Exercice de pensée : l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes pour les nuls

30 juin 2016 / Yves Heuillard



La consultation sur le transfert de la nuisance de l’aéroport de Nantes vers une zone rurale pose question à l’auteur de cette tribune. Qui a voulu illustrer « notre difficulté à penser autrement » en reformulant les termes du vote « à la manière d’exercices d’instruction civique de CM2 ».

Yves Heuillard est rédacteur en chef de DD Magazine.

JPEG - 15.2 ko
Yves Heuillard.

On peut s’interroger sur la valeur d’une consultation qui ne vise pas à décider d’une question de société ou d’intérêt général (pour ou contre les OGM ? pour ou contre le droit de mourir ?) mais du transfert d’une nuisance depuis une agglomération qui la génère vers une zone rurale, minoritaire et peu concernée.

Vous, lecteurs de Reporterre, vous y voyez un aveuglement technico-économique et la poursuite de modes de vie du passé. Pour autant, comment tout changer quand il est si facile de continuer les affaires comme avant plutôt que de donner raison aux critiques des dégâts du « progrès » ?

Le lecteur me pardonnera mes simplifications et mes raccourcis 

Pour illustrer notre difficulté à penser autrement, j’ai essayé de poser la question de la consultation sur Notre-Dame-des-Landes à la manière d’exercices d’instruction civique de CM2. Le lecteur me pardonnera mes simplifications et mes raccourcis, ils visent à l’aider à convaincre autour de lui qu’entre la défense des grenouilles et l’absolutisme des Don Quichotte de la croissance, la modernité n’est peut être pas là où on l’imagine. Voici donc mes petits exercices.

  • 1. Le fabricant de chaussettes qui employait vos parents a délocalisé au Bangladesh. Ce n’est pas grave, vous pouvez commander vos chaussettes via internet et les recevoir en 24 heures. Êtes-vous d’accord pour augmenter les capacités de l’aéroport voisin pour que vous puissiez commander plus de chaussettes et les recevoir encore plus vite ? Qu’en disent vos parents ?
  • 2. Les Chinois s’intéressent à nos belles et grasses terres agricoles et sont prêts à y mettre le prix. Êtes-vous d’accord pour expulser quelques paysans locaux de leurs terres afin de construire un aéroport ? Une ligne Nantes-Shanghaï favoriserait l’investissement chinois dans le tissu économique local. Un terminal de fret pourrait même être construit dans la région pour exporter les produits céréaliers vers la Chine ; c’est la promesse de 1.500 emplois pendant 4 ans...
  • 3. On projette de construire à côté de chez vous un grand centre commercial où vous pourrez acheter des fruits et légumes en provenance du monde entier, toute l’année, moins chers. Pour construire le centre commercial, il faut raser la ferme du vieux Mathieu, où vous achetiez vos pommes de terre, votre lait, vos œufs, vos poulets. Bien sûr, tout cela coûte à la puissance publique, mais il est facile de s’endetter. Vous pensez à l’avenir de vos enfants et de vos petits-enfants. Préférez-vous qu’ils vivent à côté d’une ferme ou qu’on remplace la ferme par un centre commercial ? Expliquez.
  • 4. Considérez-vous comme juste que les citadins d’une grande ville votent pour dire s’ils sont d’accord pour déverser les boues de leurs stations d’épuration dans les champs des paysans 30 km plus loin ? Il s’agit d’une procédure démocratique, les paysans pourront voter. Décharge publique et traitement des boues se feront selon des objectifs de haute qualité environnementale. Et les grenouilles seront transportées, euh... au Bangladesh, tiens. Pour les riverains les plus proches, des bougies purificatrices de l’air seront distribuées gratuitement.
  • 5. Paul habite près d’un aéroport. Lors de sa construction, on lui a proposé d’insonoriser gratuitement son logement. Parfois, ça sent bien un peu le kérosène, mais Paul est content parce que, grâce à l’aéroport, il peut partir respirer l’air pur et écouter le vent dans les arbres de contrées lointaines. L’année dernière, il est parti aux Maldives. Sa femme a trouvé un emploi à l’aéroport. Voulez-vous vous aussi un aéroport près de chez vous, pour plus de développement, plus d’emplois et des vacances de rêve au calme et à l’air pur ?
JPEG - 97.7 ko
Parfois, ça sent bien un peu le kérosène, mais Paul est content : grâce à l’aéroport, il peut partir respirer l’air pur de contrées lointaines.
  • 6. Présentant mardi 28 juin la feuille de route de la Conférence environnementale 2016, Ségolène Royal rappelait les trois priorités de la France : « Honorer les engagements pris par la France lors de la COP21 ; favoriser l’engagement de tous les acteurs de la société dans la transition écologique et plus particulièrement celui des territoires ; préserver les milieux afin d’améliorer le cadre de vie et la santé de tous. » Et de citer des actions emblématiques : « Reconquérir la biodiversité, développer les initiatives en matière d’agriculture urbaine et périurbaine », « limiter l’exposition des populations aux substances chimiques. » Dites si les priorités de la France sont compatibles avec la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : « Le référendum était pipé »

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Dessin : © Red ! /Reporterre

Photos :
. portrait : DR
. avion : Pixabay (CC0/domaine public)

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

30 septembre 2016
En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir
Alternative
29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info
29 septembre 2016
Au Brésil, chaque semaine un défenseur de l’environnement est assassiné
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Yves Heuillard