Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Monde

Au Mexique, un défenseur de l’eau assassiné

Dans l’est de l’État de Morelos au centre du Mexique, des hommes armés ont assassiné le 11 février Francisco Vázquez Domínguez, 67 ans. Ce défenseur de l’eau et membre d’un groupe d’ejidatarios (propriétaires des terres communales) s’opposait à la construction de la centrale thermoélectrique de Huexca qui augmentera les pénuries d’eau affectant déjà leurs activités agricoles.

La centrale thermoélectrique fait partie du Proyecto integral Morelos, un projet qui comprend également un gazoduc et un aqueduc pour alimenter la centrale avec l’eau de la rivière Cuautla. Ce mégaprojet gazier est porté par de nombreuses multinationales européennes, dont Nissan et Saint-Gobain.

Francisco, qui était membre du conseil de surveillance de l’Association de la rivière Cuautla (Asurco), avait annoncé publiquement la veille qu’il recevait des menaces de mort, rapporte le média local Aristegui Noticias. Il assurait que si « quelque chose lui arrivait à lui ou à sa famille, il tenait Rogelio Plascencia, président de l’Asurco, pour responsable ».

Une « vague d’agressions, d’intimidations et de menaces »

Selon les rapports officiels, Francisco travaillait avec un ami, Gregorio, dans un champ de canne à sucre situé dans l’ejido appartenant à la municipalité d’Ayala. Des hommes armés sont arrivés à bord d’une moto, se sont approchés et ont ouvert le feu sur Francisco, qui a été tué presque instantanément. Ils ont tiré sur Gregorio, qui n’a été que blessé.

« Le meurtre de Francisco est la conséquence d’une vague d’agressions, d’intimidations et de menaces à l’encontre des ejidatarios qui craignent aujourd’hui pour leur vie », a déclaré une ejidataria, qui a requis l’anonymat.

Rogelio Plasencia, président d’Asurco, a nié, dans une interview accordée aux médias régionaux, être responsable de la mort de Francisco et des menaces qu’il a reçues de son vivant.

En 2019, Samir Flores Soberanes, un militant pour les des droits humains, producteur pour une station de radio communautaire et opposant de longue date au Proyecto Integral Morelos, avait déjà été assassiné.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende