En Allemagne, pire que la ferme-usine des mille vaches : l’usine aux dix mille porcs !

23 juin 2014 / Le Crapaud

Si l’Allemagne est souvent citée en exemple, elle ne l’est pas dans tous les domaines. À preuve, son dumping dans l’industrie du porc. Avec des méthodes propres à dégoûter tout citoyen de consommer des cochonnailles.


Une brise froide balaie ce matin-là les rues de la paisible bourgade de Alt-Tellin (Mecklenbourg). Une quarantaine d’hommes et de femmes se réunissent tous les premiers lundis du mois pour le même combat. « Stop aux usines d’animaux » résume un de leurs slogans.

Pharaonique

En question, à la porte de leurs propres (petites) exploitations, le projet d’un élevage « pharaonique » de 10 000 porcs, avec un roulement annuel de 250 000 bêtes.

L’investisseur hollandais, Adrian Straathof, n’en est pas à un coup d’essai.

Il a développé des élevages de taille analogue dans quatre autres Länder de l’ancienne Allemagne de l’est, riches en bonne terre et dépourvues d’industries importantes.

Troisième au monde

Les industriels allemands n’ont pas tardé à emboîter le pas avec des installations pour plusieurs milliers de porcs, entièrement automatisées et, trop souvent, sans égard pour les traitements infligés au bétail.

Car en l’espace de deux décennies, l’Allemagne s’est affirmée comme le troisième plus grand producteur de porcs au monde (après la Chine et les Etats Unis), en tout cas le tout premier en Europe.

Soixante millions

Soixante millions d’animaux découpés chaque année, 645 000 tonnes de produits de charcuterie exportés et des ventes dans le monde passées de 167 millions de $ en 1993 à 1,57 milliards en 2011.

Cette redoutable efficacité trouve sa force, entre autres, dans l’évidente industrialisation de la production, la réduction des coûts et une main d’œuvre aux salaires horaires, qui peuvent descendre jusqu’à 3 €, merci aux voisins roumains, hongrois, polonais.

Végétariens

Mais ce dynamisme n’a pas tardé à scandaliser une opinion publique, depuis longtemps sensible au sort des animaux, au point que le nombre des végétariens, en progression constante, avoisine les 10 % d’ "adeptes".

Cité par Le Point, le réputé hebdomadaire « Der Spiegel » a enquêté récemment sur ces « camps de concentration » de l’élevage porcin moderne, disséquant l’harassante et courte vie des animaux.

400 gr/jour

Les vingt millions de mâles qui voient le jour chaque année sont castrés sans anesthésie, ce qui évite d’altérer le goût futur de la viande. Les animaux sont ensuite nourris dans des enclos durant six à huit semaines, afin de les faire grossir de 400 gr par jour.

Certains prennent jusqu’à 850 gr au quotidien, une surcharge excessive qui entraîne de nombreuses fractures. Au demeurant, pour contrer la dissémination dans des bâtiments regroupant deux mille bêtes, le recours aux médicaments, surtout des antibiotiques, va bon train.

Antibiotiques à gogo

Fortement sollicités, les vétérinaires en administrent 1 734 tonnes chaque année, les porcelets recevant des soins de façon préventive dès la naissance et pour les adultes, des traitements jusqu’à soixante jours de suite.

L’épandage des 1,53 m3 d’urine et de matière fécale produit par chaque porc semble également géré à la va-que-je-te-pousse. Disséminé sur les terres agricoles, le lisier pollue les terres agricoles et s’infiltre dans les nappes phréatiques.

Direction poubelle

Trop, c’est trop. Des dizaines de milliers de citoyens, rameutés par les associations, dont « Animal Rights Watch (ARIWA) », défilent dans les grandes capitales régionales, certains déguisés en gentils porcelets, scandant « On n’en peut plus ».

Révoltés par ces usines charcutières et leurs conséquences environnementales, médicales ou purement éthiques – en plus de la disparition accélérée de petits élevages. Et soulignent qu’un tiers des produits, issus du cochon, finit à la poubelle.

Semelles de plomb

Les producteurs bretons pourraient s’associer à leurs mouvements. Avec des installations de quelques centaines d’animaux, ils font pâle figure.

« Nous portons des semelles de plomb, alors que nos concurrents allemands sont dotés de ressorts sous leurs chaussures », déclarait de façon imagée à Angers Jacques Lemaître, président d’un comité régional porcin.

La production française accuse le coup. 900 emplois supprimés à l’abattoir de découpe de porc Gad à Lampel-Guimiliau (Finistère) en sont un signe. Avec un bassin de 70 000 emplois, la Bretagne constate qu’elle ne peut plus faire face à la concurrence d’outre-Rhin.

Des limites

Hommes de terrain, les Verts allemands réclament un durcissement et une application plus stricts des lois sur la protection des animaux, ainsi qu’un droit des communes sur l’installation de nouvelles exploitations

Professeur de renom, Harald Von Wietzke constate que le développement à outrance du secteur va atteindre ses limites. "Chaque région ne peut dépasser un certain niveau d’élevage sur ses terres, en rapport avec la production d’engrais, qu’il faut bientôt aller chercher plus loin, ce qui alourdit les coûts".

« Nous demandons un véritable tournant agricole, que les Länder réorientent les fonds européens vers une production et une consommation locales, plutôt que de sponsoriser les géants du secteur », ajoute-t-il.

De lundi à lundi

À Art-Tallin, les manifestations ont parfois tourné à l’émeute, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre. Mais nos activistes du lundi ne s’en laissent pas compter, peu impressionnés par les quarante emplois promis par l’investisseur hollandais. Ils espèrent un éventuel recours juridique contre la future « fabrique à cochons ».


- Voir : Campagne contre l’élevage de masse : Kampagne gegen massentierhaltung.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et dessin : Le Crapaud.fr

Lire aussi : Le gouvernement encourage l’élevage intensif porcin


DOSSIER    Animaux Mille Vaches et fermes-usines

THEMATIQUE    Agriculture
19 avril 2019
Notre-Dame : le bois de chêne de la charpente était « médiocre »
Enquête
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune
27 mars 2019
L’eusko basque, première monnaie locale européenne
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux Mille Vaches et fermes-usines



Sur les mêmes thèmes       Agriculture