Climat et justice sociale : les infos pratiques des marches de ce week-end

Durée de lecture : 7 minutes

14 mars 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

Ce vendredi et ce samedi, les mobilisations en faveur du climat et de la justice sociale vont se multiplier à travers toute la France. Reporterre fait le point sur les événements parisiens, où Gilets jaunes, étudiants, youtubeurs et syndicalistes ont appelé à converger.

Lutte contre l’inaction climatique et environnementale, aspiration à une plus grande justice sociale, ou rejet des violences policières : les 15 et 16 mars, les mobilisations vont se multiplier à travers la France. Dans une conférence de presse conjointe donnée mardi 12 mars, des représentants de la grève des jeunes pour le climat, des marches du siècle et des solidarités, et des Gilets jaunes ont affiché leur volonté de faire « front contre un même système qui détruit l’humain et la planète ».

« On est tous concernés par la fin du mois et la fin du monde, a estimé Adel, du collectif Gilets jaunes IdF Rungis. Nous marcherons dans des cortèges séparés, pour que les messages restent audibles, qu’ils ne s’étouffent pas, mais en réalité ils ne s’opposent pas. On pourrait très bien être dans l’un ou l’autre des rassemblements. »

Un acte commun sera réalisé au cours des mobilisations de samedi : à 15 heures, les participants aux différents rassemblements poseront un genou à terre pour dénoncer toutes les formes de violence et de répression subies par celles et ceux qui s’engagent pour la justice fiscale, sociale ou climatique, pour défendre leurs droits ou pour réclamer des conditions de vie décentes.

Vendredi 15 mars – Grève étudiante et scolaire pour le climat

Ce vendredi 15 mars, les étudiants, lycéens et collégiens français uniront leurs forces avec les jeunes du monde entier. Ils répondent à l’appel de la jeune Greta Thunberg, militante suédoise de 16 ans qui mène, chaque vendredi depuis le 20 août 2018, une grève de l’école. « Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? », répète Greta Thunberg lors de ses discours. L’adolescente a invité la jeunesse mondiale à l’imiter et à déferler dans les rues pour réclamer des mesures fortes pour la protection du climat et du vivant.

Depuis le 15 février, des collectifs d’étudiants et de lycéens français reconduisent, tous les vendredis, une grève pour le climat sous forme de rassemblements, de marches et d’actions de désobéissance civile. Leurs actions se sont articulées, chaque semaine, autour d’ultimatums adressés au gouvernement et publiés par Reporterre : « déclarer l’état d’urgence écologique », « lancer une décroissance énergétique », « une transition alimentaire » ou encore « balayer l’organisation capitaliste mondialisée ».

Ce vendredi, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a proposé aux jeunes de venir débattre de l’écologie dans tous les lycées de France. « Nous appelons plutôt les lycéens et les étudiants à venir exercer leur citoyenneté et débattre hors de l’Éducation nationale, hors du cadre croissanciste destructeur de l’environnement », lui répond Claire Renauld, étudiante, membre de YouthForClimate France.

  • Informations pratiques : Près de 200 appels à la grève sont déjà recensées sur le territoire français. 1.500 à travers le monde. A Paris, le rendez-vous est fixé à 13 heures place du Panthéon (5e arrondissement). Le cortège se dirigera vers Montparnasse, puis cheminera jusqu’aux Invalides, où seront organisés des débats, des formations, des actions de désobéissance et des activités ludiques.

Samedi 16 mars – La marche du siècle

Marche pour le climat à Paris, le 8 décembre 2018.

Depuis l’été 2018 et la démission de Nicolas Hulot, le mouvement climatique est en plein essor. Les marches du 8 septembre, du 13 octobre et du 8 décembre ont connu un franc succès, rassemblant chacune plus de 150.000 personnes. Plus de 2 millions de personnes ont soutenu le recours de l’Affaire du siècle, dénonçant l’inaction de l’État en matière climatique. En parallèle, les émissions de gaz à effet de serre et les températures ont augmenté, la biodiversité a poursuivi son déclin et les inégalités se sont aggravées.

