Des dizaines d’OGM en voie d’autorisation par l’Europe

Durée de lecture : 1 minute

28 février 2013 / Les Amis de la Terre

Les règles d’évaluation des OGM changent. Mais le nouveau régime ne s’appliquera pas aux produits transgéniques dans les tuyaux, qui voient donc leur autorisation confirmée.


Les représentants des 27 gouvernements de l’Union Européenne réunis le 25 février 2013 au sein du Comité Permanent de la Chaîne Alimentaire, ont décidé d’ouvrir brutalement le marché européen à 66 nouveaux OGM. 27 d’entre eux pourront aussi envahir les champs.

Aujourd’hui, les industriels qui veulent commercialiser des OGM, décident eux-mêmes des protocoles d’évaluation sanitaires de leur produit. Face à l’inquiétude des consommateurs et citoyens constatant que de plus en plus de nouveaux produits technologiques atterrissent dans leur assiette et dans les champs sans aucune évaluation sérieuse, l’Europe a suspendu ses procédures d’autorisation dans l’attente de la définition de protocoles officiels.

Le règlement adopté le 25 février rend l’évaluation toxicologique enfin obligatoire. Cette décision devrait rassurer les consommateurs constatant qu’elle ne l’était pas jusqu’à présent !

Mais nos gouvernements ont décidé que ces nouvelles règles ne s’appliqueront pas aux 93 dossiers actuellement en attente. Ces OGM seront donc « évalués » suivant les protocoles les plus laxistes qui ont permis l’autorisation systématique de l’écrasante majorité des OGM examinés jusqu’à ce jour par les comités d’experts européens.

Il semblerait que le gouvernement français ait accepté cette supercherie. Les organisations soussignées dénoncent ce recul scandaleux qui va contre l’intérêt général. Suite à la succession des scandales qui ébranlent la confiance des consommateurs dans la sécurité sanitaire des produits industriels introduits dans les champs et les assiettes, elles attendent du gouvernement français qu’il indique rapidement comment il compte s’opposer à sa mise en application.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre des Amis de la Terre

Illustration : Fondation SQLI

Lire aussi : La culture des OGM a presque disparu d’Europe, hormis l’Espagne

DOSSIER    OGM

THEMATIQUE    Agriculture
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains


Dans les mêmes dossiers       OGM



Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Les Amis de la Terre