Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Climat

Changement climatique : les pays riches perdent des sous, les pauvres perdent la vie

Le 27 décembre 2019, l’ONG britannique Christian Aid a publié la nouvelle édition de son rapport « Counting the Cost », une estimation du coût de la crise climatique en 2019. Ce rapport analyse 15 catastrophes liées à la crise climatique et conclut qu’au-delà d’un bilan humain lourd, elles ont chacune coûté au minimum 1 milliard de dollars.

Rapport « Counting the Cost »

Selon ce rapport, en 2019, les conséquences de la crise climatique qui ont été les plus onéreuses sont :

  • Les incendies en Californie, qui ont coûté 25 milliards de dollars en plus d’avoir privé des millions de personnes d’électricité ;
  • Le typhon Hagibis, au Japon, qui a causé des dégâts d’une valeur de 15 milliards de dollars et tué 98 personnes ;
  • Les inondations dans le Midwest et le sud des États-Unis qui en provoquant des ravages dans les terres agricoles et donc en perturbant les récoltes ont coûté environ 12,5 milliards de dollars.

En 2019, les événements extrêmes liés à la crise climatique qui ont eu les plus grandes conséquences en vies humaines se sont produits dans des pays pauvres :

  • Les inondations dans le nord de l’Inde ont forcé plus de trois millions de personnes à quitter leur foyer et en ont tué près de 2.000. Les dommages ont été estimés à plus de 10 milliards de dollars.
  • Le cyclone Idai, qui a frappé l’Afrique australe en mars, a été l’un des cyclones les plus meurtriers jamais enregistrés dans l’hémisphère Sud, tuant 1.300 personnes et causant plus de 2 milliards de dollars de dégâts.
  • L’ouragan Dorian a tué 673 personnes, dont la grande majorité aux Bahamas.

Selon les auteurs de l’étude, ces chiffres reflètent le fait que les populations défavorisées sont souvent celles qui paient le plus lourd tribut à la crise climatique, alors même qu’elles sont aussi parmi les moins responsables des émissions historiques qui sont à l’origine du phénomène. Ces catastrophes sont rendues plus intenses par le changement climatique, et les auteurs soulignent que cette tendance va se poursuivre, et qu’il est essentiel de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de façon rapide et importante pour limiter ses conséquences.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende