Ce qui s’est passé en août quand on n’était pas là

31 août 2015 / Camille Martin (Reporterre)



Accident catastrophique en Chine, action massive des citoyens contre le charbon en Allemagne, mauvais coup du gouvernement contre les alternatives... l’actualité n’a pas chômé durant ce mois d’août. Voici un petit rappel si, comme Reporterre, vous avez bullé sans complexe durant le mois d’août.


Ça y est, c’est la reprise pour Reporterre. Et peut-être pour vous aussi, après une pause bien méritée. Pour retrouver rapidement ses marques, voici un rappel de ce qui s’est passé autour de l’écologie depuis un mois.

D’abord une mauvaise nouvelle, la mort de Michel Tarin, un paysan qui a été, entre autres, un militant de toujours contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une sale maladie, la leucémie, l’a attrapé il y a deux ans, et l’a finalement emporté le 31 juillet.

Michel Tarin, militant infatigable contre l’aéroport de Notre Dame des landes, trépassé le 31 juillet

Reporterre avait souvent rencontré Michel Tarin. Vous pouvez encore l’entendre ici et aussi ici.

Une autre disparition dans le monde de l’écologie, celle de Philippe Germa, disparu le 8 août en plongée en Polynésie française. Il était directeur général du WWF France depuis 2013 et était un proche de Brice Lalonde depuis les années 1980.

Philippe Germa, directeur du WWF France, disparu le 8 août

- Une bonne nouvelle, le 5 août : le Conseil constitutionnel a rejeté l’article de la loi Macron facilitant l’enfouissement des déchets nucléaires dans la Meuse. Dans son communiqué, le Conseil indique que l’article concerné, n° 201, ainsi que d’autres, « avaient été adoptés selon une procédure contraire à la Constitution. [Le Conseil] les a, par suite, censurés. » De quoi répandre la joie dans le Camp d’action climat anticapitaliste qui s’est déroulé à Bure entre le 1 et le 10 août, et que Reporterre, qui y était, vous racontera bientôt.

La politique du climat a été marquée par l’annonce par Barack Obama d’un plan de lutte contre le changement climatique (lien en anglais). Principal engagement : réduire en 2030 de 32 % par rapport au niveau de 2005 les émissions de C02 du secteur de la production d’électricité.

Un pas dans la bonne direction, mais qui reste en retrait sur les engagements pris par l’Europe (40 % de réduction en 2030 par rapport à 1990). Et de surcroît vite contredit par l’autorisation donnée par M. Obama à la compagnie Shell de chercher du pétrole en Arctique, un projet vivement contesté par les écologistes américains.

Une décision qui rappelle qu’en fait, ce sont les puissances d’argent qui ont le pouvoir : l’ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter, a ainsi expliqué que le système politique US est devenu une oligarchie, en raison de son système de financement. Pour être élu, il faut avoir de l’argent, et donc les riches influencent fortement les décisions politiques, comme l’avaient montré des chercheurs états-uniens.

Manifestation à Seattle contre le projet de Shell d’explorer les ressources pétrolières de l’Arctique

C’est bien l’action des citoyens qui peut peser sur les décisions globales.

Et du 7 au 17 août, un grand rassemblement s’est déroulé en Allemagne, un Camp Climat visant spécifiquement l’exploitation du charbon à Garzweiler. Une action de masse s’est déroulée le 15 août sur le site de l’immense mine à ciel ouvert, dans la région de Hambach, où des activistes luttent depuis des années. (Autre lien sur cette action et photos).

Action de désobéissance civile contre la mine de charbon de Garzweiler, en Allemagne

Au Danemark, d’ailleurs, où Total s’est heurté à la résistance des citoyens, la compagnie pétrolière française a abandonné le 17 août son projet de production de gaz de schiste. Total a aussi annoncé qu’elle se retirait du charbon.

Mais en Angleterre, le gouvernement a ouvert 3 000 km2 à la fracturation hydraulique.

Au Japon, le gouvernement a lancé le redémarrage d’un réacteur nucléaire à Sendai, le 11 août. Mais, quelques jours plus tard, des défaillances techniques obligeaient à arrêter le réacteur. Le Japon reste... sorti du nucléaire.

Peu après, le 12 août, un énorme accident industriel se produisait en Chine, dans la ville de Tianjin. L’explosion s’est produite dans une usine chimique de la zone industrielle, conduisant à un bilan officiel de 114 morts et plus de 700 blessés.

Une catastrophe industrielle à Tianjin, à 140 km de Pékin

Une actualité vite oubliée quand l’affaissement de la bourse de Shangaï a fait craindre le déclenchement d’une nouvelle dépression économique mondiale. Panique à bord : et si la Chine passait en dessous de 7 % de croissance annuelle ?. En oubliant que ce taux est déjà incroyablement élevé et destructeur de l’environnement. Et qu’un fort ralentissement interviendra de façon inéluctable et qu’il vaudrait mieux s’y préparer.

C’est le 13 août que, cette année, la consommation humaine a dépassé les ressources annuelles de la planète, puisant dans ses stocks. Du moins selon la méthode de « l’empreinte écologique », qui tente d’évaluer ce que représente le poids environnemental de l’activité humaine.

