Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Monde

Climat et manque d’eau : 700 millions d’Africains contraints de migrer d’ici à 2030 ?

Sécheresse en Éthiopie, 2016

« L’Afrique ne représente qu’environ 2 à 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais elle en subit les conséquences de manière disproportionnée. » Jeudi 8 septembre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié le troisième volet de son rapport État du climat en Afrique 2021. L’instance onusienne décrit les conséquences catastrophiques du changement climatique et des phénomènes météorologiques extrêmes pour le continent africain.

Sécheresses, inondations massives, augmentation de la demande en eau, hausse des températures (l’année 2021 a été la troisième ou quatrième année la plus chaude jamais enregistrée en Afrique)… Toutes ces difficultés cumulées « mettent en péril la santé et la sécurité des personnes, la sécurité alimentaire et hydrique et le développement socio-économique » dans les pays africains. L’OMM insiste notamment sur l’enjeu de l’eau : d’après ses projections, d’ici à 2030, 700 millions de personnes pourraient être contraintes de se déplacer pour cause de stress hydrique. Alors que de nos jours 418 millions d’Africains ne disposent pas d’un accès de base à l’eau potable, la situation pourrait s’aggraver et déclencher des conflits entre « des personnes qui sont déjà aux prises avec des difficultés économiques ».

D’où plusieurs recommandations formulées par l’institution, qui réclame entre autres un renforcement des systèmes d’alerte précoce et l’augmentation des investissements dans l’adaptation à la crise climatique.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende