Emmanuel Macron confirme son soutien au désastreux projet de mine en Guyane

28 octobre 2017 / Hélène Ferrarini (Reporterre)



Au cours de son séjour en Guyane, le président de la République a réitéré vendredi 27 octobre son soutien de la première heure au projet minier de la Montagne d’or.

"Tout le monde connaît mon engagement dans les prémices du projet de la Montagne d’or" a déclaré Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse vendredi 27 octobre à Cayenne. Alors ministre de l’Économie, Emmanuel Macron s’était rendu en août 2015 sur le site du permis de recherche et avait déclaré souhaiter « tout faire pour qu’un projet de cette envergure puisse voir le jour ». Il est toutefois resté prudent quant à l’avenir du projet, qui fera l’objet d’un débat public dans les mois à venir en Guyane.

Listant les principales filières sur lequel le développement futur de la Guyane pourrait s’appuyer, Emmanuel Macron a abordé l’exploitation aurifère après la filière bois et la biomasse pour laquelle il souhaite faciliter l’ouverture de centrales.

Il a immédiatement évoqué le cas de Montagne d’Or. Ce projet de mine industrielle aux dimensions encore inconnues en Guyane fait débat. Le consortium russo-canadien Nordgold-Colombus Gold prévoit de creuser une fosse de 2,5 km de long, 500 m de large et 400 m de profondeur en pleine forêt équatoriale, à proximité de deux réserves biologiques intégrales.

Le collectif Or de question né durant l’été 2016 a fédéré en un an une centaine d’associations guyanaises, nationales et internationales contre le projet minier. Une pétition contre Montagne d’or a réuni à ce jour 192.000 signatures. Le collectif Or de question a obtenu le 18 novembre le prix de la Fondation Danielle Mitterrand, qui a salué « la radicalité » de ce mouvement.

Le 19 septembre, la Commission nationale du débat public a décidé d’organiser un débat en Guyane autour du projet minier, suite à une saisine de France nature environnement. Les regards se tournent désormais vers les réunions publiques qui seront organisées en 2018, y compris Emmanuel Macron : "J’invite les Guyanais à s’intéresser à ce débat qui est un moment de transparence et de concertation : il a pour objectif d’informer le public, mais aussi de faire évoluer le projet en fonction des avis recueillis et les décisions ne seront prise qu’à l’issue de celui-ci", a-t-il déclaré.

« Une consultation de façade »

"Le temps choisi pour cette consultation laisse à penser qu’il ne pourra s’agir que d’une « consultation de façade », loin des exigences d’une consultation éclairée et préalable des populations concernées" a cependant regretté la Commission nationale consultative de droits de l’Homme (CNCDH) dans un avis sur le droit à un environnement sain dans les Outre-mer rendu le 17 octobre 2017. Elle y qualifie la consultation de "tardive, alors même que les étapes d’exploration et d’études diverses sont déjà intervenues."

"Eu égard à l’ensemble des risques inhérents à l’extraction de l’or qui ne seront qu’aggravés avec le projet de méga-mine de Montagne d’or", la CNCDH demande un moratoire sur ce projet minier.

Pour Emmanuel Macron, le débat public "aura à mettre en lumière les points de sensibilité en termes environnementaux, en termes d’acceptabilité démocratique, en terme de répercussions économiques".

Si le président de la République voit dans cette mine industrielle une possibilité de développer la Guyane, un rapport du WWF permet d’en douter.

Publié le 18 septembre dernier, cette étude sur "les grandes caractéristiques économiques du projet Montagne d’Or" questionne la rentabilité du projet. Selon l’organisation environnementaliste, elle repose sur deux variables incertaines, que sont le cours de l’or et le taux de change dollar/euro. Le WWF souligne que l’étude de faisabilité bancaire présentée par le minier retiennent des options particulièrement favorables pour démontrer la rentabilité du projet.

De plus, pour le WWF, la création d’emplois permise par le projet minier est à mettre en regard avec les subventions dont il bénéficiera. Défiscalisation, prix d’achat de l’électricité, financement d’une partie de la ligne à haute tension et d’une partie de la piste reliant Saint-Laurent-du-Maroni au site minier rendrait le projet particulièrement attractif pour l’industrie, mais un peu moins pour le territoire concerné. "Les subventions atteindraient 420 millions d’euros sur la durée du projet, ce qui reviendrait à un coût de près de 560 000 € pour chacun des 750 emplois créés" lit-on dans le rapport du WWF, qui ajoute que "chaque emploi créé à Montagne d’Or coûterait donc environ 42 années d’un emploi d’avenir".

Hier en Guyane, Emmanuel Macron a conditionné le soutien du gouvernement à "la capacité qu’aura le projet à répondre à l’ensemble des sujets qui seront soulevés dans le cadre du débat public".




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le projet de mine d’or en Guyane : un désastre programmé

Source : Hélène Ferrarini pour Reporterre

Photos :
. Macron et manifestation : LCI
. carte : Rapport du WWF

DOSSIER    Forêts tropicales

THEMATIQUE    Politique
18 novembre 2017
Fin de la COP 23 : la planète brûle, les diplomates tournent en rond
Info
17 novembre 2017
L’Europe réforme l’agriculture biologique à la baisse
Info
17 novembre 2017
Les syndicats sont d’accord pour rester divisés
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Hélène Ferrarini (Reporterre)