Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

Charbon : les projets de centrales en recul pour la quatrième année consécutive

Les projets de centrale à charbon diminuent dans le monde : c’est la tendance mise en évidence par le rapport Boom and Bust 2020 : Tracking The Global Coal Plant Pipeline, publié ce jeudi 26 mars par Global Energy Monitor, un réseau de chercheurs sur le charbon, avec Greenpeace, le Sierra Club et le Centre for Research on Energy and Clean Air.

Rapport Boom and Bust 2020

Les chiffres compilés par ces experts montrent une baisse de 16 % du nombre de projets de centrales à charbon dans le monde en 2019 par rapport à 2018, et de - 66 % depuis 2015 — ce chiffre comprend toutes les centrales annoncées et non annulées ni suspendues, à différents stades : seulement annoncées, en demande d’autorisation, autorisées, en construction.

Néanmoins, 68 GW de nouvelles capacités sont encore entrés en service dans le monde en 2019, dont 44 GW en Chine. Au total, la capacité installée nette a augmenté de 34 GW, ce qui représente la plus forte hausse depuis 2016, mais moitié moins qu’en 2015, avant l’accord de Paris. Cependant, hors Chine, le reste du monde a vu ses capacités installées nettes baisser pour la 2e année de suite, avec davantage de retraits (27 GW) que d’entrées en service (24,5 GW).

Premier promoteur du charbon au sein de l’OCDE, le Japon reste à contre-courant, avec près de 12 GW en projet, ce qui menace d’accroitre les émissions totales de la flotte japonaise de 50 % (sur toute la durée de vie des centrales), et près de 25 GW de projets financés à l’étranger, soit plus que toute la flotte australienne. Les auteurs estiment à 64,5 milliards de dollars les investissements totaux du Japon dans des centrales à charbon qui risquent d’être sous-utilisées.

Carbon Tracker a récemment estimé que le secteur était exposé à des pertes de 600 milliards de dollars du fait du manque de compétitivité des centrales existantes, en construction ou en projet face aux nouvelles capacités renouvelables.

À noter que, sur un an, les projets de centrale en préconstruction (les plus susceptibles d’être annulés) se sont réduits de moitié en Inde (le pays qui a désormais moins de projets à ce stade que la Turquie), de 60 % en Amérique latine, de 40 % en Afrique et de 22 % en Asie du Sud-Est.

Le rapport couvre les données 2019, mais les auteurs recensent déjà 14 projets dont la construction a été suspendue du fait de la pandémie du Covid-19 en Asie du Sud et du Sud-Est. Mais la Chine, où le pic des contaminations est passé début février, a approuvé 6,6 GW de nouvelles capacités du 1er au 18 mars 2020, soit davantage que sur toute l’année 2019 (6,3 GW).

  • Photo : Wikipedia (Philippe Alès/CC BY-SA 4.0)

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende