Face au mur du gouvernement, le dilemme de la Zad

19 avril 2018 / Laury-Anne Cholez (Reporterre)

Mercredi, Nicolas Hulot a confirmé la date butoir du 23 avril pour l’envoi des formulaires individuels d’installation agricole. Parmi les habitants, les débats sont intenses : les signer pour gagner du temps ou tenir coûte que coûte l’objectif d’une convention collective ? Reporterre a parcouru la Zad à travers champs, à la rencontre de paysannes et paysans en pleines tergiversations.

D’ordinaire, les vaches regardent passer les trains. Dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, c’est plutôt les blindés de la gendarmerie qui défilent sans discontinuer sur les routes de la Zad depuis le 9 avril, date du début de l’expulsion. Ces paisibles bovins semblent à peine perturbés par les effluves de gaz lacrymogènes, les jets de grenades assourdissantes et de désencerclement utilisées par les gendarmes pour repousser les zadistes. Selon Radio Klaxon, la radio pirate de la ZAD, près de 11.000 de ces armes ont été utilisées en dix jours de combat.

« On voudrait faire venir un vétérinaire pour qu’il constate les conséquences de ces gaz et de ces déflagrations sur les animaux, mais les études de ce genre n’existent pas », remarque Vincent, un habitant de la Zad et membre du collectif Quand on sera grands. Installé dans le lieu-dit la Riotière, ce groupe fait du maraîchage et élève des moutons depuis quatre ans. L’an passé, il s’est lancé dans l’apiculture et espère bien avoir cent ruches d’ici 2019. En attendant, l’équipe s’active dans la serre pour planter des tomates, car cela fait huit jours qu’elle délaisse le jardinage pour les barricades et le travail s’accumule. « Cette expulsion au tout début du printemps tombe vraiment mal car c’est le moment de planter. J’espère que lorsque les choses seront calmées, nous pourrons organiser des chantiers participatifs pour nous aider. Dans tous les cas, on ne sera pas seuls. C’est d’ailleurs l’une des choses contre lesquelles on se bat : l’isolement dans les campagnes et dans le métier d’agriculteur », poursuit Vincent.

Vincent, éleveur de moutons à la Riottière

Nicolas Hulot n’a rien lâché

L’entraide est l’une des composantes essentielles de la vie dans la Zad. Également l’une des raisons pour lesquelles ses habitants insistent pour proposer des projets agricoles collectifs, et non individuels. Un sujet de discorde majeur avec le gouvernement et la préfète Nicole Klein. « Il s’agit d’un blocage politique et idéologique, remarque Nico, l’un des habitants historiques de la Zad. Nous souhaitons une forme de convention foncière qui ancre l’idée du partage, de prise en charge collective. Mais cet état d’esprit a été refusé. » Nico se réfère souvent à l’exemple du Larzac, où la terre est redistribuée entre les paysans par une société civile immobilière (SCI) signataire d’un bail avec l’État.

Mais Nicolas Hulot l’a répété lors de sa conférence de presse, mercredi 18 avril : il n’y aura pas de Larzac bis à Notre-Dame-des-Landes. Le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est déplacé à Nantes afin d’écouter les diverses parties présentes. Il a confirmé la date buttoir du 23 avril pour envoyer les formulaires simplifiés d’installation agricole. « L’État demande un projet un minimum défini avec des noms derrière ainsi que le détail des parcelles convoitées. (…) Il est possible de générer collectivement un projet qui a du sens, tourné vers l’avenir et favorisant des modèles agricoles innovants. Ce serait une manière de sortir de la situation par le haut. » Le ministre dénonce aujourd’hui un immense « gâchis » et demande aux zadistes de faire « un pas en avant » avec l’envoi de ces formulaires. « Ils pourront par la suite s’organiser de manière collective et renouer avec le sens de leur projet, mais avec un principe absolu que tout le monde peut comprendre et souhaiter, qui est le respect absolu de la légalité et un traitement à égalité pour tous en respectant la propriété privée. »

La préfecture de Nantes

À la sortie de cette rencontre, les représentants de la Zad étaient moroses. « Malheureusement, on a constaté que rien ne changeait et que depuis le début le gouvernement tenait la même ligne », a regretté l’un des membres. « On a de nouveau présenté le projet de convention globale et on a rencontré un nouveau refus. On a demandé des explications mais on n’en a pas obtenu. Pourtant, c’est quelque chose qui existe juridiquement », a poursuivi un autre. « Ils prétendent que cela pose un problème d’anonymat. Mais c’est nous-mêmes qui avons déclaré des occupantes et des occupants pour avoir droit à des procès dans le cadre des expulsions, et ça a été refusé, a rappelé le premier. L’anonymat est un faux problème. »

Marcel Thébault, un agriculteur historique de la Zad, répond aux questions de la presse après la réunion avec Nicolas Hulot

Faire entrer Notre-Dame-des-Landes dans un cadre. Une gageure au regard de l’histoire politique du lieu et de ses habitants. « On ne peut pas passer de l’illégalité à la légalité complète en à peine deux mois », remarque Vincent. « Le droit se crée en fonction de la situation. Il faut trouver une forme adaptée à ce qu’on fait ici », enchérit Nico, qui faisait partie de la ferme des Cent Noms, détruite dès le premier jour de l’évacuation. L’un de ses membres était pourtant inscrit à la chambre d’agriculture en tant qu’éleveur. Une demande pour un projet agroenvironnemental avait même été déposée auprès de la Sécurité sociale agricole, la MSA. Cette destruction inattendue a fait l’effet d’un électrochoc : « On pensait être protégé en tant que lieu agricole. Mais la préfecture a menti. » D’autres estiment que cette erreur stratégique du gouvernement aura permis de remobiliser les soutiens les plus frileux. « C’est un mal pour un bien », glisse un habitant.

