Un village indien prospère grâce au soleil

Durée de lecture : 3 minutes

26 juillet 2014 / Neha Khator et Ruhie Kumar (Greenpeace)

Après avoir vécu trente ans sans électricité, un village indien s’alimente désormais entièrement grâce à un système d’énergie solaire. A Dharnai, cette sortie autonome de l’obscurité rime avec sérénité et prospérité.


Village d’Inde situé dans l’Etat du Bihar, l’une des zones les plus pauvres du pays, Dharnai est désormais complètement alimenté par l’énergie solaire.

Il s’agit là du premier village indien où l’électricité est entièrement produite par le soleil, pour couvrir les besoins de 450 maisons (2400 habitants), cinquante commerces, deux écoles ainsi que ceux d’un centre dédié à la formation et à la santé.

La production continue d’énergie présente de grands avantages pour l’économie locale et la vie sociale du village. Les enfants peuvent ainsi étudier en soirée pendant que les femmes préparent le repas en toute tranquillité.

L’éclairage public, lui, illumine les rues du village, ce qui donne un sentiment de sécurité bien plus important aux citoyens. Et on n’oubliera pas non plus que les agriculteurs peuvent dorénavant s’appuyer sur une source énergétique fiable pour traiter leurs aliments.

Le fait que Dharnai jouit désormais d’une qualité de vie supérieure est sur toutes les lèvres des villages voisins. Et depuis lors, le modèle de Dharnai suscite beaucoup d’intérêt.

Pour Greenpeace aussi, cette histoire est une véritable source d’inspiration. C’est tout bonnement incroyable de voir un village s’épanouir et retrouver le sourire grâce à l’énergie solaire.

Un projet concrétisé par le travail commun de Greenpeace Inde, des habitants et des organisations Basix et Ceed. Après deux mois de test, c’est l’ancien du village – âgé de 80 ans – qui a activé le réseau le dimanche 20 juillet, sous les vivas de centaines de supporters.

Rien qu’en Inde, plus de 300 millions de personnes vivent sans électricité. A l’échelle mondiale, ils sont encore environ 1,3 milliard à fonctionner sans réseau électrique fiable selon l’Agence internationale de l’Energie.

Il y a plus de trente ans, l’électricité arrivait jusqu’à Dharnai (Bihar) mais la population avait alors recours à des lampes à pétrole et à des générateurs à diesel individuels coûteux et dangereux pour la santé. Aujourd’hui, les habitants disposent d’un éclairage électrique moderne, de meilleures structures pour les soins de santé et de la sécurité qu’apporte un éclairage public.

Après trente ans d’attente, Dharnai dispose à présent de tous les outils nécessaires pour se doter d’une solide communauté locale. Le progrès n’y est plus freiné par le manque d’électricité.

Et ce village prouve aussi à des dizaines d’autres qu’ils sont eux aussi capables de produire et de gérer leur propre énergie. Il démontre aussi qu’un approvisionnement énergétique continu, indépendant des centrales à charbon ou nucléaires, est tout à fait possible, même dans un pays comme l’Inde !

Car Dharnai n’est qu’un début. Des millions de personnes, à travers le monde, continuent de vivre sans électricité. Notre bureau indien fera tout ce qui est en son pouvoir pour permettre à bon nombre d’autres villageois d’accéder à un réseau électrique fiable, qu’ils auront entre leurs mains.

Nous espérons que le système de micro-grilles, qui fait le bonheur de Dharnai, inspirera de nombreuses autres communautés du monde entier.

Vidéo qui présente le système solaire de micro-grilles à Dharnai :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Greenpeace Belgique

Neha Khator et Ruhie Kumar sont consultants média à Greenpeace Inde.

Lire aussi : Au Bangladesh, l’énergie solaire se répand dans les campagnes

THEMATIQUE    Énergie International
15 novembre 2019
Francs-tireurs du raisin, les vignerons nature créent un syndicat
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme


Sur les mêmes thèmes       Énergie International