En Colombie, la coulée de boue a été causée par la déforestation

3 avril 2017

La Colombie cherche toujours les disparus après la coulée de boue qui a détruit une partie de la ville de Mocoa, dans le sud du pays, vendredi 31 mars. Le bilan - encore provisoire - s’est alourdi à 254 personnes dont 43 enfants. Cette avalanche est survenue alors que des pluies torrentielles ont provoqué des inondations dans la région.

Interrogée par Radio Caracol, une radio colombienne, l’ex-ministre de l’Environnement et directrice de The Nature Conservancy (TNC) Adriana Soto met en avant plusieurs pistes pour expliquer ce drame : « Le premier facteur, c’est le changement climatique. Partout dans le monde, nous assistons à une multiplication des événements climatiques extrêmes. Le second facteur est lié à la déforestation dans le bassin de Mocoa, qui favorise les glissements de terrain et les avalanches ; les rivières qui entourent la ville n’ont trouvé aucun obstacle en sortant de leur lit. » D’après l’Ideam, l’institut national d’études sur l’hydrologie et l’environnement, la forêt colombienne recule d’année en année, lentement mais sûrement : « En 1990, elle représentait 56,4 % de la surface du pays ; aujourd’hui, les forêts ne recouvrent plus que 51,6 % de la Colombie. »

Un avis partagé par de nombreux observateurs, comme l’environnementaliste Julio Carrizosa, également cité par Radio Caracol : « La déforestation a été très intensive dans cette région [notamment en raison de plantations illégales de coca, ndlr]. Les pentes ont été érodées. Et ainsi, avec les pluies torrentielles, les zones déforestées ont tendance à s’effondrer, à se déliter, occasionnant des mouvements de terre importants. »

Dernier facteur pointé du doigt par Adriana Soto, l’urbanisation. « La seule solution pour empêcher de tels drames, c’est de préserver une couverture verte et des rivières en bon état. »

- Source et photo : Radio Caracol.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : En Colombie, la paix se fait au détriment de la population rurale et de la nature
DOSSIER    Forêts tropicales

THEMATIQUE    International
17 novembre 2018
Ils roulent en vélo cargo et en sont très heureux
Alternative
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune
17 novembre 2018
Taxe carbone et gilets jaunes : le dossier pour comprendre la révolte
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       International