À Grenoble, les luttes contre Center Parcs ont convergé

Durée de lecture : 4 minutes

4 mai 2015 / Clément Feuille (Reporterre)

Plusieurs centaines de personnes ont participé à une journée de mobilisation en soutien à la ZAD de Roybon, samedi 2 mai. Des opposants à d’autres projets de Center Parcs se sont également associés à ce rassemblement.


- Grenoble, reportage

Samedi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Grenoble, à l’initiative des collectifs de soutien à la ZAD de Roybon. Zadistes, militants anti-Center Parcs, syndicalistes, pour une "marche des possibles". Tous sont venus gonflés à bloc pour cette journée placée sous le signe de la convergence des luttes. À quelques semaines d’une décision de justice très attendue qui doit statuer sur trois arrêtés, dont celui de la loi sur l’eau, la mobilisation revêt un caractère particulier. Au départ du Parc Hoche, un cortège a défilé en ville dans une ambiance bon enfant. « Après plusieurs événements à Roybon, où on a été bloqué par la police, on voulait investir le centre de Grenoble pour montrer notre détermination et maintenir la pression sur Pierre & Vacances », explique une militante du collectif grenoblois.

Le mirage de l’emploi

Après le retour au Parc Hoche, plusieurs débats et activités rythment l’après-midi. Pendant qu’un petit groupe de personnes se lance dans la construction d’un four à pain en torchis, d’autres animent un atelier de sérigraphie. Des passants, curieux, s’arrêtent quelques minutes pour s’informer et discuter avec les militants. L’occasion pour eux de mettre en avant la question du travail, au lendemain du 1er mai. En écho à la fête du travail, l’emploi est en effet le thème principal de cette mobilisation. C’est l’argument n°1 des pro-Center Parcs : promettre des centaines d’emplois dans des territoires qui doivent faire face au chômage. Les discussions tournent donc autour de la définition du travail, de la croissance à tout prix… A Roybon, les 700 emplois promis correspondent en réalité à 400, ramenés à du temps plein. Dans certains Center Parcs, des grèves ont éclaté pour alerter sur les conditions de travail… Partout, la précarité des emplois est dénoncée.

Vers une coordination des opposants à Center Parcs

Plusieurs opposants au projet de Center Parcs de Poligny, dans le Jura, ont fait le déplacement. Comme à Roybon, la question de l’emploi est centrale. « Pierre & Vacances promet environ 300 emplois, mais qui correspondent en fait à 170 équivalents temps plein. Et de la même manière que dans les Chambaran, il s’agit d’emplois précaires, mal payés », lance Raphaël, membre d’un collectif contre le Center Parcs. Pierre & Vacances envisage de créer un village de 28 000 m² dans la forêt de Poligny, d’une surface de trois mille hectares. La construction de 400 cottages est prévue en plein cœur de cette forêt communale, pour un investissement global de 170 millions d’euros. « Le problème, c’est qu’il y a une exploitation industrielle des arbres présents sur la zone, les épicéas. Ce n’est donc pas un hasard si Pierre & Vacances s’intéresse à ce site, la forêt est déjà attaquée », expliquent les opposants.

En parallèle, un autre projet de Center Parcs est en discussion en Saône et Loire, celui du Rousset. Les deux sites étaient pressentis, sans que l’on sache lequel des deux sera retenu. Aujourd’hui, les opposants des deux communes sont dans le flou. « On ne sait pas si les deux vont se faire, ou si un seul sera retenu ». Pour éviter le même scénario qu’à Roybon, Pierre & Vacances a accepté la tenue d’un débat public, dans les deux cas. C’est la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) qui est chargée de les superviser. « On se pose la question de la légitimité de cette commission, puisqu’on ne maîtrise ni les thèmes ni le temps. Pierre & Vacances veut reprendre la main sur les projets, tout en donnant l’apparence d’un vrai débat public ». Les premières réunions se sont déroulées il y a une dizaine de jours. Elles dureront jusqu’à cet été.

À Grenoble, les militants d’Isère et du Jura ont profité de la journée pour lancer l’idée d’une convergence des luttes contre les Center Parcs. Qu’ils soient de Roybon, Poligny ou Le Rousset, les opposants veulent unir leurs forces.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Dossier Center Parcs et Roybon

Source et photos : Clément Feuille pour Reporterre

DOSSIER    Center Parcs et Roybon

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Center Parcs et Roybon