Vous voulez le revenu universel ? Alors il faut exiger le revenu maximum !

21 avril 2017 / Michel Lepesant



Le débat sur le revenu universel a disparu de la campagne présidentielle. Selon l’auteur de cette tribune, c’est parce que les partisans de la mesure ne l’ont pas associée à celle d’un revenu maximal. Mais l’un ne va pas sans l’autre.

Michel Lepesant, (p)artisan de la décroissance, l’est également du débat sur le revenu inconditionnel. Il anime le blog Décroissances.

Michel Lepesant.

On peut faire l’hypothèse que, après un démarrage en fanfare au début de la longue période électorale, l’effacement de la proposition de revenu universel (RU) suffisant, est d’abord dû à l’oubli de sa nécessaire union avec celle d’un revenu maximum (RM) [1].

Pourtant, une telle articulation aurait d’emblée affaibli deux des principales objections adressées au RU :
- celle d’une proposition fondamentalement libérale, mais récupérée par des utopistes socialistes et écologistes, jouant les « idiots utiles » à l’insu de leur plein gré ;
- celle du financement. En effet, la limitation des revenus (et des patrimoines) ne risque pas d’être reprise par la moindre vulgate libérale ; et ce qui sera pris à la minorité qui a trop devra revenir à tous ceux qui n’ont pas assez.

Ajoutons que l’un des effets ouvertement espérés de ce RM sera de provoquer la fuite de ces « riches ». En effet, combien chaque métier coûte-t-il ou rapporte-t-il à la société [2] ? Les estimations sont éloquentes : pour un euro versé en salaire, un ouvrier du recyclage en génère 12 ; un agent de nettoyage hospitalier : 10 ; une employée de crèche : 9,4 ; qu’ils restent ! Alors qu’un banquier d’affaires en détruit 7 ; un publicitaire : 11,5 ; et un conseiller fiscal : 47. Qu’ils dégagent !

L’écart entre plancher et plafond ne devra pas tant être réduit que « proportionné »

Plus radicalement, revenu universel et revenu maximal partagent le même fondement politique : la dénonciation de la fable bourgeoise d’une source individuelle de la valeur économique (comme justification de l’allocation d’un revenu à un seul individu). Comment croire qu’un individu puisse mériter de recevoir pour son « travail » 10, 100, 1.000 fois… le revenu moyen ? Comment oublier que l’abstraction du « travail abstrait » ne consiste pas seulement à rémunérer le renouvellement de la force de travail, mais revient aussi à fantasmer un « travailleur » séparé de toutes les conditions sociales réelles de sa production ?

Voilà pourquoi il est tout aussi illogique de proposer un RU sans RM qu’un RM sans RU. Voilà comment, en deçà du plancher de la misère et au-delà du plafond de la richesse, tant d’injustices et d’indécences détruisent la planète, affaiblissent la cité et désintègrent la vie sociale ordinaire.

Par conséquent, le calcul du montant de ce plafond qu’est le RM devra tenir compte non seulement de sa soutenabilité écologique globale, mais aussi d’un écart socialement décent entre plafond et plancher : personne ne devrait pouvoir vivre hors du commun ni par excès ni par défaut !

Ajoutons que l’essentiel sera que cet écart ne devra pas tant être réduit que « proportionné », c’est une question de taille, de taille humaine évidemment. La discussion démocratique pour fixer cet écart sera une parfaite occasion pour vérifier que les questions sociales et écologiques sont intrinsèquement liées tant à l’échelle locale qu’au niveau mondial : un RU suffisamment haut pour qu’il soit décent ; un RM suffisamment bas pour qu’il soit écologiquement soutenable, et surtout un écart (autour de 4 ?) entre RU et RM afin de rappeler que la vie ordinaire s’appuie d’abord sur la fabrication, la protection et la transmission de ce qui est le vrai socle de toute vie réussie individuelle : la vie en commun.

La liberté des uns se partage avec celle des autres 

Mais alors, pourquoi maintenir un écart, pourquoi ne pas égaliser le plancher et le plafond ? Parce qu’il nous faut anticiper la terrible objection de ceux qui croient que la liberté revient toujours (au droit) à franchir les limites. Ce sont ceux-là qui ne manquent pas, quand nous venons de défendre le RU, de nous demander « au nom de quoi, si tout le monde a déjà un minimum garanti, pouvez-vous limiter la liberté de ceux qui désirent plus » ? C’est à eux qu’il faut expliquer que la liberté que nous défendons ne se définit pas par une seule limite — la liberté comme « affranchissement » —, mais par deux limites, celle du plancher et du plafond : c’est dans ce « lieu commun » que la liberté des uns se partage avec celle des autres.

Cet espace écologique de la vie commune, en tant qu’espace public de la discussion démocratique, fournira le cadre idéal pour commencer toutes les autres discussions que notre double proposition d’un RU et d’un RM ne manquera pas de susciter : plafonnement des patrimoines, révision des modalités d’héritage, réforme de la fiscalité… Sans oublier la radicale remise en question de la place du « travail » dans une société juste et soutenable : en finir définitivement avec la mythologie qui tourne autour du « gagner sa vie », du « gagner sa place dans la société ».

Non seulement reconnaître l’utilité sociale de la vie de chacun, mais rappeler le fondement véritablement socialiste de nos convictions : ce n’est pas la juxtaposition d’individus atomisés qui fait la société. Tout à l’inverse : c’est à partir du sentiment de vivre sur une même planète, en partageant un monde commun, que nous pouvons poursuivre notre idéal humaniste d’émancipation.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1À « revenu maximum autorisé » (mais par qui ?) ou « acceptable » (mais pour qui ?), nous préférons « revenu maximum suffisant » (RMS) pour souligner la nécessaire articulation avec un revenu inconditionnel suffisant (RIS). Quand ce n’est pas assez, ce n’est pas suffisant ; et quand c’est trop, ça suffit.

[2Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, « A bit rich. Calculating the real value to society of different professions », New Economic Foundation, Londres, 2009.


Lire aussi : Comment rendre le revenu inconditionnel écologiste, socialiste, et démocratique

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Dessin : © Berth/Reporterre

THEMATIQUE    Economie
27 avril 2017
La série télé la plus originale du moment : Balbuzard Story 2 !
Info
29 avril 2017
Le Pen se dit sensible aux animaux, mais elle vote contre la cause animale
Tribune
29 avril 2017
On a bien tort de craindre l’ortie, cette plante aux multiples vertus
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Economie





Du même auteur       Michel Lepesant