Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
37418 € COLLECTÉS
53 %
Je fais un don

Contre les déchets sauvages, un maire les renvoie à leurs propriétaires

29 septembre 2018 / Audrey Vuétaz (Reporterre)

Lassé de la multiplication des dépôts sauvage d’ordures, le maire d’une commune de l’Oise a décidé d’identifier les responsables et de leur renvoyer leurs déchets. Une mesure brutale, mais efficace, selon l’édile, qui milite pour que les élus aient davantage de moyens pour lutter contre ce fléau.

  • Laigneville (Oise), reportage

Parmi les herbes folles, des dizaines de saucissons au poulet, du poisson, des yaourts… en tout quelque 300 kg de denrées périssables abandonnées près d’un chemin de campagne. Nous sommes à Laigneville, une commune semi-rurale de l’Oise, et c’est le maire lui-même, Christophe Dietrich (sans étiquette), qui vient constater la présence de ce triste monticule. Il est au téléphone avec l’auteur de l’infraction. Tout est allé très vite, une plaque d’immatriculation relevée par un riverain a permis de remonter jusqu’à un numéro de téléphone portable.


Christophe Dietrich : « Vous avez deux options : soit vous venez récupérer vos déchets, soit je les déverse chez vous. »

« Vous avez deux options, explique le maire, soit vous venez récupérer vos déchets, vous prenez une petite amende et on en reste là, soit je les déverse chez vous et je dépose plainte auprès de la justice. » 
Au bout du fil, une voix un peu penaude : « Je viens les récupérer, s’il vous plait… j’ai fait une bêtise. » Une demi-heure plus tard, la totalité des déchets est ramassée.



Élu maire, sans étiquette, en 2014, Christophe Dietrich a fait de la lutte contre les dépôts sauvages son cheval de bataille. « Je ne suis pas un écologiste militant, par contre, j’ai une conscience écologique. J’ai été pompier dans le Var pendant trente ans, j’ai lutté contre les feux de forêt, ça m’a donné envie de préserver l’environnement dans lequel je vis. Lorsque j’ai pris mes fonctions de maire, la situation était devenue insupportable quand j’allais promener ma chienne entre midi et deux, je trouvais chaque fois un nouveau dépôt. Chaque semaine, les services municipaux passaient au moins deux jours à tout ramasser, deux jours qui n’étaient donc pas consacrés à l’entretien de la commune. »

« Le lendemain, le propriétaire a reçu dix tonnes de gravats dans son jardin » 

Pour stopper le phénomène, le maire a décidé de marquer les esprits et de renvoyer ces dépôts à leur propriétaire. Pour cela, il a remis sa casquette d’enquêteur. En effet, Christophe Dietrich a aussi été policier pendant quinze ans.



Peu de gens le savent, mais tous les maires de France sont officiers de police judiciaire. Ils ont le droit d’enquêter et Christophe Dietrich se sert de cette prérogative. Quelques mois après son élection, il s’est mis à fouiller les dépôts sauvages. Bien souvent, les gravats sont mélangés à des documents administratifs. Le maire recherche des adresses ou des numéros de téléphone. 
« Je travaille à l’ancienne, par recoupement. Je ne fais jamais identifier qui que ce soit, je me sers de ce que je trouve. On tire la pelote de laine, quand elle casse, elle casse ; quand on a un doute, on n’y va pas. Vous imaginez bien que, si je fais un retour à l’envoyeur et que je me trompe d’adresse, c’est totalement contre-productif. »

Dans un tiroir, le maire conserve les preuves accumulées au fil des ans.

Dans son bureau, un tiroir recueille les preuves récoltées au fil des ans. « C’est ce que j’appelle le musée des horreurs. » Des documents administratifs donc, un bout de devanture en plastique, une plaque de polystyrène avec un numéro de téléphone griffonné. Il y a aussi ces deux carreaux de carrelage aux arabesques très caractéristiques. Le premier carré a été trouvé au milieu de dix tonnes de déchets. Le second a été dégotté par le maire lui-même. « J’avais un doute sur un chantier… alors, à 22 heures, j’y suis allé et j’ai trouvé le même carrelage. Le lendemain, le propriétaire a reçu dix tonnes de gravats dans son jardin. » Radical. Pour faire un exemple, le maire a publié la vidéo sur les réseaux sociaux, en prenant soin de masquer l’identité du contrevenant. Il en a fait de même avec les « retours à l’envoyeur » suivants. Mais il lui est aussi arrivé de se placer à la limite de la légalité, en se faisant passer auprès d’un contrevenant pour un agent de la Caisse d’allocations familiales - ce qui lui a valu en 2017 une plainte de la part de celle-ci.

Au début, les administrés restaient circonspects face à ces méthodes cavalières. Beaucoup dénonçaient la manière, demandant plutôt la mise en place de décharges gratuites pour les professionnels. Mais les résultats sont arrivés : les dépôts se sont raréfiés. « On est tous derrière lui maintenant, c’est bien ce qu’il fait, notre maire. Rien que la semaine dernière, j’ai surpris quelqu’un en train de déposer des dizaines de pneus sur le bord d’une route, c’est écœurant. Il faut lutter contre cela », lance Denis, pêcheur à Laigneville. Désormais, certains riverains ont pris le relais et se chargent de photographier des contrevenants ou d’appeler le maire à la rescousse.
 « C’est important que les habitants participent, car on a bien des caméras de vidéo protection, mais cela ne fait pas tout. S’ils n’étaient pas là, je passerais mes journées à courir. » Quand on lui demande s’il n’incite pas à la délation, le maire s’agace : « Quand des crasseux font quatre-vingts kilomètres pour déverser leurs déchets sur notre commune, ce n’est pas de la délation que de prévenir le maire, j’appelle cela de la citoyenneté. »

« On peut me taxer de cow-boy avec mes retours à l’envoyeur, mais c’est la seule méthode que j’ai trouvée qui fonctionne » 

Depuis le début de l’année, six dépôts sauvages ont été constatés sur la commune. À chaque fois, le maire a réussi à identifier les auteurs. Mais il a changé de méthode : il ne renvoie plus les déchets, il demande aux coupables de ramasser. « Je considère que c’est plus pédagogique. » À chaque fois, les contrevenants ont accepté, même si aucun d’entre eux n’a admis directement les faits. En se retrouvant face à eux, Christophe Dietrich a appris à cerner leurs profils. « Ce sont très rarement des particuliers qui font cela. Souvent, ce sont des sociétés sous-traitantes étrangères, peu concernées par le respect de l’environnement en France. Ou alors, des entreprises qui se montent juste le temps d’un chantier avant de disparaître. Elles sont à moitié véreuses, elles se moquent royalement de savoir ce que leurs déchets vont devenir. »

Il y a aussi les sociétés qui font payer le retraitement des ordures à leurs clients et qui augmentent leurs marges en n’allant pas à la déchetterie. « Mais c’est très rare », précise l’élu, qui commence à se lasser de ne pas pouvoir bien combattre le fléau [1].


 Aujourd’hui, l’amende pour quelqu’un qui déverse ses déchets dans la nature s’élève à 68 euros. « C’est ridicule et cela ne dissuade personne. On peut me taxer de cow-boy avec mes retours à l’envoyeur, mais c’est la seule méthode que j’ai trouvée qui fonctionne. » Le maire demande à ce qu’on laisse aux communes la possibilité de fixer le montant des amendes. « Je peux vous dire qu’avec une amende à 2.000 euros, on n’aurait plus besoin de surveiller nos communes, ça se saurait vite. »

Actuellement, il existe bien un texte de loi, l’article 541-46 du Code de l’environnement, qui prévoit jusqu’à 75.000 euros d’amende. Mais la procédure est longue et aucune des plaintes du maire n’a abouti jusqu’à présent. « On a même été débouté une fois, car on a ramassé les déchets. Il n’y avait alors, selon la justice, plus d’infraction. C’est presque une blague. » Celui qui a été connu par ses retours à l’envoyeur spectaculaires se fait désormais le porte-parole de tous les maires de France. « Il y a un ras-le-bol général de ces incivilités et nous sommes en première ligne. Si quelqu’un se blesse avec ces déchets, ce sera, à chaque fois, de la faute du maire. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.



Lire aussi : David Wahl : « Les déchets trahissent notre refus de la mort »

Source : Audrey Vuétaz pour Reporterre

Photos :
. chapô : Pixabay (CC0)
. Autres : © Audey Vuetaz/Reporterre

DOSSIER    Déchets

THEMATIQUE    Politique
7 décembre 2018
En Haute-Savoie, les agriculteurs cherchent les solutions face au changement climatique
Alternative
7 décembre 2018
Comment analysez-vous le mouvement des Gilets jaunes ?
Une minute - Une question
8 décembre 2018
Jour 6 : Alerte à la climatisation
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Déchets



Sur les mêmes thèmes       Politique