9 %
Objectif 30 000 €

En Allemagne, la bataille pour la fin du charbon est lancée

13 mai 2016 / Violette Bonnebas (Reporterre)



Depuis ce vendredi 13 mai, 2.000 personnes venues de toute l’Europe participent au week-end d’action contre le charbon organisé en Allemagne orientale. Cet événement s’inscrit dans un mouvement mondial de désobéissance civile en faveur de l’environnement et du climat.

- Berlin, correspondance

Le rendez-vous est fixé depuis plusieurs mois et certains ne l’auraient manqué pour rien au monde. Ils sont venus de toute l’Allemagne bien sûr, mais aussi de Suède, du Royaume-Uni, de Slovaquie ou encore de France. Ce vendredi matin 13 mai, dans le village de Proschim, aux confins de l’Allemagne orientale, deux milliers de militants sont attendus pour quatre jours de mobilisation contre l’exploitation du charbon.

Ils ont répondu à l’appel du collectif Ende Gelände (expression signifiant « la limite est atteinte »), composé d’une cinquantaine d’organisations prônant la désobéissance civile afin de « faire passer le climat avant le profit ». Le week-end devrait être marqué par une opération de blocage de tout ou partie de la mine à ciel ouvert de Welzow. En août dernier, une action de ce type avait eu lieu dans l’ouest du pays, à Garzweiler.

JPEG - 181.1 ko
La mine à ciel ouvert de Welzow.

« L’accord de Paris sur le climat a été présenté comme un succès, mais il signifie en réalité que le changement climatique va se poursuivre de manière catastrophique, déplore Hannah Eichberger, porte-parole du collectif. L’échec de la COP21 nous conforte dans l’idée que nous devons nous-mêmes prendre en main la protection du climat et agir contre les énergies fossiles, à l’endroit même où elles sont exploitées. »

Pour donner plus de force au mouvement, les organisateurs misent sur la convergence avec les militants du 6e Lausitzer Klima- und Energiecamp (le camp pour le climat et l’énergie de Lusace), événement annuel de lutte contre le charbon, qui a débuté lundi 9 mai, lui aussi à Proschim.

« En achetant le charbon, ils achètent également le mouvement de résistance au charbon » 

Ce village est un haut lieu de la contestation du très polluant lignite. Le bassin minier auquel il appartient, la Lusace, est le deuxième plus grand d’Allemagne. Son sous-sol alimente trois centrales électriques parmi les plus polluantes d’Europe, selon le WWF (lien en anglais).

JPEG - 265.1 ko
La centrale à charbon de Jänschwalde, en Lusace, est la quatrième plus polluante d’Europe, avec plus de 23 millions de tonnes de CO2 émis annuellement, selon le WWF.

Dans ce territoire déshérité d’ex-République démocratique d’Allemagne, l’extraction du charbon brun est une passion dévoreuse de paysages. En moins d’un siècle, 136 villages ont été rayés de la carte pour laisser la place aux excavatrices des grandes sociétés minières. 30.000 personnes ont été déplacées. « Notre village est devenu un trou, témoigne Bernd Siegert, l’ancien maire de la commune de Horno, rasée en 2004. Notre histoire, nos paysages, nos forêts, tout a disparu. »

Douze ans plus tard, Proschim se mobilise, inquiet de connaître le même sort. La mine voisine de Welzow Süd II doit être agrandie, entraînant l’expropriation de quelques 800 habitants. Le projet de la compagnie publique suédoise Vattenfall a été validé en 2014 par le gouvernement régional du Brandebourg. Mais il est aujourd’hui en suspens, Vattenfall ayant subitement décidé l’an dernier de mettre en vente tous ses actifs liés au lignite en Allemagne, pour cause de rentabilité incertaine… et d’image désastreuse.

Le gouvernement suédois étudie en ce moment une offre de reprise de ces actifs par l’énergéticien tchèque EPH et annoncera sa décision cet été. Si le rachat est entériné, les projets d’extension seront menés à leur terme. Mais les militants réunis ce week-end entendent faire capoter la vente : « Nous voulons dire à ceux qui investissent dans les mines qu’en achetant le charbon, ils achètent également le mouvement de résistance au charbon », a affirmé le coorganisateur du camp pour le climat, Marvin Kracheel, au magazine en ligne klimaretter.info.

JPEG - 177.5 ko
À partir de 2025, la mine de Welzow Süd II devra extraire 200 millions de tonnes de lignite par an.

Pour Mona Bricke, du collectif Ende Gelände, l’actuel propriétaire doit rester pour rendre des comptes : « Vattenfall a fait des profits pendant des années au détriment des hommes et de la nature. Cette entreprise multinationale n’a pas le droit de se désengager comme cela maintenant. Elle doit assumer ses responsabilités, à la fois en ce qui concerne ses employés et les dommages écologiques causés à la région. »

Un acteur essentiel pourrait encore changer la donne : le ministère fédéral de l’Environnement doit présenter dans les semaines à venir son plan de protection du climat (le « Klimaschutzplan 2050 »), incluant un grand projet de décarbonisation. Jusqu’où ira la ministre social-démocrate Barbara Hendricks, elle qui souhaite en finir avec le charbon « bien avant 2050 » ? Alors que le texte est en train de prendre forme, quelque part entre un comité d’experts et le bureau de la ministre, Ende Gelände espère que la mobilisation de ce week-end pèsera lourd au moment des derniers arbitrages.


LAFERLANTE « LIBÉRONS-NOUS DES ÉNERGIES FOSSILES »

L’action en Allemagne est une pièce d’un mouvement mondial. Depuis le 3 mai et pendant 12 jours, une vague d’actions pacifiques ciblant les projets de combustibles fossiles les plus dangereux du monde déferle sur les six continents sous le nom de Libérons-nous des énergies fossiles (« Break Free »).

Les actions à venir jusqu’au 15 mai sont les suivantes :

- Etats-Unis : du vendredi 13 mai, au dimanche 16, des milliers de personnes dans le nord-ouest du Pacifique , venues de l’ Oregon, Washington, Montana et Idaho, vont converger en kayak à Mars Point, sur la péninsule d’Anacortes où sont situées les raffineries de Shell et de Tesoro , les deux plus grandes raffineries de pétrole dans l’État de Washington.

. Source : Seattle Weekly

- Brésil : des actions seront organisées dans trois régions du pays. Une foire rurale se tiendra à Maringa du 5 au 15 mai. Le 14, une marche et une action de désobéissance civile de masse cibleront une centrale à charbon située à Pecém, dans l’État de Ceará.

- Canada : les 13 et 14 mai, des centaines de personnes passeront à l’action sur terre et sur l’eau à Vancouver. Elles s’opposeront au projet de pipeline provenant des sables bitumineux de Kinder Morgan Transmountain en encerclant le terminal de Westridge Marine.

- Équateur : une action est organisée le 14 mai par Yasunidos. Elle rassemblera des citoyens venus de tout le pays pour demander l’arrêt de l’exploitation du pétrole et protéger le parc national de Yasuni.

- Nouvelle-Zélande : du 4 au 15 mai, des centaines de personnes venues de tout le pays passeront à l’action pour paralyser les opérations de l’une des principales sources de financement (sous forme d’investissements et de prêts) de l’industrie fossile du pays, la banque ANZ. Des blocus, des actions de perturbation des activités et des détournements culturels seront organisés du nord au sud du pays.

- Nigeria : dans le delta du Niger, les actions se dérouleront dans trois sites pour mettre en évidence ce qui se passe une fois que les gisements se tarissent et qu’il ne reste à la communauté que la pollution générée par l’industrie fossile. Une action en territoire ogoni exigera le nettoyage immédiat de la pollution pétrolière déversée pendant des dizaines d’années et montrera aux citoyens comment résister au pouvoir des compagnies pétrolières, en les forçant à laisser le pétrole à sa juste place, c’est-à-dire sous terre. La dernière action sera organisée sur la côte atlantique, où les pêcheries et les moyens de subsistance des populations côtières sont fréquemment touchés par les fuites des puits en mer d’Exxon.

JPEG - 143.1 ko
Lors de l’opération de blocage de la mine de Garzweiler, en 2015.

- Afrique du Sud : deux actions réunissant chacune des centaines de personnes attireront l’attention sur les impacts locaux du charbon et du changement climatique. La première s’est tenue le 12 mai, à Witbank, l’une des villes les plus polluées au monde. La deuxième, prévue le 14 mai, se focalisera sur la résidence de la famille Gupta, située à Saxonwold (Johannesburg).

- Turquie : des personnalités locales seront à la tête d’une action à Aliağa le 15 mai, sur le site d’un site de stockage de résidus charbonniers, pour appeler à renoncer à quatre projets de centrales à combustibles fossiles dans les environs. Cette action fédèrera les luttes contre les centrales pour dénoncer les projets énergétiques de la Turquie, qui veut étendre l’utilisation du charbon au sein de ses frontières.

- États-Unis : des activistes cibleront six régions clés du développement des combustibles fossiles dans tout le pays du 12 au 15 mai. Ces activistes s’attaqueront notamment aux nouveaux oléoducs transportant des sables bitumineux du Midwest lors d’une action qui se déroulera près de Chicago ; à la fracturation hydraulique dans les États des Rocheuses à travers un événement en périphérie de Denver ; aux « trains explosifs » transportant du pétrole et du gaz obtenus par fracturation hydraulique vers un port d’Albany (New York) ; à la pollution dévastatrice de la raffinerie de Shell et Tesoro située au nord de Seattle ; au forage en haute mer dans l’Arctique, l’Atlantique et sur la côte du golfe du Mexique lors d’une action à Washington ; et à de dangereux forages pétroliers et gaziers à Los Angeles.

- Source : communiqué de presse de Break Free




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le mouvement international contre les énergies fossiles est lancé

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos :
. chapô : En août 2015, un millier de militants du collectif Ende Gelände avait déjà paralysé la mine de Garzweiler, dans l’ouest de l’Allemagne. © Caruso Pinguin/Reporterre
. Welzow : © Annette Bouvain
. Jänschwalde : © Thomas Scheck

THEMATIQUE    Climat International
1er décembre 2016
L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail
Chronique
2 décembre 2016
Une soupe à la BNP Paribas pour mettre l’évasion fiscale sur la table
Reportage
30 novembre 2016
La grande distribution s’engouffre dans la bio... et en menace les valeurs
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Violette Bonnebas (Reporterre)