Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

Engie profiterait du conflit social au Chili pour ne pas fermer sa centrale à charbon

Au Chili, la coalition de la société civile pour l’action climatique (Scac) — une coalition d’organisations formée en vue de la COP25 qui devait se tenir dans le pays latino-américain — a dénoncé le 4 décembre dernier la posture du géant français Engie. D’après elle, la multinationale « profite la crise socio-environnementale actuelle au Chili pour remettre en cause la “décarbonation” des “zones sacrifiées” », ces régions du pays polluées par les industries.

Engie, qui exploite une des plus grandes centrales à charbon du pays, s’était engagé à la fermer d’ici 2022. Mais la firme a annoncé par voie de presse qu’elle n’était pas certaine de « pouvoir réaliser de tels plans » étant donné le conflit social en cours. L’entreprise française porte aussi un autre projet de centrale, qui a reçu l’aval des autorités environnementales, dont l’avenir est incertain.

« Le spectre de la récession économique au Chili ne peut servir à retarder les engagements de décarbonation, tout en continuant à sacrifier les communautés dans les régions où leurs centrales au charbon fonctionnent », a déclaré Hernán Ramírez, de la Fundación Terram, dans le communiqué de la coalition chilienne.

  • Télécharger le communiqué (en espagnol) de la Scac :
  • Source : courriel à Reporterre.
  • Photo : Central Termica Mejillones. © Marion Esnault pour Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende