Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefSanté

Canicules : 33 000 décès en huit ans

Chaque année, entre 1 000 et 7 000 décès sont attribuables à la chaleur, selon Santé publique France.

Le réchauffement climatique et la fréquence des vagues de chaleur ont provoqué près de 33 000 décès entre 2014 et 2022, parmi lesquels 23 000 personnes âgées. Ces chiffres ont été publiés le 23 juin, dans un rapport de Santé publique France. Si les périodes de canicule ne représentent que 6 % des jours étudiés sur la totalité de l’étude, ces pics de chaleur ont provoqué près de 28 % des décès recensés. De plus, l’élévation globale de la température moyenne génère une plus grande fréquence de risques. Entre 1 000 et 7 000 décès sont désormais attribuables à la chaleur chaque année, selon Santé publique France.

Dans ses conclusions, l’agence publique insiste donc sur l’importance de se munir d’outils de préventions pour diminuer les risques et la mortalité « en privilégiant les solutions les plus respectueuses de l’environnement et les moins énergivores et des interventions de fond pour rendre les villes plus résistantes face à la chaleur ». Notamment, en favorisant des politiques publiques qui adaptent la structure des villes pour éviter « les îlots de chaleur » dans les zones urbaines.

Près de 60 % des ménages souffrent de la chaleur

Parmi les endroits surexposés aux températures élevées, les logements mal isolés, dans des quartiers en manque de végétalisation. C’est ce que rapporte une deuxième étude, publiée par la fondation Abbé Pierre ce 26 juin, qui souligne que près de 60 % des ménages ont souffert de la chaleur dans leur logement en 2022.

Sur le ton de l’urgence climatique, l’association déplore les « 5,2 millions de passoires thermiques qui se transforment en bouilloires énergétiques impossibles à refroidir en été ». La Fondation Abbé Pierre réclame donc que les autorités publiques, États, collectivités et propriétaires se saisissent de la question de la précarité énergétique d’été en facilitant la démarche de travaux et de rénovation des villes. Dans l’espoir d’inverser la courbe de mortalité, qui pourrait encore grimper davantage avec l’augmentation du nombre et de la fréquence des vagues de chaleur.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce mois de septembre, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les derniers mois de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1€. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende