6.000 activistes ont neutralisé le charbon allemand

Durée de lecture : 3 minutes

24 juin 2019 / Alexandre-Reza Kokabi et Gilles Potte (Reporterre)

En fin de semaine dernière, des milliers d’Européens ont convergé vers l’ouest de l’Allemagne pour une vaste action de désobéissance civile : gripper l’espace de quelques heures l’industrie du charbon. Reporterre y était.

- Mine de Garzweiler (Allemagne), reportage

Du vendredi 21 juin au dimanche 23 juin 6.000 activistes venus de toute l’Europe participaient à une action de désobéissance civile de masse. L’opération, réalisée à l’initiative du mouvement Ende Gelände, a été couronnée de succès : une mine et deux centrales à charbon ont été temporairement neutralisées dans l’ouest de l’Allemagne. Ces actions ont été soutenues par le mouvement Fridays for Future qui a rassemblé, vendredi, 40.000 collégiens, lycéens et étudiants à Aix-La-Chapelle, à 50 kilomètres des sites bloqués, lors d’une grande manifestation.

Vendredi matin, plusieurs milliers d’Allemands, de Belges, de Suisses, de Français, ou encore de Suédois ont quitté le campement autogéré de Viersen, pour partir à l’assaut des installations du consortium houiller RWE. Le site ciblé par Ende Gelände ? La mine à ciel ouvert de Garzweiler, une gigantesque excavation dans le paysage rhénan, qui approvisionne les cinq centrales électriques à charbon de la Rhénanie. En raison de son industrie charbonnière, cette région d’Allemagne est la plus grande zone d’émission de CO2 d’Europe.

Au cours de la première journée d’action, les activistes n’ont pas cessé de jouer au chat et à la souris avec la police. Le rapport de force a longtemps tourné en faveur des agents en uniforme bleu, leurs cordons ralentissant considérablement l’avancée des défenseurs du climat vers les rails des trains miniers, la mine à ciel ouvert et ses excavatrices géantes.

En fin de journée, 400 activistes sont finalement parvenus à squatter les rails empruntés quotidiennement par les trains miniers du bassin rhénan et à ralentir l’activité de la centrale thermique de Neurath, à quelques encablures de là. Reporterre a passé la nuit à leurs côtés, sur le chemin de fer, et vous a raconté ce moment hors du commun.

90% de la forêt de Hambach détruits en 40 ans 

Samedi, enfin, plus d’un millier d’activistes sont descendus dans la mine de Garzweiler, d’une superficie équivalente à celle de la ville de Lyon. Pour s’en rapprocher, ils ont profité de deux manifestations légales organisées pour la sauvegarde des villages menacés par l’agrandissement de la mine. À l’image de Keyenberg ou de Kukum, cinq villages transformés en bourgs fantômes sont en passe d’être sacrifiés sur l’autel de l’extractivisme.

Tenaces, des centaines de participants ont déjoué les cordons policiers et fait du toboggan sur les bords de la mine de charbon de Garzweiler. Ils n’ont pas réussi à rallier ses impressionnantes excavatrices mais sont parvenus à proximité de son tapis roulant : RWE a été contraint d’arrêter toute activité dans la mine. La police a procédé à des arrestations. Une consœur et un confrère de Radio Parleur se sont immiscés aux côtés des activistes et ont relaté ce blocage.



En parallèle, d’autres groupes ont bloqué un nouvel acheminement par voie ferrée du charbon, dans la forêt de Hambach. L’extraction de la sève brune, dont ses sols regorgent, a justifié la destruction de 90 % de cette forêt en moins de quarante ans.

Après 48 heures d’action, les participants ont collectivement décidé de mettre fin aux blocages dimanche à 10 h. À intervalles irréguliers, les différents groupes sont rentrés au campement de Viersen. L’émotion était palpable, entre liesse collective, harassement et sentiment du devoir accompli. Les activistes ont reçu des ovations retentissantes de la part de leurs camarades.


  • Voici les deux reportages de Reporterre sur la mobilisation contre le charbon

En Allemagne, nous avons passé la nuit avec les activistes contre le charbon

  • Lire notre reportage de la journée et de la nuit de vendredi ici

De toute l’Europe, des milliers d’activistes en Allemagne contre le charbon

  • Lire notre reportage de la journée de jeudi ici

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : En Allemagne, nous avons passé la nuit avec les activistes contre le charbon

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos : © Gilles Potte/Reporterre

THEMATIQUE    Climat Énergie Luttes
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Climat Énergie Luttes





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi et Gilles Potte (Reporterre)