Une marche funèbre pour les abeilles disparues se poursuit en Bretagne

Durée de lecture : 2 minutes

2 mai 2018 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

En Bretagne, 20.000 colonies d’abeilles ont été exterminées cet hiver. Décidés à se faire entendre, les apiculteurs de la région cheminent cette semaine avec un convoi de ruches mortes vers la chambre régionale d’agriculture de Rennes.

  • Actualisation - Jeudi 7 juin 2018 - Les apiculteurs sont à Paris ce jeudi 7 juin, sur l’esplanade des Invalides. Reportage à venir sur Reporterre.

  • Le Faouët (Morbihan), reportage

20.000 colonies d’abeilles exterminées cet hiver, jusqu’à 85 % de pertes chez les professionnels. Les apiculteurs bretons sont désespérés, au bord de la faillite, mais pas désunis : le sexagénaire José Nadan, dans le métier depuis plusieurs décennies au Faouët (Morbihan), a décidé de ne pas laisser dépérir ses collègues et les précieux insectes en silence. Son idée ? Improviser un convoi, constitué de ruches mortes, d’apiculteurs et de soutiens, à vélo, pour protester contre des pratiques agricoles irrespectueuses de l’environnement, des pesticides tueurs de pollinisateurs et toujours plus pernicieux. José Nadan demande leur interdiction totale et craint particulièrement leur rémanence.

La troupe pédale toute la semaine, du 30 avril au 4 mai, pour rallier la chambre régionale d’agriculture de Rennes (Ille-et-Vilaine). Elle espère être reçue par le ministre de la Transition écologique et solidaire, en personne. « Nicolas Hulot est allé lui-même à Notre-Dame-des-Landes pour la répartition de 40 hectares de terres, donc on serait quand même surpris que 20.000 ruches exterminées en Bretagne ne le fassent pas descendre de Paris », ironise José Nadan.

Le départ de la première étape était donné ce lundi, au Faouët, devant une centaine de personnes venues encourager les défenseurs des abeilles.

Notre diaporama sonore avec les témoignages de Thomas, Dominique et José, apiculteurs bretons :


LES ÉTAPES DU CONVOI

Mercredi 2 mai : Trinité Porhoet – Saint-Meen-Le-Grand
Jeudi 3 mai : Saint-Meen-Le-Grand – Rennes
Vendredi 4 mai : Rassemblement devant la chambre régionale d’agriculture à 9 heures

  • Plus d’informations ici.

Puisque vous êtes ici...
... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.
Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Trois néonicotinoïdes interdits par l’Union européenne

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos : © Alexandre-Reza Kokabi/Reporterre

DOSSIER    Pesticides Abeilles

12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Pesticides Abeilles





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)