Deux millions d’euros dans les poches du PDG de Vinci en 2012

Durée de lecture : 3 minutes

19 janvier 2013 / Hervé Kempf (Reporterre)

Xavier Huillard, <span class="caps">PDG</span> de Vinci

Xavier Huillard est le PDG de Vinci, le groupe qui veut construire un aéroport à Notre Dame des Landes. Il s’est encore enrichi en 2012. En achetant et en vendant les actions de son groupe, grâce au mécanisme des stock-options, il a reçu plus de deux millions d’euros, en sus de sa rémunération.

C’est l’agence Reuters qui a sorti l’information, au début de l’année : Xavier Huillard, le PDG de Vinci, a levé un paquet de stock-options en 2012. Intéressant et bien vu, même si personne n’en a parlé. Bravo, collègue.

Mais il y avait quelque chose que je ne comprenais pas bien dans la dépêche, dans le jeu entre achats et reventes d’actions, et les chiffres ne me paraissaient pas clairs. Alors j’ai repris les données, en saluant le camarade de Reuters qui a ouvert la voie.

Comment savoir ?

Légalement, les dirigeants des grandes entreprises doivent déclarer leurs opérations sur les actions de leurs propres entreprises auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). C’est une obligation prévue par l’article L-621-18 du Code monétaire et financier.

Très bien. On va donc sur le site de l’AMF. Ah ? Où chercher ?

Il faut cliquer dans la colonne de gauche sur « Décisions et informations financières ».

Une colonne s’ouvre, et il faut cliquer sur « Décisions et informations de l’AMF ».

On se retrouve ici.

Alors là, on regarde le ruban bleu en haut de la page, et on distingue un mince bandeau où plusieurs onglets sont proposés. Il faut cliquer sur « Accès par société ».

On voit ceci : un joli formulaire où on va indiquer le nom de la société et la période à étudier.

Bon, on va inscrire « Vinci », en pensant à cliquer « Index » à droite pour bien choisir « Vinci » parmi trois possibilités.

On va inscrire du 1 janvier 2012 au 1 janvier 2013, et voici qu’apparait, un tableau. On va cliquer sur l’onglet « Déclaration », et voici que surgit, normalement, cette splendide liste.

Bravo !

Sauf que là, on n’a fait qu’une partie du travail. Parce qu’il faut ouvrir tous les avis les uns après les autres - il y a en 43 -, et noter à côté les opérations de ces messieurs. Car si Xavier Huillard, le président a été très actif (c’est formidable que parmi toutes ses occupations, cet homme trouve encore le temps de vendre et d’acheter les actions de la société qu’il dirige), le directeur financier de Vinci, Christian Labeyrie, ne l’est pas moins.

Chaque fiche va avoir cette allure : http://www.amf-france.org/inetbdif/....

Et là, pas d’autre solution que de prendre une feuille et de noter précisément les opérations, qui consistent soit en « exercice de stock-options » (le dirigeant achète des actions à un cours défini à l’avance), soit en « cessions » (il les vend au prix du marché). Comme le prix du marché est supérieur au cours défini à l’avance pour les stock-options, le dirigeant empoche la différence. Elle n’est pas belle, la vie ?

On prend les fiches une à une, en laissant de côté celles concernant Christian Labyerie. Ce qui nous donne pour Xavier Huillard :

- Cessions : avis dont les numéros se terminent par 3845, 3844, 3943, 3669, 2272, 1721, 1027, 0628, 0060.

- Exercice de stock-options : avis dont les numéros de terminent par 5318, 3842, 2543, 2273, 0061.

Ensuite, on prend la calculette (il faut vraiment tout faire, ici !), on additionne, on soustrait, ce qui nous donne :

- Cessions : 5.278.419 €.

- Exercice de stock-options : 3.178.133 €

- Gain : 2.100.286 €

Plus de deux millions d’euros ! Très bien... Et qui s’ajoutent à sa rémunération de l’ordre de 1,8 millions d’euros, selon le Journal du Net.

Voilà aussi pourquoi on veut construire des aéroports...

Si une erreur s’était glissée dans le calcul, que Xavier Huillard n’hésite pas à me contacter, je me ferais un plaisir de rectifier.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les grands patrons gagnent plus de 400 fois le SMIC

Source : Hervé Kempf pour Reporterre.

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Économie
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Économie





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)