Hervé Kempf, rédacteur en chef / © Mathieu Génon

« Une presse critique, indépendante et d’investigation…

…est la pierre angulaire de toute démocratie. Elle doit avoir une indépendance suffisante vis-à-vis des intérêts particuliers pour être audacieuse et curieuse, sans crainte ni faveur. » Nelson Mandela

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 10 000 donateurs

Soutenez la presse indépendante,
faites un don en 2 minutes à Reporterre, même pour 1 €.

Soutenir le journal

EELV prend position contre l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure

Durée de lecture : 3 minutes

21 juin 2013 / EELV




Déchets nucléaires : Non à CIGEO, oui au débat public

Un débat public a débuté autour du projet CIGEO porté par l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) de construire à Bure (Meuse) un site de stockage de déchets nucléaires à haute et moyenne activité et à vie longue en couche géologique profonde.

Prévu initialement jusqu’au 15 octobre par la Commission Nationale du débat Public, le débat a mal commencé : sa réunion inaugurale publique prévue à Bure le 23 mai n’a pas pu se tenir. Les réunions prévues les 30 mai à Saint-Dizier et 6 juin à Joinville ont été différées. Aujourd’hui, à Bar-le-Duc, doit finalement se tenir la première réunion. Si le débat est donc mal parti, pour autant il doit avoir lieu.

Non à CIGEO

EELV rappelle son opposition à CIGEO et au stockage en couche géologique profonde des déchets nucléaires et déplore que leur entreposage en surface ou sub-surface n’ait pas fait l’objet d’études approfondies. L’enfouissement dans la croûte terrestre de déchets qui resteraient dangereux pendant des millénaires ne peut être la solution.

En outre, ce projet comporte des zones d’ombre et est contesté par de nombreux scientifiques, notamment sur l’inventaire des déchets qui seraient stockés (avis de l’ASN du 16 mai 2013), sur les risques d’incendie (déchets bituminés) et d’explosion d’hydrogène (panne prolongée de ventilation). Nul ne peut garantir la sûreté absolue qu’exigerait un tel projet dont la réalisation (construction et remplissage) devrait durer environ cent ans.

Ces questions, et bien d’autres, sont à mettre sur la table. La loi de 2006 sur la gestion des déchets nucléaires prévoyait un débat public avant que ne s’enclenche le cycle du débat parlementaire. Le temps de ce débat est venu.

… Oui au débat

Les écologistes militent depuis toujours pour que les citoyens soient associés à la préparation des décisions d’infrastructures ayant un impact environnemental. Mais, en matière nucléaire, la France ne s’est jamais distinguée par la transparence. Le débat public est non seulement nécessaire parce que prévu par la loi, mais il est utile parce qu’il conduit à confronter tous les avis et à sensibiliser l’opinion. Ce projet doit être refusé : c’est possible.

Le débat CIGEO doit être aménagé afin de tenir compte des demandes de l’ASN, de prendre en compte les travaux du débat sur la transition énergétique, d’entendre les expertises critiques, de tenir compte du report des premières réunions et de trouver des formes nouvelles de recueil de l’opinion des habitants du sud meusien et du nord haut marnais afin d’articuler débat local et débat global.

EELV appelle tous les acteurs concernés à participer au débat, sous toutes ses formes afin de réclamer une vraie alternative au projet CIGEO, trop souvent présenté comme inéluctable.






Source : EELV

Photo : L’Alsace.fr

Lire aussi : Le député Denis Baupin propose de repousser le débat sur les déchets nucléaires de trois mois

DOSSIER    Déchets nucléaires

9 novembre 2020
Dans le Morbihan, le projet de centre d’aide aux animaux vire à la bataille judiciaire
Enquête
30 novembre 2020
Pour résister à la « tempête néolibérale », des écologistes ouvrent des squats
Reportage
13 novembre 2020
Les serres géantes, « usines à tomates », envahissent la Bretagne
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires