Dans le Limousin, bataille contre l’épandage des pesticides par hélicoptère

Durée de lecture : 2 minutes

2 avril 2013 / Pascale Garcia (Reporterre)

En Limousin, la culture de la châtaigne recourt à des épandages de pesticides par avion ou par hélicoptère. Une association a réussi à faire reculer cette pratique nuisible à la santé.


« Dans les vergers du Limousin, les tracteurs équipés d’aérosols répandent des pesticides, jusqu’à 50 passages par an  » explique Fabrice Micouraud président de l’association Allassac-ONGF et administrateur de Générations Futures.

Il tempête contre le développement de la casténeiculture [culture de la châtaigne] intensive où l’on reproduit les mêmes erreurs qu’avec les pommiers. « Des arbres plantés en rangs, des variétés de châtaignes non locales mais à fort rendement qui nécessitent beaucoup de traitements, notamment par voie aérienne ». En France, la loi interdit les épandages par voie aérienne, sauf dérogations… trop souvent accordées jusqu’à présent déplore-t-il.

Et dans ce cas, d’ailleurs, des conditions particulières doivent être respectées comme les distances par rapport aux habitations, aux points d’eau, etc. « Entre 2008 et 2010, on a assisté à des épandages par hélicoptères jusque dans des cours de maisons ! Pas n’importe lesquels, des applications de produits classés cancérigènes ou perturbateurs endocriniens. Nous avons porté plainte contre une quinzaine de communes. Suite à quoi, malgré les pressions, le préfet a refusé de signer les dérogations ! » Une grande victoire pour la petite association car en 2012, il n’y a pas eu de pulvérisation par hélicoptère.

Reste que les particuliers ont dû mal à faire valoir leurs droits. En cas de dépôt de plainte, il faut pouvoir faire constater le dommage par un agent assermenté, prouver les conditions météo, mener des investigations sur le calendrier (concordance des déclarations de traitements et traitements effectifs par exemple), et connaître les textes, ce en quoi s’est spécialisée l’association de M. Micouraud.

Ainsi selon les textes de loi, lorsqu’il traite, un agriculteur doit tenir compte de la force du vent. Au delà de 19km/h, un riverain peut se plaindre. C’est pourquoi l’Allassac-ONGF souhaiterait l’installation de drapeaux ou de manchons dans les champs pour indiquer le sens et la force du vent.

En attendant, la dernière action des militants limousins semble avoir porté ses fruits : « Nous avons défilé et planté des croix blanches dans les champs en hommage aux agriculteurs victimes, passées et à venir. Peu de temps après, le conseil général de Corrèze a annoncé qu’il s’engageait dans une charte zéro pesticides  ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Pascale Garcia pour Reporterre

Photo : France 3 Limousin

Lire aussi : Pesticides en Limousin, des médecins lancent l’alarme

DOSSIER    Pesticides

THEMATIQUE    Santé
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Pesticides



Sur les mêmes thèmes       Santé





Du même auteur       Pascale Garcia (Reporterre)