Faire un don
49925 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
62 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Comment la Chine domine le marché du solaire

Durée de lecture : 3 minutes

17 octobre 2011 / Audrey Garric (lemonde.fr)

« Cette politique des bas coûts qu’elle a initiée, la Chine en paye aussi le prix. Nombre d’entreprises chinoises peinent à dégager des marges de profit, tant les prix sont tirés vers le bas et l’écoulement des stocks rendu difficile par l’âpreté de la concurrence. »


Elle est connue comme « l’usine solaire du monde ». La Chine a beau être l’une des économies les plus polluantes de la planète, engloutissant des barils de pétrole et carburant aux centrales à charbon, elle conforte aussi chaque jour davantage sa position dominante dans le secteur de l’énergie solaire.

Pékin, c’est le premier producteur mondial de panneaux photovoltaïques, avec désormais 70 % des parts de marché du secteur. Huit des douze plus gros fabricants mondiaux de cellules photovoltaïques, comme Suntech Power, JA Solar ou Yingli Green Energy, sont en effet originaires de Chine ou de Taiwan.

Une performance obtenue en moins de dix ans, grâce essentiellement à une tarification très agressive. Les prix des panneaux solaires chinois ont ainsi récemment chuté à 1,2 dollar par watt généré, contre 1,7 dollar l’an dernier, soit un coût nettement plus faible que la moyenne mondiale, qui s’élevait à environ 2 dollars en 2010. Les entreprises chinoises peuvent en effet compter sur le soutien de Pékin, en obtenant des prêts intéressants auprès des banques d’Etat. Le pays, qui vient d’inscrire les énergies renouvelables dans son nouveau plan quinquennal, a par ailleurs mis en place des subventions pour les grandes installations solaires, couvrant ainsi une partie de leurs coûts d’installation.

Le boom du photovoltaïque est tel que dans de nombreuses régions, comme dans le Qinghai, à l’ouest du pays, le bassin d’emploi local a été asséché par les développeurs de projets solaires qui se bousculent pour obtenir davantage de travailleurs. China Power Investment Corp a par exemple demandé l’aide de l’armée, employant deux mille soldats pour installer des panneaux solaires.

Conséquence : les entreprises chinoises sont parvenues à écarter un à un leurs principaux concurrents étrangers. Ces derniers mois, ce sont encore trois grosses entreprises américaines qui ont fait faillite, victimes de la guerre des prix dans le solaire : le fabricant de panneaux Solyndra – qui avait pourtant lui aussi profité d’une aide d’Etat, avec le plan de relance de l’administration Obama en 2009 -, Evergreen Solar, qui a été coté au Nasdaq, et SpectraWatt.

Mais en réalité, cette politique des bas coûts qu’elle a initiée, la Chine en paye aussi le prix. Nombre d’entreprises chinoises peinent à dégager des marges de profit, tant les prix sont tirés vers le bas et l’écoulement des stocks rendu difficile par l’âpreté de la concurrence. D’autant que Pékin est confronté à un affaiblissement de la demande, alors que l’Italie, la France ou d’autres pays européens, qui achetaient jusqu’à présent près de 80 % des panneaux solaires chinois, ont décidé de moins subventionner ces énergies renouvelables encore coûteuses à l’achat.

Pour soutenir son industrie, Pékin a alors mis en place des garanties gouvernementales aux prix d’acquisition pour les équipements électriques fonctionnant au solaire. La Chine, qui jusqu’alors exportait 95 % de la production à l’étranger, est en train de devenir un important consommateur de sa propre énergie solaire. Le marché du photovoltaïque domestique double ainsi chaque année et on estime qu’une maison sur dix est pourvue d’eau chaude solaire dans le pays. Le pays, qui compte pour l’instant une puissance installée de « seulement » 1 GW, vise 10 GW en 2020.

Par ces mesures, la Chine cherche aussi à réduire l’intense pollution qui touche ses villes ainsi que sa dépendance au charbon, pétrole et gaz, d’autant plus que, depuis l’accident nucléaire de Fukushima, elle ne souhaite plus investir massivement dans le nucléaire.

Le secteur du solaire devrait donc croître encore très rapidement dans les années à venir. Seul risque, selon les analystes : que le réseau électrique, encore peu développé, ne suive pas le rythme des raccordements, comme cela avait été le cas lors du boom de l’éolien, il y a trois ans.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://ecologie.blog.lemonde.fr/201...

Lire aussi : La Chine révise prudemment sa politique nucléaire

DOSSIER    Chine

THEMATIQUE    Énergie
12 décembre 2019
COP25, dernières heures : les États se disputent, la crise climatique s’aggrave
Reportage
13 décembre 2019
La Chine, une inquiétude pour le climat mondial
Info
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes exposent-ils au cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Chine



Sur les mêmes thèmes       Énergie





Du même auteur       Audrey Garric (lemonde.fr)