Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Animaux

Des oiseaux englués dans du pétrole plus d’un an après le naufrage du « Grande America »

Le naufrage du Grande America continue d’avoir des conséquences sur la biodiversité, plus d’un an après les faits. Ce porte-conteneur, qui a coulé au large de La Rochelle en mars 2019, transportait des produits chimiques et 2.200 tonnes de fioul lourd. La pollution générée par cet accident serait encore aujourd’hui responsable de la mort d’oiseaux marins, selon l’ONG Sea Shepherd.

Lors d’une opération destinée à alerter sur les captures de dauphins par les navires de pêche, les équipes de Sea Shepherd auraient découvert plus de 250 oiseaux marins morts sur une plage. Certains portaient des traces d’hydrocarbures qui proviendraient, selon l’association, du Grande America. L’analyse du plumage de l’un de ces oiseaux montre en effet qu’il a été englué dans du pétrole issu du porte-conteneur. Le nombre d’oiseaux victimes de cette pollution pourrait être plus élevé. Selon l’association, les 250 oiseaux retrouvés morts ne représenteraient « qu’une infime partie des animaux tués ou affaiblis et rejetés sur les plages par les tempêtes ».

En février 2020, l’équivalent de deux mètres cubes d’hydrocarbures avait déjà été retrouvé sous forme de boulettes sur des plages de Loire-Atlantique et de Vendée. Après analyse d’échantillons, le laboratoire du Cedre, situé à Brest, avait conclu qu’elles provenaient bien du Grande America. La persistance de cette pollution s’explique par la présence de fuites dans une cuve de l’épave. Peu après le naufrage, des travaux avaient pourtant été réalisés à l’aide d’un sous-marin afin de boucher les trous dans la coque du navire, qui gît aujourd’hui à 4.600 mètres de profondeur. Cela n’a manifestement pas suffi. « Le fioul est plus léger que l’eau, il finit toujours par passer par un orifice », expliquait en février Stéphane Doll, directeur du Cedre, à Ouest-France.

« Certes, il n’y a pas eu de marée noire de l’ampleur de certains épisodes dramatiques précédents, a déclaré Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France. Mais si ce navire n’a pas détruit la vie marine par une grosse marée noire qui aurait mobilisé l’opinion et les pouvoirs publics, il le fait à petit feu dans l’indifférence générale. »

  • Sources : Reporterre avec communiqué de presse de Sea Shepherd et Ouest-France
  • Photo : un oiseau mazouté. Wikipedia (Brocken Inaglory/CC BY-SA 3.0)

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende