En Italie, bataille contre MUOS, un système de radar de l’armée états-unienne

Durée de lecture : 4 minutes

14 mai 2013 / Indymedia

L’armée des Etats-Unis, avec l’accord du gouvernement italien, veut installer en Sicile de nouveaux radars. Ce système MUOS est extrêmement dangereux pour la santé des riverains et sert de relais aux actions militaires des Etats-Unis. Depuis plusieurs mois, un mouvement de citoyens parvient à empêcher l’installation de ce système à haute fréquence.


Le MUOS (Mobile User Operating System) : Ce radar est une arme !

Le commandement militaire américain affirme que le MUOS deviendra l’arme la plus efficace de l’armée américaine. En fait, c’est un système de communication satellitaire qui leur permet un échange d’information extrêmement rapide de partout sur la planète. Cela dans un but belliqueux, avec la possibilité de commander à distance tout l’appareil militaire (aérien, terrestre, maritime).

Quatre bases sont prévues pour l’installation des radars du MUOS. Une en Virginie ; une dans le désert Australien ; une sur une ile perdue, réservée aux militaires ; La 4e au cœur de la Sicile à 2km d’une ville de 20.000 habitants, Niscemi. Cette dernière est déjà utilisée par la base OTAN de Sigonella, une des principale bases de drones (avions de guerre commandés à distance) dans la Méditerranée (voir guerre en Libye).

Techniquement, la base de Niscemi a été concédée par le gouvernement Italien à la marine américaine (US Navy), délaissant plus de 100 hectares de réserve naturelle. La Sicile devint ainsi un avant-poste pour la stratégie militaire américaine dans la Méditerranée et alentour. Actuellement, 46 antennes basse fréquence sont opérationnelles, connectées avec Sigonella. Les 3 antennes radar du MUOS (très haute fréquence, c’est-à-dire encore plus dangereuses pour la santé) sont déjà dans la base, pas encore montée et opérationnelles. La réserve naturelle au cœur de laquelle est située la base est une splendide forêt de liège.

Il y a deux ans (2011) a débuté une résistance qui grandit de jour en jour contre le projet MUOS et pour la destruction des 46 antennes. D’abord, les raisons de la protestation furent liées aux problèmes de santés dus au radiations. Ici, les abeilles ne volent plus : elles marchent. Petit à petit a grandi la volonté de nous ré-approprier ce territoire, de protéger la richesse naturelle de la planète et d’avoir une vie libre de base militaire et de logique guerrière – en Sicile comme partout ailleurs.

Au début c’était très difficile pour les premiers activistes d’opérer dans une zone fortement corrompue par la présence et la mentalité mafieuses, et par la résignation massive de la population. En fait, après les premières mobilisations, plusieurs activistes de Niscemi ont souffert de représailles mafieuses : cabane à outils brulée, pneus crevés, menaces téléphoniques, tracteur volé...

Malgré ce climat d’hostilité, l’adhésion de la population niscemoise et sicilienne au mouvement NOMUOS a grandit ; jusqu’à la décision de bloquer l’accès à la base, ponctuellement, pour empêcher l’entrée des grues censées monter les antennes. En janvier 2013, une opération policière massive a évacuée violemment les manifestants (des centaines de flics/CRS/gendarmes, ou plutôt leur équivalent italien, contre quelques dizaines d’activistes et de personnes âgées).

Juste après, pendant 2 semaines et demie, les activistes NOMUOS ont bloqué l’accès à la base. Parallèlement, le parlement sicilien a révoqué le permis de construire du MUOS grâce à la protestation populaire. Le gouvernement italien, qui veut imposer le projet MUOS à tout prix, demande en compensation a la région sicilienne 25.000 euros par jour de retard dans la construction. Ce même gouvernement a créé une commission pour évaluer l’impact environnemental du complexe. Le verdict, dont il y a peu a espérer, sera rendu le 31 mai 2013. Le mouvement a déjà exprimé son refus de la présence de la base, avec ou sans MUOS.

En ce moment, les actions et les initiatives sont portées par le comités des mamas, par un noyau de militants de tous âges de Niscemi et par le comité régional. Il y a un presidio (campement) permanent, ouvert à tous, au bord de la route d’accès principale à la base. C’est ici que s’organise pratiquement le blocage des travaux. Le 22 avril, 7 activiste sont entrés dans la base. Tous ont été arrêtés et deux subissent des procédures judiciaires pour avoir grimpé sur des antennes. La répression administrative contre les activistes s’intensifie avec l’intention de diviser le mouvement et de créer une situation de tension.

Parce que cette situation dépasse un cadre strictement local, nous appelons toute personne désireuse de contribuer à notre résistance à produire, traduire et diffuser l’information à propos du MUOS et de notre mouvement.

NO MUOS - NO WAR - NO MAFIA



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Indymedia

Photo : No Muos

Infos : No Muos

Lire aussi : Armes à l’uranium appauvri au Mali : deux parlementaires interpellent le ministre de la Défense

DOSSIER    Armée

8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
19 février 2020
Pour diminuer les transports, redonnons vie aux territoires
Tribune
19 février 2020
« L’Écologie du XXIe siècle » : lutter avec rage et beauté
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Armée