Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Politique

Éric Piolle placé en garde à vue pour soupçons de « favoritisme »

Le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle, a été placé en garde à vue ce mardi 1ᵉʳ juin. Il est soupçonné de « favoritisme » : il aurait privilégié une association pour organiser deux éditions d’un événement culturel en 2015 et 2016, en ne lançant pas d’appels d’offres pour ces marchés publics.

Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble (Isère), a été placé en garde à vue ce mardi 1ᵉʳ juin, d’après une information du Dauphiné Libéré confirmée par Reporterre. En début d’après-midi, il s’y trouvait toujours. Au sein des locaux de l’antenne de la police judiciaire de Valence (Drôme), il répondait à une convocation de la brigade financière de la police judiciaire de Grenoble, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « favoritisme ».

En 2015 et 2016, la municipalité de Grenoble avait attribué l’organisation de la fête des Tuiles — une importante célébration dans la capitale des Alpes — au collectif artistique Fusées. En 2017, la chambre régionale des comptes a signalé au parquet de Grenoble que la Ville n’avait pas lancé d’appel d’offres, et n’avait pas mis en concurrence d’autres structures pour organiser cet événement.

251 000 euros de subventions en deux ans

L’enquête, délocalisée au parquet de Valence, a été ouverte en 2018. La municipalité estimait de son côté que ce type de prestation artistique et culturelle ne nécessitait pas de mise en concurrence. Elle avait attribué 123 000 euros en 2015, puis 128 000 euros en 2016 au collectif Fusées.

« Éric Piolle [est] entendu en ce moment pour une procédure initiée en 2018, a commenté sur Twitter Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts, parti auquel l’édile grenoblois appartient. L’occasion de défendre la position de la ville et expliquer pourquoi cette décision est parfaitement légale. Contrairement à d’autres, nos élu-es ne fuient ni ne dénigrent la justice. »

Éric Piolle, même s’il refuse de le confirmer officiellement avant la fin des élections régionales — les 20 et 27 juin prochains —, a des ambitions présidentielles. Il devrait être candidat à la primaire d’Europe Écologie-Les Verts au mois de septembre.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende