Faire un don
29868 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
37 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Au Brésil, des paysannes se sont attaqué aux arbres transgéniques

Durée de lecture : 2 minutes

12 mars 2015 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Jeudi 5 mars, mille femmes du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), munies de bâtons et de couteaux, ont détruit des milliers de plants d’eucalyptus transgéniques dans l’État de Sao Paulo, au Brésil. Des vidéo montrent leur action.

Venues des États de São Paulo, Rio de Janeiro and Minas Gerais, elles ont envahi le site de FuturaGene technology Brazil, une filiale de Suzano Timber Corp, dans la municipalité de Itapetininga, à 170 km de São Paulo. On peut les voir, sur une vidéo diffusée sur le site du MST (ci-dessous), le visage masqué par un foulard, casser et détruire les boutures dans les serres de l’entreprise.

Le même matin environ 300 paysans réunis par La Via Campesina ont fait irruption dans la réunion de la Commission technique nationale de biosécurité du Brésil (CTN Bio), réunie pour discuter de la plantation de trois nouvelles variétés de plantes transgéniques, dont des eucalyptus génétiquement modifiés présentés par Suzano. La réunion a été interrompue et les décisions ont été reportées à avril.

30 % de la nourriture contaminée

Ces actions se sont déroulées la semaine dernière, dans le cadre de la Journée nationale de lutte des femmes de la campagne. Il s’agissait de dénoncer les dangers pour l’environnement de la plantation d’eucalyptus transgénique, que pourrait décider CTN Bio.

Atiliana Brunetto, membre de MST rappelle que « le principe de précaution est toujours ignoré par CTN Bio, dont pour une grande majorité, les membres sont en conflit d’intérêt. Et, même si l’espèce transgénique a une productivité de 20 % supérieure à la traditionnelle, elle entraîne un usage accru de pesticides or, dit-elle, le Brésil est le plus grand consommateur de pesticides de monde depuis 2009. Un récent sondage réalisé par l’Université de Brasilia a constaté que, dans le meilleur des cas, 30 % de la nourriture consommée par les Brésiliens est contaminée par des pesticides. »

La direction de Suzano/Futura Gene déplore la destruction des plants et d’études qui durent depuis quatorze ans, et attaque les femmes qui ont participé à l’action pour dommages à la propriété privée. Mais, pour Atiliana Brunetto, « le plus important est que nous avons réussi à porter le débat dans la société ! »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Un tiers des aliments consommés par les Brésiliens est contaminé par les agrotoxiques

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Photos : MST

DOSSIER    OGM

THEMATIQUE    Agriculture International Luttes
10 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes, dangereux à long terme ? Des manifestants témoignent
Enquête
9 décembre 2019
Les zadistes de la Cagette des terres ravitaillent et réchauffent les luttes
Reportage
10 décembre 2019
Malgré leur bon score aux élections, les Verts pèsent peu sur les institutions européennes
Info


Dans les mêmes dossiers       OGM



Sur les mêmes thèmes       Agriculture International Luttes





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)