Energie : un « Transitiomètre » pour mesurer les engagements du gouvernement

Durée de lecture : 2 minutes

25 septembre 2014 / Sophie Chapelle (Bastamag !)

Le gouvernement s’est engagé à réduire de moitié notre consommation d’énergie finale à l’horizon 2050. Alors que l’examen du projet de loi sur la transition énergétique a débuté en Commissions à l’Assemblée Nationale, un outil permet de vérifier si le projet est conforme aux engagements de la France : le « Transitiomètre ». Pour l’instant, c’est pas terrible terrible...


Réduire de moitié notre consommation d’énergie finale à l’horizon 2050. C’est l’engagement pris par François Hollande le 20 septembre 2013. Et réaffirmé dans le projet de loi « relatif à la transition énergétique pour la croissance verte » promu par la ministre de l’Écologie Ségolène Royal en juillet dernier.

Jusqu’à quel point ce projet de loi est-il conforme aux engagements de la France dans les énergies renouvelables, les émissions de CO2 ou la dépendance au pétrole ? C’est tout l’enjeu du « Transitiomètre », un outil rendu public le 10 septembre.

Développé par le cabinet néerlandais Ecofys, en collaboration avec deux ONG – le CLER et le Réseau Action Climat (RAC) – il s’agit d’une analyse factuelle pour mesurer l’ambition réelle de la loi et des plans d’actions associés.

Seulement 20 % du chemin accompli

Le transitiomètre prend pour référence neuf engagements depuis 2005. Ils sont regroupés en trois catégories : le cap (économies d’énergie, préserver le climat, précarité énergétique), la consommation d’énergie (transports, bâtiment, industrie et services) et la production d’énergie (nucléaire, énergies fossiles et énergies renouvelables).

« Dans l’état actuel du projet de loi, les mesures proposées sont loin de permettre l’atteinte des engagements pris, puisque seulement 20 % du chemin est réalisé » pointe le CLER. La route est donc encore longue.

« Le transitiomètre montre qu’il manque des mesures phares pour atteindre les engagements de la France », précise Anne Bringault, en charge de la transition énergétique pour le CLER et le RAC. Les ONG demandent notamment l’introduction d’un critère de performance énergétique globale la rénovation des bâtiments, une réduction généralisée des limitations des vitesses sur routes, ou encore la présentation par le gouvernement et EDF d’un calendrier de fermeture de réacteurs nucléaires d’ici 2025.

Seul engagement ayant parcouru plus de 50 % du chemin : porter la part des renouvelables à au moins 23 % de la consommation d’énergie finale d’ici 2020. Le CLER et le RAC attendent des parlementaires qu’ils étoffent le projet de loi pour apporter une plus grande cohérence entre les objectifs et les mesures pour les atteindre.

Alors que l’examen du projet de loi sur la transition énergétique a débuté le 9 septembre à l’Assemblée Nationale, le « transitiomètre » sera mis à jour au fur et à mesure des amendements apportés. Il est consultable dès maintenant en cliquant ici.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par Bastamag !

Lire aussi : La loi de transition énergétique : croissance, croissance, croissance, et nucléaire...

THEMATIQUE    Énergie
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Énergie