EN VIDÉO - Comment la musique fait pousser les plantes

Durée de lecture : 1 minute

5 avril 2018 / Sérine Lortat-Jacob (Reporterre)

Découvertes par le scientifique Joël Sternheimer, les protéodies sont une sorte de musique intérieure aux cellules vivantes. Des mélodies choisies aideraient les plantes à se développer comme à résister à la sécheresse. Un laboratoire de recherche français a apporté la « preuve de concept » de l’efficacité de cette stimulation musicale.

La musique peut-elle soigner les plantes ? À en croire la centaine de clients de Genodics, la société qui a mis au point le procédé qui consiste à soigner les plantes en leur jouant des mélodies très spécifiques, la réponse est oui, et les résultats sont parfois spectaculaires.

Mais il manquait la vérification scientifique du phénomène. Elle semble désormais réalisée, grâce à des chercheurs en biologie de l’université de Cergy-Pontoise. Ils ont apporté une « preuve de concept » de la stimulation ou inhibition des gènes par la diffusion d’une mélodie. Pour Olivier Gallet, spécialiste en biologie végétale et directeur d’Errmece (Équipe de recherche sur les relations matrice extracellulaire-cellule), « on a tendance à étudier les paramètres atmosphériques et à négliger un paramètre de l’environnement qui est celui de la fréquence sonore. À travers ce travail, nous tâchons d’expliquer en quoi cet impact peut moduler le comportement du vivant et induire à une expression de certains gènes ». Les premiers résultats semblent probants et feront l’objet d’une publication scientifique d’ici à la fin de l’année.


REGARDER NOTRE REPORTAGE VIDÉO


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et viédo : Sérine Lortat-Jacob pour Reporterre

THEMATIQUE    Nature
20 juillet 2019
Tour de France : l’équipe Ineos, championne du plastique polluant
Enquête
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito


Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Sérine Lortat-Jacob (Reporterre)