Chronique du jardin sans pétrole - Désherber sans pesticides, rien de plus facile !

Durée de lecture : 3 minutes

12 mai 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Le beau temps revient, et avec lui les herbes folles ! La flore spontanée pousse partout prenant de court les plantes potagères. Mais grâce aux techniques du désherbage bio, rien de plus facile que de s’en tirer sans pesticides.


Le soleil revient après des jours de pluie durant lesquels nous n’avons pu faire qu’une incursion rapide au jardin. Les semis de chou-rave flottaient dans la cagette. Il faudra améliorer ce système pour l’année prochaine en lui ajoutant une fonction « flottaison autonome » !

Déjà les akènes, des pissenlits poussés par le vent, s’envolent vers d’autres jardins. Et les pétales des cerisiers gisent au sol. Un autre nuage de fleurs blanches s’est installé sous un chêne, ce sont des corolles à cinq pétales biformes du compagnon blanc (Silène latifolia alba), dont je découvre un peu tard qu’elles sont distinguées de trois fourchettes par le Guide des plantes bio-indicatrices de Gérard Ducerf.

La flore spontanée pousse partout, prenant de court nos plantes potagères. Nos herbes folles de prédilection - renoncule rampante, oxalis, prêle, bourrache et consoude... - pointent partout sur les buttes et les pieds des framboisiers sont à nouveau encerclés par le trèfle blanc en dépit des copeaux de bois.

Changer son regard

Un tout nouveau livre publié chez Terre Vivante (Je désherbe sans produits chimiques !) explique comment obtenir de la tenue dans son jardin sans recourir aux pesticides. Les conseils de Denis Pépin semblent si faciles à mettre en œuvre que l’on se demande pourquoi le glyphosate (la molécule active du Roundup, herbicide total classé comme possiblement cancérigène chez l’homme par l’organisation mondiale de la santé) se vend encore.

Bien sûr, le désherbage bio demande de changer son regard sur les formes de vie qui nous entourent et d’agir avec discernement. Les méthodes à utiliser dans les allées diffèrent de celles que l’on applique au potager. La gestion différenciée en est le concept clé. En effet, pourquoi vouloir à tout prix nettoyer jusque sous une haie ? Laisser une bande de quelques dizaines de centimètres aux plantes spontanées dont les fleurs discrètes sont si poétiques permet d’offrir le gîte et le couvert aux insectes parmi lesquels des auxiliaires de cultures bien utiles.

Au potager, la technique ancienne du faux semis consiste à préparer le sol en émiettant la terre de surface et en arrosant s’il fait sec afin de provoquer la germination des graines qui s’y trouvent et de supprimer les jeunes pousses avant de faire ses propres semis. En paillant au fur et à mesure de la levée des plants, le désherbage est réduit et peut se faire manuellement. La fauche des fleurs spontanées avant qu’elles ne montent en graine évite leur stockage dans le sol et leur réapparition l’année suivante. Cette année nous surveillerons la bourrache qui a pris ses aises, d’autant qu’en salade ses fleurs bleues sont délicieuses.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Il pleut, c’est la fête aux limaces

Source : Christine Laurent pour Reporterre

DOSSIER    Pesticides Jardin sans pétrole

16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       Pesticides Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)