Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Nucléaire

Uranium : Orano obtient deux permis d’exploration minière au Groenland

Le gouvernement du Groenland a attribué à Orano deux permis d’exploration minière pour des gisements d’uranium, au sud-est et au sud-ouest du pays, a annoncé le groupe le 4 février 2021 dans un communiqué. La zone concernée serait large de plus de 3.500 kilomètres carrés, précise le réseau Sortir du nucléaire.

Orano doit commencer ses travaux d’exploration dès cette année 2021. Il s’agira de mesures géophysiques réalisées depuis le ciel, d’observations sur le terrain et de prélèvements de surface effectués par les géologues du groupe, selon l’exploitant nucléaire. Après cette première phase d’exploration, une étude d’impact environnemental sera réalisée, suivie d’évaluations plus poussées du potentiel des deux sites. L’uranium — extrait de la roche, dans des mines (souvent) à ciel ouvert — est le combustible principal des centrales nucléaires.

Ce projet s’inscrit dans ce que Nicolas Maes, directeur des activités minières du groupe Orano, appelle une « politique d’exploration dynamique » avec des projets au Niger, au Kazakhstan, en Mongolie, au Canada et récemment en Ouzbékistan.

« L’extraction de l’uranium pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement de l’île »

Mercredi 10 février, 141 associations environnementales, parmi lesquelles le réseau Sortir du nucléaire, ont interpellé le gouvernement danois pour appeler à un moratoire sur les activités minières au Groenland et lui demander de protéger cette île à l’écosystème fragile. En effet, selon ces associations, « le Groenland possède certaines des plus grandes réserves de pétrole, de gaz et de minéraux du monde et il existe actuellement environ 70 licences d’exploration et d’exploitation à grande échelle [sur l’île], couvrant des milliers de kilomètres carrés, et presque toutes liées à des projets d’exploitation minière à ciel ouvert. La plupart de ces exploitations sont situées dans le sud du Groenland, qui possède la biodiversité la plus riche du pays et toutes [ses] terres agricoles ».

« L’extraction de l’uranium, activité extrêmement polluante, pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement de l’île, voire plus largement », s’inquiète le réseau Sortir du nucléaire.

Un autre site du sud du Groenland, Kujataa, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est également menacé par des projets d’extraction d’uranium, mais qui ne sont pas portés par Orano.

  • Source : Reporterre avec Orano et le réseau Sortir du nucléaire (courriel)
  • Photo : Est du Groenland. Pixabay

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende