31 %
Objectif 30 000 €

Yannick Jadot : « Pour une France humaniste et fraternelle, ouverte sur le monde et se projetant sur l’Europe »

12 octobre 2016 / Yannick Jadot



Europe Écologie-Les Verts organise sa primaire pour désigner le ou la candidate écologiste à l’élection présidentielle. Le vote se déroule par correspondance jusqu’au 17 octobre pour le premier tour. Reporterre donne la parole, pendant quatre jours, à chacun(e) des quatre candidat(e)s.

Yannick Jadot est député européen et candidat à la « primaire de l’écologie ».

Comme les autres candidat(e)s à la primaire, il répond à la question posée par Reporterre  : « Comment installer l’écologie dans le débat de 2017 ? »


La France a besoin de se rassembler autour d’un projet cohérent, qui donne du sens au vivre et au faire ensemble, qui redonne à chacune et chacun sa dignité et la maîtrise de sa vie. Car aujourd’hui, non seulement personne ne comprend plus où l’on va, mais la tentation de partir de son côté pour sauver sa peau est grande. Face à cette urgence, le risque est celui d’une campagne présidentielle de surenchère et sordide, où la parole servirait la régression sociale et la détestation de l’autre, où les boucs émissaires seraient épinglés comme des trophées de chasse en évacuant le débat pourtant indispensable sur le nouveau pacte républicain dont nous avons besoin, pour passer d’une société de défiance à une société de confiance.

Car les Françaises et les Français sont en état de légitime défiance. Comment pourrait-il en être autrement face à l’incohérence des gouvernements successifs et aux affaires qui s’amoncellent, dans l’impunité. Le spectacle est terrible. On leur raconte une histoire, et on agit dans un sens totalement opposé. Comment être crédibles quand on assène le respect de la République alors qu’avec la déchéance de nationalité, on place l’identité nationale au-dessus de la citoyenneté ? Quand on vante le dialogue social et la protection des salarié-es alors que la loi travail renforce leur précarisation ? Quand on sonne la mobilisation générale contre le terrorisme et que notre politique étrangère entretient des amitiés malsaines avec des régimes corrompus, dictatoriaux et propagandistes ? Quand on porte l’accord de Paris sur le climat et qu’on continue à nous enfermer dans le nucléaire et les projets absurdes de Notre-Dame-des-Landes ou du Lyon-Turin ? Quelle cohérence quand on prétend défendre l’agroécologie, les paysans, la biodiversité et la condition animale et que la politique agricole continue de soutenir l’agrandissement des élevages et l’industrialisation des cultures ? Les exemples sont légion.

Notre société est mue par d’incroyables forces vitales 

Je veux montrer au plus grand nombre que l’écologie offre des réponses et solutions cohérentes aux grands défis de notre époque. Elle porte les changements profonds que beaucoup appellent de leurs vœux. Elle peut redonner aux Françaises et aux Français la fierté d’une communauté de destin autant qu’une vision d’un monde plus juste et durable. Une France humaniste et fraternelle, ouverte sur le monde et se projetant sur l’Europe. France 100 % renouvelable, partage du travail, revenu de base, citoyenneté plutôt que nationalité, solidarité internationale, respect des autres et de la nature… Les prémisses de cette nouvelle ère sont déjà palpables : notre société est mue par d’incroyables forces vitales qui construisent déjà le monde de demain. Elles génèrent convivialité et solidarité. Elles placent en leur cœur, les femmes et les hommes, leurs territoires et leurs vécus. Elles s’articulent au niveau local et à l’échelle internationale. Comme ces circuits de proximité dans l’agriculture et l’alimentation, formidables pieds de nez aux groupes agroalimentaires et de la grande distribution, qui aimeraient tant décider seuls des conditions de production et du contenu de nos assiettes. Ce sont aussi ces coopératives des énergies renouvelables qui font prévaloir le choix citoyen et le partage aux intérêts des grandes firmes. Ou encore ces réseaux de covoiturage et de colocation qui privilégient l’usage à la propriété, tissent de nouveaux liens sociaux, redéfinissent la frontière entre le marchand et le non-marchand.

L’attente d’une réponse politique radicale, mais aussi bienveillante aux défis de notre époque est forte. L’espoir suscité par la candidature de Nicolas Hulot l’a montré. Le succès du documentaire Demain en est aussi l’expression. Je veux y répondre. Rouvrir l’espace citoyen qui a mis l’écologie au-devant de la scène et au cœur des campagnes des élections européennes et régionales de 2009 et 2010 avec Dany Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové. Cet espace où la transition écologique était perçue comme porteuse de solutions.

Une écologie crédible et qui ne raconte pas de bobards 

Pour parvenir à créer cette dynamique, ma priorité est de rassembler l’écologie, ses différentes familles, celles de l’écologie citoyenne, de l’écologie associative et de l’écologie politique. Car c’est rassemblée que l’écologie comptera dans l’élection présidentielle de 2017. C’est rassemblée que l’écologie pèsera dans la période qui s’ouvrira juste après ces élections. J’ai un pied dans chacune de ces familles, c’est mon histoire, mon vécu. Car depuis vingt-cinq ans, je pratique une écologie qui agit, qui construit et qui progresse, via des actions humanitaires au Bangladesh ou au Burkina Faso, dans la construction du mouvement altermondialiste, à Seattle ou à Porto Alegre, en dirigeant les campagnes de Greenpeace en France, en négociant le Grenelle de l’environnement et, depuis 2009, comme parlementaire européen. Mon parcours est celui de l’écologie concrète engagée et qui se mouille, quitte à être espionnée par EDF ou attaquée par Ali Bongo. Je me suis confronté à la puissance et au cynisme de certains lobbys industriels et à l’autisme des États. J’ai aussi eu le privilège d’être acteur de formidables aventures, qui m’ont convaincu que l’explosion des inégalités et le désastre écologique ne sont pas une fatalité.

Fort de ces expériences, je ferai mon maximum pour donner à voir au plus grand nombre tous les possibles qu’offre l’écologie, à toutes celles et ceux qui n’attendent qu’un signe pour retrouver l’espoir, qu’une occasion pour réinvestir l’action collective et politique. Toutes et tous ne se disent pas « écologistes », mais sont prêts à agir si on leur en donne les moyens, s’ils reprennent possession des leviers du changement.

Durant les prochains mois, je veux parvenir à mobiliser les énergies vitales de la société en montrant une écologie crédible et qui ne raconte pas de bobards. Montrer que, dans un monde devenu terriblement complexe, en tension, parfois en guerre, le projet écologiste est cette utopie pragmatique, qui offre à l’humanité un projet de coopération en lieu et place de la compétition mortifère, qui nous réconcilie avec les autres et avec la nature, qui redonne à chacune et à chacun une souveraineté individuelle pour construire ensemble des souverainetés partagées.


  • Plus de 17.000 personnes vont participer à la « primaire de l’écologie », selon les chiffres d’EELV. Celle-ci se déroule par correspondance, jusqu’au 17 octobre minuit pour le premier tour, dont le dépouillement est prévu le 19 octobre. Puis jusqu’au 7 novembre minuit pour le second tour, avec un dépouillement prévu le 10 novembre.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’appel d’Eva Joly pour participer à la primaire d’EELV

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos : © Emmanuel Brossier/Reporterre

THEMATIQUE    Politique
7 décembre 2016
Au coeur de la crise nucléaire, des dizaines de fraudes et d’irrégularités dans une usine Areva
Enquête
7 décembre 2016
En Ile-de-France, Les Républicains asphyxient l’agriculture biologique
Tribune
7 décembre 2016
BD : La sale vie de Kim Kardashian - ou les riches et la planète
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Yannick Jadot