui nous avons pu réaliser la magnifique rencontre des « 30 ans de l’écologie », le 15 juin dernier. Un fort et beau moment, qui nous a redonné de l’élan, s’il en était besoin. Allez ! Le monde va mal, mais la solidarité et l’effort commun de toutes celles et ceux qui savent que la question écologique donnent de l’espoir et de la joie. À sa mesure, Reporterre y contribuera.


Des mots de soutien, des débats, des rencontres : c’est ce que nous avons vécu durant cette campagne. En voici quelques échos :

« L’urgence d’informer - avec votre soutien », édito de Hervé Kempf

 



Un mot de l’équipe de Reporterre :




Les 30 ans de l’écologie, une rencontre de Reporterre


En direct de la rencontre :

  • Partie 1 — animée par Alexandre-Reza Kokabi et Émilie Massemin :

  • Partie 2, animée par Justine Guitton-Boussion :

  • Partie 3, animée par Marie Astier et Lorène Lavocat :

  • Extrait de la lecture de texte par Audrey Vernon et Giorgia Sinnicorni :



Retour sur les 30 ans de l’écologie en vidéo :



Ils et elles soutiennent Reporterre et la presse libre



Yannick Rousselet, de Greenpeace France, Corinne Lepage, Claire Nouvian, de Bloom, Audrey Vernon, Giorgia Sinicorni, Yann Arthus-Bertrand, Michel, de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, Zoé Jacquot, ATD Quart Monde France, Jocelyn Boisrobert, des Gilets jaunes à Saint-Nazaire, Sandy Olivar Calvo, de Youth for Climate, Fatima Ouassak d’Ensemble pour les Enfants de Bagnolet, Daniel Faivre, Gilet jaune de Chalon-sur-Saône, et Elyes soutiennent la presse libre et indépendante !

  • Pourquoi soutenir Reporterre  ?


  • Pourquoi soutenir une presse indépendante ?


  • Pourquoi soutenir la presse libre ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Pour tout savoir sur Reporterre
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
19 juillet 2019
Sans vergogne, la publicité exploite le filon écolo
Info
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)