Faire un don
28372 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
35 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

EN VIDÉO - Dans la Loire, le « village radioactif » souffre toujours de la mine d’uranium

Durée de lecture : 2 minutes

28 novembre 2017 / Benjamin Delombre (Reporterre)

Pendant 20 ans, une mine d’uranium a fait la prospérité du village ligérien de Saint-Priest-la-Prugne. Mais, en 1980, le site a fermé, la carrière a été comblée de déchets radioactifs puis inondée en guise de mesure de sécurité. Areva dit surveiller la situation, les élus voudraient parler d’autre chose et un collectif d’habitants « scandalisés » est inquiet. Reportage en vidéo.

  • Saint-Priest-la-Prugne (Loire), reportage

Saint-Priest-la-Prugne (Loire), 442 habitants, est de ces villages qui ne finissent pas de porter le fardeau de l’industrie nucléaire française. Entre 1960 et 1980, le petit bourg du Massif central a accueilli une mine d’uranium. Avec ses 700 emplois, elle a fait la prospérité de ce coin de moyenne montagne, isolé des villes et éloigné des grands axes.

Mais depuis presque 40 ans, tout a changé.

La mine a fermé et la carrière à ciel ouvert a été comblée par 1,3 million de tonnes de minerais radioactifs, issus du traitement de l’uranium. En guise de sécurité, Areva avait jugé suffisant de recouvrir le tout d’une lame d’eau de deux mètres. « Un scandale », ont alors jugé des riverains réunis depuis en collectif. D’autant que, d’après les relevés, les radiations à quelques centaines de mètres du village sont presque 70 fois supérieures à la moyenne naturelle. Areva se veut rassurante : sans exposition prolongée, aucun risque pour la santé. Les experts indépendants sont plus inquiets.

Pressé par les associations et les pouvoirs publics, le géant du nucléaire dit suivre de près la situation mais a renoncé, en 2015, à faire construire de nouvelles installations plus protectrices — le confinement du minerai sous une couche solide. Entre les habitants, les associations, Areva et les élus, tout semble aujourd’hui paralysé.

À Saint-Priest-la-Prugne, ce feuilleton de presque quarante ans commence même à agacer certains. Mme la maire, par exemple, aimerait tourner la page, parler d’autre chose. De l’économie locale, qui se porte bien, ou du dynamisme du tissu associatif. Ras-le-bol, dit-elle, que Saint-Priest-la-Prugne soit réduit à un surnom bien lourd à porter, celui de « village radioactif ».


Visionner le reportage


POUR ALLER PLUS LOIN


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Areva traite mal les déchets d’uranium à Malvési

Source : Benjamin Delombre pour Reporterre

DOSSIER    Déchets nucléaires

6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
6 décembre 2019
Mobilisation contre les retraites : « Le 5 décembre n’est qu’une étape »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires