Elections au Royaume-Uni : personne n’en parle, mais les Verts sont bien là

Durée de lecture : 7 minutes

7 mai 2015 / Molly Scott Cato

Jeudi 7 mai, les élections législatives ont eu lieu outre-Manche. Les Verts britanniques sont en bonne forme, mais bloqués par un système électoral dépassé et injuste. La députée européenne Molly Scott Cato nous explique la situation de nos voisins greens.
Ceux-ci ont recueilli plus d’un million de voix - et un député.

- Actualisation - Les Verts ont obtenu lors de l’élection du 7 mai au Royaume Uni 1,125,259 voix, soit 3,7 % des voix. Ils auront un député au Parlement, Caroline Lucas, élue à Brighton. Les Verts se réjouissent de ces résultats, soulignant « plus d’un million de personnes ont voté pour les écologistes, quatre fois plus que dans les élections précédentes »


Molly Scott Cato

Les Verts anglais détiennent actuellement un siège dans le parlement britannique et espèrent en décrocher d’autres aujourd’hui, aux élections législatives. Le siège actuel est détenu par Caroline Lucas (photo chapô) dans la circonscription de Brighton.

Un parti populaire mais mal représenté

Nous connaissons un franc succès dernièrement ! Je me réjouis du fait que nous avons aujourd’hui plus de 60.000 membres suite à la ‘green surge’ (vague verte) qui a débuté en janvier 2015. Pour vous donner une image de ce que cela représente, en termes de membres, nous sommes plus ou moins côte à côte avec les Verts en Allemagne.

Il semble maintenant que cet élan peut être attribué au moins à une réaction contre le bond de popularité de UKIP en 2014. En fait beaucoup de nouveaux membres expliquent que leur décision était motivé par une volonté de contrer la montée du parti d’extrême-droite UKIP. Mais cela s’explique aussi par une réaction à un parti travailliste qui s’est progressivement déplacé vers le centre et qui n’est plus considéré comme suffisamment de gauche.

Les Verts ont aussi récemment eu beaucoup de couverture médiatique suite au refus de la BBC de permettre à la dirigeante Natalie Bennett de débattre avec les chefs des autres partis politiques lors de débats télévisés. Une pétition et une campagne ont rapidement suivi et la BBC et ITV ont finalement accepté d’élargir la liste de leurs invité(e)s afin d’inclure les plus petits partis. Le débat sur la BBC, avec la participation de Natalie Bennet, a eu lieu en avril.

Des sondages actuels nous placent autour de 5 % en moyenne, mais sans réforme du système électoral, ce chiffre pourrait se traduire, sur 650 sièges disponibles dans la Chambre des Communes, par un, voire deux sièges seulement. Ceci est dû au système de vote qui est non-proportionnel. Cela veut dire que dans une circonscription, le gagnant est la personne qui reçoit le plus de votes, et elle « remporte tout », alors que les partis arrivant en deuxième ou troisième place repartent les mains vides. En pratique, cela se traduit par une course entre le parti de droite - conservateur (les Tories) - et le parti de gauche - travailliste (Labour).

Caroline Lucas, la seule députée verte du Parlement britannique

Pour nous, la possibilité d’avoir un ou deux sièges de plus à la Chambre tient aux sièges marginaux, c’est-à-dire ceux pour lesquels il n’y a pour le moment aucun parti sûr de ressortir vainqueur. A la différence des sièges dénommés ‘safe seat’ où un parti (généralement soit les conservateurs, soit les travaillistes) est certain de l’emporter.

Pour le moment, nous essayons de maximiser nos chances de remporter un siège en poussant en particulier douze candidats verts, dans douze circonscriptions. En fait, les seules vraies chances sont probablement au nombre de deux voire trois, c’est-à-dire, Brighton, là où siège la titulaire Verte actuelle Caroline Lucas et Bristol West avec le candidat Darren Hall.

Bristol West se trouve dans ma circonscription européenne (South West) et je soutiens Darren qui, parmi tous nos candidats, détient la meilleure chance de décrocher un siège. Suite à sa campagne enthousiaste et les efforts des Verts dans Bristol West, nous sommes passés dans les sondages de 5 % à 25 % actuellement. Il y a une troisième, mais plus fragile, possibilité avec la candidate Lesley Grahame dans la circonscription de Norwich South.

Le programme des Greens

Les Verts se sont lancés dans la campagne électorale en s’engageant sur des dossiers clés :

- Rééquilibrer le système économique : stop à l’austérité, taxe ‘Robin des Bois’ sur les 1 % les plus riches, salaire minimum de ₤10 par heure en 2020.

- Défendre le système de soins de santé publique (National Health Service) : maintenir le caractère public, maintenir la gratuité pour ses utilisateurs, stopper sa privatisation rampante, davantage de ressources aux services voués à la santé mentale.

- Climat : maintenir l’augmentation moyenne des températures en-dessous de 2°C, interdire l’exploitation de gaz de schiste, éliminer progressivement des centrales au charbon, stopper la construction de nouvelles centrales nucléaires (Hinkley Point), introduire des subventions pour l’énergie renouvelable, améliorer le système de protection contre les inondations et mieux isoler les bâtiments.

- Enseignement : Abandonner les frais d’inscription à l’université et les coupes budgétaires et investir dans l’enseignement supérieur, ramener l’éducation primaire et secondaire sous la gestion des autorités publiques.

Westminster, à Londres, où siège le Parlement britannique

- Logement : Améliorer l’offre et l’accès à des logements de qualité à prix abordable, abolir la taxe ‘chambre supplémentaire’ que les locataires sociaux devaient payer, offrir 500.000 logements sociaux d’ici 2020, plafonner les loyers.

- Transport : Renationalisation du rail, diminuer les prix des titres de transport de 10 %, promouvoir la marche et le vélo afin de réduire la pollution et améliorer la santé publique.

#fairvotesnow : la campagne pour un système électoral plus juste

Les Verts écossais, qui sont un parti séparé et spécifique à l’Ecosse, ont également connu un regain d’intérêt et une augmentation rapide des inscriptions avec aujourd’hui environ 9 000 adhérents. Le peuple écossais vote typiquement travailliste/Labour, mais l’année passée a vu le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse et une envolée de soutien pour les nationalistes écossais ainsi que pour les Verts.

Tous les sondages prévoient en Ecosse un basculement de votes des travaillistes vers les nationalistes. Le parti travailliste avance donc l’argument qu’un vote pour les nationalistes équivaut à un vote pour les conservateurs, suite à la division des électeurs de gauche entre travaillistes et nationalistes. Néanmoins, à l’heure actuelle, malgré les proclamations des candidats, une coalition à Westminster entre les nationalistes écossais et les travaillistes n’est pas à exclure.

The Scottish Greens

En conclusion, à cause du système électoral injuste et déséquilibré, nous sommes empêchés de convertir notre popularité auprès de la population en sièges parlementaires. Il y a cependant une lueur d’espoir – l’opinion publique commence à prendre conscience des limites d’un système électoral qui se résume à une course entre deux chevaux, le système dit du « First Past the Post ». Peut-être le vrai succès de ces élections sera-t-il l’ampleur de la mobilisation contre ce système injuste et la campagne sur les médias sociaux autour du slogan #fairvotesnow. Et ce en dépit du fait qu’en 2011 il y a eu un référendum sur cette question qui a eu comme résultat un refus de toute réforme et la conservation du système actuel.

Voici pourquoi Caroline Lucas, malgré ce manque de représentation proportionnelle et le risque de fractionnement du bloc de voteurs de gauche, appelle les électeurs à ne pas voter tactiquement mais à voter pour le parti qu’ils soutiennent véritablement. Parce qu’il faut construire sur le succès du mouvement #fairvotesnow et mettre cette injustice en évidence, il faut la mettre sur la scène publique et attirer davantage d’attention là-dessus.

La métaphore d’une course de chevaux a finalement ses limites : dans une course de chevaux, on handicape les plus forts, les plus rapides, alors que notre système électoral fait l’inverse et handicape les petits partis et dope les plus forts. Pour les Verts, pour nous permettre de vraiment faire une entrée sur la scène politique au Royaume-Uni, la réforme du système électoral vers un système plus juste qui prend en compte les votes pour les plus petits partis, est indispensable.



Lire aussi : En Ecosse, l’écologie est sortie gagnante du référendum sur l’indépendance

Source : Molly Scott Cato pour Reporterre

Molly Scott Cato est députée européenne.

Photos :
. Chapô : Flickr (CC) : Caroline Lucas, lors d’une manifestation contre le TAFTA à Brighton en juillet 2014.
. Molly Scott Cato : Economic with justice
. Verts écossais : Scottish Greens
. Tribune : Wikipedia (CC)
. Westminster : Wikipedia (CC)

THEMATIQUE    International Politique
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Sur les mêmes thèmes       International Politique