De la planète, revenons à la France, où le gouvernement a fait évacuer le 19 août la ferme des Bouillons, près de Rouen. Depuis des semestres, une belle lutte avait réussi à empêcher que ces terres soient transformées en un nouveau centre commercial d’Auchan, et commençait à mettre en oeuvre un projet d’agriculture alternative. Mais la police a mis un point final à cette belle action collective. Ce nouvel acte anti-écologique du gouvernement Valls nous a paru suffisamment important pour qu’on interrompe notre pause estivale : lire ici ce qui était en jeu.

A la Ferme des Bouillons, la police a tué l’alternative

Le lendemain, c’était l’ouverture des Journées d’été d’EELV (Europe Ecologie Les Verts). On y parlait peu ou pas des Bouillons, toute l’attention étant concentrée sur les départs successifs du parti des parlementaires François de Rugy et Jean-Vincent Placé, partisans de rejoindre le gouvernement socialiste.

A Notre-Dame-des-Landes, un événement assez bizarre se produisait : lors d’une expulsion sur un endroit extérieur à la ZAD, une fourgonnette de gendarmes se voyait attaquée par un groupe d’individus masqués, qui en cassait les vitres et y jetaient une bombe incendiaire.

Pendant tout le mois d’août, aussi, la profession agricole a vécu au rythme de l’effondrement des cours de la viande porcine et bovine. Au coeur de la crise : l’impasse dans laquelle se trouve le système productiviste pris dans une course à la concurrence internationale. La réponse des dominants : continuer dans cette voie. Le 22 août, Xavier Beulin, président de la FNSEA et d’Avril-Sofiproteol, demandait plus de concentrations d’élevages et la suspension des normes environnementales pendant un an.

Pour Xavier Beulin, la solution à la crise de l’agriculture passe... par la suspension des normes environnementales

Allez, vous savez presque tout. Juste quelques autres nouvelles rapides, et néanmoins importantes :

- Le tribunal du Contentieux de l’incapacité de Toulouse vient de rendre un jugement reconnaissant le droit à une allocation pour le handicap "d’électrosensibilité". Le "Syndrome d’hyper sensibilité aux ondes électromagnétiques" se voit donc reconnu par la justice (plus d’infos ici).

L’électro-sensibilité reconnue par la justice

- Les OGM bientôt autorisés au Kenya ? C’est le vœu qu’a formulé le vice-président du pays le 12 août. Le maïs MON 810 de Monsanto se généraliserait alors dans le pays, cette céréale étant la base de l’alimentation nationale. Au-delà, cela ouvrirait la porte aux OGM sur le continent, le Kenya étant le grenier de l’Afrique de l’Est (plus d’infos ici).

Alerte aux OGM au Kénya

- L’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a confirmé le 26 août que les néo-nicotinoïdes constituaient un danger pour les abeilles.

Et deux nouvelles scientifiques pour finir :

- L’ère industrielle a stoppé le refroidissement des océans. C’est ce qu’a mis en évidence l’étude d’un groupe de chercheurs international publiée le 17 août dans Nature Geoscience. Plus précisément, les températures de surfaces des océans ont régulièrement diminué du 1er au 18e siècle, soit pendant 1800 ans. Un phénomène stoppé depuis deux-cents ans à cause des activités humaines. Ce résultat confirme le rôle majeur des océans dans la régulation de la température terrestre. L’augmentation de leur température pourrait annoncer une accélération du réchauffement climatique.

- L’Homme est un « superprédateur ». Une étude de l’Université Victoria au Canada, publiée le 21 août dans Science, compare l’impact de l’espèce humaine sur ses proies à celle des autres prédateurs. Résultat, les humains exploitent les poissons de façon 14 fois plus intensive que les autres prédateurs marins et éliminent les grands carnivores (que l’on ne mange pourtant pas) neuf fois plus vite que s’ils se tuaient entre eux. Autre différence, alors que les autres prédateurs s’attaquent aux individus les plus faibles -les jeunes et les plus âgés -, les humains prélèvent les individus les plus charnus, c’est-à-dire les adultes reproducteurs, décuplant encore l’impact sur la faune sauvage.

Bonne reprise !




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Camille Martin pour Reporterre

Photos :
. Chapô : Action contre la mine de charbon de Garzweiler (Attac France)
. Michel Tarin : © Hervé Kempf/Reporterre
. Shell : Flickr (Backbone Campaign/CC)
. Action mine Allemagne : Flickr (350.org/CC)
. Philippe Germa : Capture d’écran
. Tianjin : Capture d’écran
. CRS : © robinletellier (voir son site)
. Beulin : © Romain Guédé/Reporterre
. Antenne relais : Robin des toits
. OGM : Wikipedia (CC/werktuigendagen )

29 mars 2017
Trump relance le charbon et défait la politique climatique d’Obama
Info
28 mars 2017
« La FNSEA a un discours schizophrène »
Entretien
29 mars 2017
Les technologies bouleversent le quotidien pour mieux conserver le système
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)