Le débat autour des formulaires de déclaration agricole

Au lieu-dit La Hulotte, Véro s’active dans sa serre qui déborde de jeunes pousses prêtes à être mises en terre. Ses légumes servent à nourrir les participants aux divers chantiers de la Zad, ainsi que la Cagette, un réseau de ravitaillement des luttes à Nantes. Face à l’engouement, elle et son compagnon prévoient de doubler la surface cultivée. Ils ont créé une association ayant pour objet une activité de maraîchage et de traction animale avec deux chevaux de traits, qui permettraient de faire du bardage dans la forêt. Un projet qui pourrait parfaitement convenir à la préfecture.

Véro, la maraîchère de La Hulotte

Mais comme beaucoup, Véro refuse de remplir le formulaire de la préfète et concède ne pas être très au courant de la paperasse administrative. « On discute un peu des démarches à accomplir, mais je n’ai pas très envie de ça. Je fais comme si j’allais pouvoir continuer à faire comme avant. D’ailleurs, si j’avais souhaité m’installer dans l’agriculture de façon classique, je ne serais pas venue à Notre-Dame-des-Landes. »

A la Hulotte, les légumes cultivés approvisionnent les chantiers de la Zad et la Cagette, une cantine des luttes à Nantes

Dans une autre vie, Véro a fait des études de théâtre. Pas d’agriculture. Mais à la Zad, chacun peut mettre la main à la terre quelles que soient ses compétences et apprendre sur le tas. « Moi, je suis soudeur. Je ne pourrai pas cocher les cases du fameux formulaire. Et pourtant, des soudeurs, on en a bien besoin dans une exploitation et sur la Zad, s’exclame Camille (prénom d’emprunt). Ce n’est pas parce qu’une personne vit dans un lieu sans projet agricole qu’elle n’est pas légitime ici. Ce qui importe, c’est de contribuer au développement global de la Zad. » S’occuper du jardin le matin, de la bibliothèque l’après-midi, des animaux le soir. Les habitants ne veulent pas être enfermés dans des cases et souhaitent conserver cette pluralité d’activités qui fait toute leur richesse, contre un modèle rural classique délétère qui, selon eux, ne permettrait pas la préservation du bocage.

Camille : « Moi, je suis soudeur. Je ne pourrais pas cocher les cases du fameux formulaire »

Le dilemme de l’assemblée des usages

Le soir se couche lentement sur les prairies encore détrempées des dernières pluies. C’est l’heure de l’assemblée des usages qui, période de crise oblige, se tient tous les deux jours. Ceux qui ont rencontré Nicole Klein et Nicolas Hulot l’après-midi dévoilent les détails de ce rendez-vous, qu’ils estiment inutile. Mais au fil du débat, certaines voix se lèvent en faveur de ces formulaires controversés : les remplir permettrait de gagner du temps face à la date fatidique du 23 avril. De quoi également d’envoyer un signal à tous les soutiens pour montrer que les zadistes jouent le jeu sans toutefois être dupes. En parallèle des négociations, la lutte continue. Personne ne veut baisser les bras ou abandonner le terrain. Des appels à reconstruire les lieux détruits pourraient être lancés tous les week-ends à venir, afin de mener une guerre d’usure aux gendarmes.

Un rassemblement de soutien aux habitants de la Zad, jeudi après-midi derrière la préfecture de Nantes

Toutefois, après une longue soirée de débats, aucune décision commune n’a été validée. Plusieurs réunions sont prévues pour la journée du jeudi 19 avril. Face au climat d’urgence, face au déchaînement de violence qui a fait plus de deux cents blessés, les habitants ne veulent pas prendre le risque de se tromper et de devoir quitter tout ce qu’ils ont construit ici.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Laury-Anne Cholez pour Reporterre

Photos : © Emmanuel Gabily/Reporterre
. Chapô : La Hulotte, sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes
. Vincent, éleveur de moutons à la Riottière
. La préfecture de Nantes
. Marcel Thébault, un agriculteur historique de la Zad, répond aux questions de la presse après la réunion avec Nicolas Hulot
. Véro, la maraîchère de La Hulotte
. A la Hulotte, les légumes cultivés approvisionnent les chantiers de la Zad et la Cagette, une cantine des luttes à Nantes
. Un rassemblement de soutien aux habitants de la Zad, jeudi après-midi derrière la préfecture de Nantes

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

20 septembre 2018
À Strasbourg, François Ruffin apporte son soutien aux opposants au GCO
Reportage
21 septembre 2018
En Aveyron, la bataille contre le transformateur électrique entre dans une nouvelle phase
Info
20 septembre 2018
La France est complice de l’exploitation du charbon allemand à Hambach
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Laury-Anne Cholez (Reporterre)