« La marche du siècle est l’occasion de hausser le ton face à un gouvernement qui reste sourd à nos revendications de justice climatique, dit Élodie Nace, d’Alternatiba. Nous souhaitons des mesures ambitieuses et immédiates qui permettent de vivre décemment aujourd’hui et de survivre demain. »

  • Informations pratiques : Comme pour la grève des jeunes pour le climat, près de 200 événements sont annoncés dans l’Hexagone.
    À Paris, le rendez-vous est donné à 14 heures, place de l’Opéra, pour le départ de la marche du siècle. Trois cortèges viendront garnir ses rangs :
    • Le cortège « urgence climatique et sociale » (départ du Trocadéro à 12 heures).
    • Le cortège « marche pour le vivant » (départ du parc Monceau à 13 heures).
    • Le cortège « roulons vert demain » (départ du Palais-Royal à 16 heures).
      Arrivée prévue avant 17 heures place de la République, pour des prises de paroles et des concerts.

Samedi 16 mars – L’acte XVIII des Gilets jaunes

Pour le 18e week-end consécutif et au lendemain de la fin du « grand débat national », des rassemblements de Gilets jaunes protéiformes vont se dérouler un peu partout en France. « Le mouvement des Gilets jaunes recense tout ce qui ne va pas, que ce soit en matière d’écologie, de fiscalité, de démocratie, dit Priscillia Ludosky, l’une des figures du mouvement. On nous reproche d’aborder trop de sujets, alors les mobilisations de ce week-end sont une bonne occasion de montrer que tout est lié, d’exiger de nos politiques un changement de cap général. » Dans une vidéo, Priscillia Ludosky, d’autres Gilets jaunes, des étudiants, des youtubeurs et des syndicalistes appellent « à l’union des rassemblements climat et Gilets jaunes à Paris » pour les 15 et 16 mars.

  • Informations pratiques : à Paris, quatre points de rencontre ont été fixés : sur le parvis des gares Saint-Lazare et du Nord, place du Châtelet et à Montparnasse. « Ne soyez pas aux rendez-vous avant 10 h, préviennent les organisateurs. Ceci vous évitera les contrôles et les nasses. Il faut tous y être entre 10 h et 10 h 10. Pas avant. » L’objectif affiché : converger vers le palais de l’Élysée.

Samedi 16 mars – La marche des solidarités

Marche pour Adama Traoré, à Beaumont-sur-Oise, samedi 21 juillet 2018.

Des collectifs antiracistes, contre les violences policières et de soutien aux migrants et sans-papiers organisent des marches des solidarités. Ils demandent notamment à l’État français « vérité et justice pour toutes les victimes de violences policières et du système des frontières », le « retrait des LBD, des flashballs, de tous les types de grenades et du pistolet à impulsion électrique » ou encore la « régularisation de tous les sans-papiers ». « Les violences policières, d’abord principalement exercées dans les quartiers populaires, s’étendent de plus en plus à toute la société, dit Ian, du collectif Désarmons-les et de l’Assemblée des blessés. Nos libertés reculent et les violences d’État gagnent du terrain contre l’ensemble de la population, avec notamment depuis le 17 novembre plus de 1.000 condamnations, près de 3.000 blessés, dont une centaine gravement, plus de 20 mutilés et une morte, Mme Zineb Redouane. »

  • Informations pratiques : Rassemblement à 13 h 12 place de la Madeleine, à Paris.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos :
. chapô : lors de l’« agora pour le climat », à Paris, fin janvier 2019. © Éric Coquelin/Reporterre
. marche climat : © Éric Coquelin/Reporterre
. marche pour Adama : ©Marion Esnault/Reporterre

DOSSIER    Gilets jaunes

THEMATIQUE    Luttes
28 juin 2019
La canicule est un enfer pour les SDF et pour les prisonniers
Reportage
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
13 juillet 2019
Fos-sur-Mer : un projet unique de science participative pour mesurer les pollutions industrielles
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Gilets jaunes



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)