Centrale éolienne en baie de Saint-Brieuc : l’enfumage continue

31 mai 2014 / Gardez les Caps



Quelles fondations ? Quelles machines ? A quel prix de rachat de l’électricité ? Le projet d’une centrale éolienne dans la baie de Saint-Brieuc, en Bretagne, est rempli d’incertitudes et d’approximations. Les associations dénoncent un projet destructeur et les nombreuses irrégularités qui l’accompagnent.


Les articles récents du Télégramme (24 mai) et de Ouest-France (21 mai, 23 mai et 24 mai) viennent hélas confirmer ce que Gardez les Caps dit depuis maintenant trois ans.

Incertitudes et irrégularités

- Après deux ans d’études, le maître d’ouvrage du projet éolien en baie de Saint-Brieuc déclare ne toujours pas savoir quelles fondations choisir ! Après avoir annoncé des fondations « jackets » (treillis métallique), il parle désormais de fondations gravitaires, soit une emprise de béton sur les fonds marins de sept-cents m2 par éolienne (quinze fois plus large que prévu), au total des millions de tonnes de béton pour le bétonnage d’au moins 43 400 m2 de la baie de Saint-Brieuc.

Cet élément technique change dramatiquement la donne pour la préservation de l’écosystème de la baie, et pour les pêcheurs qui se sont prononcés sur des fondations « jackets ». C’était aussi la position du Conseil général des Côtes-d’Armor : Le Télégramme du 6 novembre 2013, et l’intervention du représentant du Conseil général lors de la réunion du suivi éolien à Saint-Brieuc le 28 février 2013.

- Les éoliennes changent de nature : elles seraient désormais des machines de huit MW, d’une hauteur d’environ deux-cent vingt mètres, avec des pales de quatre-vingt-dix mètres de long ! Rappelons que l’appel d’offres retenu par le Ministère de l’Environnement est sur la base de machines de cinq MW pour une hauteur de cent-soixante-quinze mètres.

- Nous ne savons toujours pas quel sera le prix de rachat de l’électricité par EDF, ni quelles sont les caractéristiques techniques retenues pour le choix de l’exploitant, alors que c’est une obligation légale !

Tout le Débat public s’est déroulé sans connaître ces données. A la suite du recours contentieux de Gardez les Caps, en dépit de l’avis de la Commission d’accès aux documents administratifs, aucun élément n’a été fourni. Nous avons déposé une demande d’injonction auprès du Tribunal Administratif de Paris en novembre 2012. Toujours aucune réponse alors que la Cour des comptes a épinglé le choix du lauréat pour irrégularité (Rapport de la Cour des comptes de juillet 2013).

Mais à qui profite ce projet ?

Les emplois locaux annoncés sont sous réserve. Et pour cause, on ne sait toujours pas ce qui va être implanté, comment, et à quel prix ? Dans quelle démocratie vivons-nous ?

Une Cour des comptes qui dénonce des irrégularités que personne ne prend en considération. Un Ministère qui refuse de transmettre des dossiers en toute illégalité. Des appels d’offres à géométrie variable sans contrôle des services de l’Etat. Du sponsoring qui achète … Et des politiques qui se taisent …

Que disent nos élus ? Rien ! Connaissent-ils vraiment le dossier ? Une courte
enquête réalisée avant les municipales, montre qu’ils sont globalement peu, ou mal informés.

Un citoyen peut-il accepter ces disfonctionnements ? Non ! Un lobbying bien rôdé et abondamment financé profite de la complexité technique du secteur de l’énergie pour fabriquer le consentement de l’opinion publique. Réagissons, inscrivons la baie de Saint-Brieuc dans une logique de développement cohérent, donc durable.

N’acceptons pas l’implantation d’une usine électrique qui produira une énergie subventionnée onéreuse, inefficace et polluante, dont les risques n’ont pas été évalués.

N’acceptons pas un projet qui remet en cause l’économie littorale des Côtes d’Armor.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Courriel à Reporterre de l’association Gardez les Caps

Lire aussi : L’usine Alstom d’éoliennes va détruire une zone humide

THEMATIQUE    Energie
22 juillet 2017
5 questions, 5 réponses pour comprendre la multiplication des feux de forêt
Info
22 juillet 2017
Les riches sont majoritairement responsables du désastre climatique qu’est l’aviation
Tribune
22 juillet 2017
Balade magnifique au Jardin du Lautaret, trésor de la botanique alpine
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Energie