Votez pour les élus sans pesticides - avec « Zéro phyto 100% bio » !

Durée de lecture : 2 minutes

28 mars 2014 / Olivier Mary (Reporterre)

La campagne « Zéro phyto 100% bio » vise à encourager les collectivités locales à moins utiliser les pesticides et à promouvoir l’agriculture biologique.


Les associations partenaires de la campagne « Zéro phyto 100% bio » (Génération Futures, Agir pour l’environnement, Natureparif, Bioconsom’acteurs et le collectif citoyen les Engraineurs) ont créé un kit pour permettre aux citoyens d’interpeller leur maire sur le sujet, en proposant des initiatives écologiques : alternatives au désherbage chimique (manuel, à l’eau chaude, brûlage à la flamme…), mais aussi aux pesticides : utilisation d’auxiliaires (coccinelles, chrysopes).

Une carte de France des communes sans pesticides a été mise en ligne. « Il faut inciter les mairies à ne plus utiliser de pesticides comme c’est la cas dans un nombre croissant de villes », affirme Nadine Lauverjat de Générations Futures.

Parmi les pionniers, Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) n’en utilise plus dans les espaces verts depuis 2004. Elle a été suivie dans cette démarche par la communauté urbaine de Strasbourg en 2008. Rennes a aussi réduit progressivement sa consommation de produits phytosanitaires, passant de 775 kilos par an en 1996 à 60 kilos par an en 2008, soit une réduction totale de 92 % en 10 ans. L’objectif est de ne plus en utiliser.

Quant à la région parisienne, 70 % à 80 % de ses collectivités ont banni l’usage de pesticides dans les espaces verts et le fleurissement. Mais des efforts restent à fournir : ils sont toujours utilisés sur les terrains de sport, la voirie et les cimetières, d’après une étude de Natureparif. Il reste donc beaucoup de travail de sensibilisation : la France demeure le plus gros consommateur de pesticides européen.

Le bio à la cantine !

L’autre but de l’opération est de mettre en évidence les communes ou la part de produits certifiés bio dans la restauration collective est élevée. En la matière, la bonne élève est Saint-Etienne. Les repas bio sont préparés dans la cuisine centrale depuis septembre 2009 : l’objectif de 100 % bio a été atteint en janvier 2014 pour les 2800 repas servis dans les cantines des écoles maternelles et primaires. Une initiative rare souvent cantonnée aux petites communes.


Voir aussi La semaine pour les alternatives aux pesticides qui se déroule jusqu’au 30 mars.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Olivier Mary pour Reporterre

Lire aussi : La jardinerie Botanic reprend les vieux pesticides.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Pesticides

17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Olivier Mary (Reporterre)