Des ONG demandent la fin de l’huile de palme dans les carburants

Durée de lecture : 2 minutes

22 janvier 2019

Une coalition d’ONG s’est mobilisée mardi 22 janvier dans cinq capitales européennes –- Paris, Berlin, Madrid, Rome et Bruxelles –- pour demander à l’Union européenne de mettre fin aux subventions pour l’huile de palme dans les carburants.

À Paris, devant la représentation de la Commission européenne, des militants des associations ANV COP21, Canopée, Les Amis de la Terre, One Voice, SumOfUs et Greenpeace ont installé une « forêt tropicale », avec de faux palmiers à huile et des personnes en déguisement d’orangs-outans (photo). Ces primates sont en effet menacés par la destruction des forêts où ils vivent, en Asie du Sud-Est, remplacées par des monocultures de palmiers à huile.

En mai dernier, le Parlement européen a adopté une loi pour mettre un terme à l’incorporation dans les carburants de matières premières qui sont à « haut risque » pour le climat, comme l’huile de palme. La Commission européenne doit entériner cette volonté par un acte délégué, attendu pour le 1er février.

En France, les agrocarburants sont responsables de 75 % de l’huile de palme consommée. Selon les ONG, ces « biocarburants » sont « trois fois plus néfastes pour le climat que les carburants conventionnels, à cause de la déforestation qu’ils entraînent ». « Les plantations de palmier à huile sont en train de ravager les dernières forêts tropicales primaires de la planète et la précieuse biodiversité qu’elles abritent », écrivent-elles dans un communiqué.

En décembre dernier, « l’Assemblée nationale a supprimé l’avantage fiscal permettant l’incorporation d’huile de palme dans les carburants mais Total, propriétaire de la bioraffinerie de La Mède, a annoncé vouloir remettre en cause le vote des députés en demandant une dérogation, a affirmé Sylvain Angerand, président de Canopée Forêts vivantes, dans un communiqué. Si la Commission ne tranche pas clairement et ouvre des dérogations, il est certain que Total s’engouffrera dans la brèche. »

  • Source : Greenpeace.
  • Photo : © Guenole Le Gal, pour la coalition d’ONG


Lire aussi : L’huile de palme « durable » n’existe pas


21 octobre 2019
Un garde forestier assasiné en Roumanie
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
L’ONF abandonne l’usage de pesticides en forêt publique
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
Les Verts progressent fortement aux élections en Suisse
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
Etouffé par la chaleur, le Qatar climatise même les rues
Lire sur reporterre.net
19 octobre 2019
L’Eglise catholique pourrait qualifier de « péché » les actes anti-écologiques
Lire sur reporterre.net
18 octobre 2019
Notre-Dame : six mois après l’incendie, le scandale de la contamination au plomb
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Cambriolée, la rédaction de Streetpress a besoin de soutien
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Dans les lacs, les algues se multiplient à cause du changement climatique
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Un écologiste assassiné en Indonésie
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
La pêche électrique détruit les écosystèmes, confirme une étude
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2019
Les décrocheurs parisiens de portraits de Macron condamnés à 500 € d’amende
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2019
La loi énergie-climat devant le Conseil Constitutionnel
Lire sur reporterre.net
15 octobre 2019
Google a financé des groupes climato-sceptiques
Lire sur reporterre.net
15 octobre 2019
De la viande provoque trois morts en Allemagne, deux départements français en ont importé
Lire sur reporterre.net
15 octobre 2019
Le gouvernement projette la construction de six réacteurs EPR
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Forêts tropicales

21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales