Au cœur des Cévennes, sur la piste du loup

9 mai 2018 / Antoine Nochy

Dans « La bête qui mangeait le monde », Antoine Nochy livre le récit d’une longue traque du prédateur et ses réflexions sur notre capacité à cohabiter avec le sauvage.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La première fois que j’ai vu des loups, c’était en Cévennes, en 2004, à quatre kilomètres à pied du village dont est originaire ma famille. J’ai compris à cet instant que nous avions une meute. J’ai voulu en parler, ça n’était pas le moment. Les visages se ferment, les sourcils se dressent. Des loups ! Pensez donc ! Les années sont passées. Et puis d’un coup, plus de sangliers ou de chevreuils là où on les attendait d’habitude à la battue, des troupeaux fébriles, des traces en losange, des chiens qui disparaissent, quelque chose dans le pays avait bel et bien changé. »

Dans les Cévennes où il vit, à une centaine de kilomètres du Gévaudan, sur les terres qui ont inspiré La Chèvre de monsieur Seguin, au royaume de cette bête dont on disait autrefois qu’elle mange le monde, Antoine Nochy a traqué le loup pendant plusieurs mois. Il a arpenté les sentiers, les berges, les drailles à la recherche de signes et de traces et a écouté parler les hommes.

Le loup, ce prédateur dont l’éradication fut pour les Européens un des premiers critères de la modernité, est de retour. Saurons-nous cohabiter avec le sauvage ? Lui apprendre des limites et lui faire respecter les activités des humains, avec qui il doit, lui aussi, partager son territoire et ses usages ?

Antoine Nochy, philosophe, écologue et spécialiste indépendant du loup, a été formé par les trappeurs états-uniens du Yellowstone à la traque du loup.


  • La bête qui mangeait le monde, d’Antoine Nochy, éditions Arthaud, mars 2018, 288 p., 19,90 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le loup, « une réalité violente, cruelle et imprévisible »
DOSSIER    Animaux

26 septembre 2018
Pourquoi une concertation sur la prolongation des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans ?
Une minute - Une question
26 septembre 2018
Les arbres, contés par les poètes et les écrivains
À découvrir
26 septembre 2018
GCO : au nom de « l’ordre public », le tribunal administratif autorise les travaux
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux