Faire un don
45772 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
57 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Cuba, le pays de l’agriculture biologique

Durée de lecture : 2 minutes

3 décembre 2016 / Martin Bertrand (Reporterre)

La situation géopolitique particulière de Cuba a contraint l’île des Caraïbes à se convertir, avec succès, à l’agriculture biologique. Reporterre vous propose un reportage photographique dans la vallée de Vinales, emblématique de cette réussite.

  • Vallée de Vinales (Cuba), reportage

De l’embargo des États-Unis (1962) à la chute de l’URSS (1991), Cuba a progressivement perdu ses principales possibilités d’importations. L’agriculture du pays a ainsi été privée de matériels agricoles, d’engrais chimiques et d’autres pesticides. Nécessité faisant loi, il a fallu continuer à produire pour se nourrir et, pour cela, des techniques agricoles traditionnelles et biologiques se sont développées. Après une période de transition, le résultat est là, car l’île s’est presque entièrement convertie au bio. Le rêve des écologistes du monde entier s’est réalisé sur cette grande île des Caraïbes.

L’exemple idéal de cette réussite se trouve dans la vallée de Vinales. Située dans l’ouest de l’île, au sein de la Sierra de Los Organos, elle bénéficie de sols fertiles et d’un climat propice à l’élevage et aux cultures.

La vallée est très connue pour ses « mogotes », collines de calcaire qualifiées de reliefs karstiques qui seraient le fruit d’une longue érosion. Ces immenses dômes allant jusqu’à 300 mètres de hauteur évoquent un décor de film fantastique. La région est d’ailleurs, depuis 1999, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le ciel appartient aux oiseaux 

La nature y a encore ses droits : la végétation offre de magnifiques nuances de vert ; le ciel appartient aux oiseaux tandis que libellules et papillons déambulent librement. Au petit matin, les coqs et les cochons nous réveillent par leurs bruits incessants. Voitures et chevaux se partagent la chaussée, alors que des poules nous coupent souvent la route.

Dans cette contrée, la principale activité est l’agriculture. Beaucoup de différents fruits et légumes y poussent ainsi que le tabac cubain, unique au monde. Privés de machines agricoles, les champs sont labourés par la traction des bœufs, le manioc est découpé à la machette et l’élevage des animaux se fait autant dans les enclos que dans les jardins des maisons. Il est agréable de savoir que ce que l’on mange est récolté et élevé sur place.

Depuis ces dernières années, la vallée de Vinales connait une forte augmentation du tourisme due à sa beauté et à son authenticité. Néanmoins, attention à ne pas « tuer la poule aux œufs d’or », car il serait dommage que ce lieu et ses richesses deviennent une simple attraction touristique.

Une vue de la vallée de Vinales et des « mogotes » depuis un mirador.
Un agriculteur cubain.
La récolte du manioc.
Le manioc sera découpé à la machette.
La plupart des familles de la vallée élèvent des porcs ou des poulets chez eux.
La terre rouge de la vallée est propice à l’agriculture.
Les enfants travaillent avec leurs parents depuis leur plus jeune âge.
Élevage de bœufs dans une ferme de la vallée.
Le retour des chevaux au ranch.
La vallée de Vinales à la tombée de la nuit.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Cuba, le pays où l’agroécologie est vraiment appliquée

Source : Martin Bertrand pour Reporterre

Photos : © Martin Bertrand/Reporterre

THEMATIQUE    Agriculture International
13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Agriculture International





Du même auteur       Martin Bertrand (Reporterre)